nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


S'il vous plait, dessinez-moi...


Auteur : DESGUIN Carine-Laure

Style : Fantastique




Avec tout ce cuir noir qui lui colle à la peau, pantalon, gilet sans manche, épaisses bottes ferrées, des anneaux tout luisants suspendus à ses oreilles et des hiéroglyphes tatoués sur le dos de ses mains aux longs doigts d’accoucheur, Max, un jeune type d’une trentaine d’années, arbore plus le look d’un chanteur de heavy métal que celui d’un scientifique à l’égo surdimensionné, fut-il aussi déjanté …
Dans cette longue cave aux odeurs de soufre, de rouille et de liquides aux propriétés chimiques, Max s’agite et fait les cent pas devant les quatre cages plaquées contre le mur de la façade Nord. Ce docteur Jekill ne sait par où commencer ses observations, tellement le spectacle est grandiose. Dans ses yeux couleur piscine s’étoile le reflet du fruit de ses expériences : du très beau travail, Darwin lui-même en serait tout remué…
Sur le mur bétonné de la façade Sud, un grand tableau noir sur lequel sont notées, avec une précision chirurgicale, toutes les transformations physiques de trois créatures mutantes …. A présent, il le sait, il peut lancer son eurêka …
Voici six semaines à présent que Max passe plus de temps dans cette cave qu’un étage plus haut, là où il gagne ses tunes, un rez–de-chaussée d’une maison du centre ville, transformé en commerce à la mode. Bien sûr, quand il croise dans la rue des clients qui sont passés entre ses mains, il les reconnaît : ces yeux de biche chez Sébastienne, ces oreilles de lapin chez Dimitri…Mutations génétiques dues à la pollution, ont murmuré les pontifes de la clinique universitaire…Balivernes que tout ça…
Notre scientifique ajuste des loupes, grosses comme des mastodontes, accrochées devant les trois cages et distribue des repas individuels à ses créatures. Spectacle ahurissant. Trésor vivant inestimable. Tout en se frottant les mains de satisfaction, il glisse un regard d’illuminé vers la quatrième cage, encore vide. Plus pour longtemps …Quel animal piétinera ce béton ?
Il embrasse ses hiéroglyphes, son rituel préféré, et dans une casserole en cuivre, il verse le précieux liquide mauve au pouvoir transformateur, une pure invention issue de ses recherches sur la régression de l’humain vers ses origines adamiques…Quelques gouttes de ce colorant, pour le prochain…
Ensuite, Max balance sa tête entre le tableau noir et les incroyables mouvements des créatures qui de jour en jour, mutent de façon exponentielle.
Cage numéro 1, Daniel D.: entre ses serres puissantes et acérées, il agrippe la chair du chien crevé. Les cheveux et les yeux de Daniel sont encore humains mais sur le bec crochu apparaissent des mandibules. Des plumes noires recouvrent les oreilles …
Dans son regard se lit une peur atroce. Les grands yeux bruns de Daniel scrutent ses pattes qui se terminent par des serres, et les boyaux de la charogne qui s’éclatent sur le béton.

Son cerveau est encore celui de Daniel D., 34 ans, mécanicien, disparu le premier août, alors qu’il se baladait à Maubeuge et qu’il rentra dans une petite boutique.
Cage numéro 2, Anne-Sophie M.: une robe tachée de noir dans un corps gras et épais, quatre courtes pattes avec du vernis rouge foncé encore visible sur les ongles…Des cris stridents entre deux grognements…
D’un geste vif d’homme subtil et pressé de constater les choses, Max repousse la grosse loupe ; un bras mécanique déplace un scanner juste devant la truie en mutation. Les clichés montrent la thyroïde, la crosse de l’aorte, les ovaires….Au-dessus du museau tout humide, les yeux aux longs cils couverts de mascara ont résisté à la force de transformation du liquide mauve colorant…

Derrière les barreaux de la cage, Anne-Sophie M., une esthéticienne de 21 ans, digère du seigle et e l’orge, entre deux grognements…
Cage numéro 3, Ferdinand V.: dans un aquarium rempli de planctons et de tortues, tout le long de deux profondes mâchoires naissent des dents tranchantes et dentelées, entre lesquelles se tortillent les têtes de tortues malchanceuses…Sur la peau épaisse et rugueuse du poisson vorace au corps encore assez peu développé, d’innombrables écailles placoïdes et, oh la stupeur se lit sur le visage mal rasé du biologiste quand il observe le poisson de derrière la grosse loupe : des dents plates poussent entre les écailles ! Ah, oui, j’oubliais…chez le requin, dents et écailles, même origine embryonnaire…
De Ferdinand V., un déménageur retraité, il ne reste rien, même pas ses deux yeux de poisson mort…
Max termine à peine de prendre note que la sonnette du magasin retentit. Il verse le liquide mauve dans une fiole et grimpe quatre à quatre les escaliers…
- Bonjour l’ami ! lance-t-il d’une voix haletante au grand chauve planté devant lui…Que puis-je pour vous, l’ami ? Une petite idée ? J’ai un catalogue avec toutes sortes de dessins, si besoin…
- Ouais, répond le gars, en soulevant son tee-shirt vert, je vois bien tatoué ici, poursuit-il en se passant la paume de la main sur sa poitrine sans poil, un rhinocéros très très gras…
- Parfait ! Rétorque Max, sans hésitation, couchez-vous ici …J’injecte l’encre mauve dans mon appareil et l’aiguille dessinera d’un trait l’animal, vous verrez ! Facile et sans douleur !
- Une corne en plus, juste au-dessus de la queue, c’est possible ? demande le grand chauve, d’une voix pleine d’espoir…
- Une corne en plus au-dessus de la queue ? C’est de la toute grande création tout ça ! Et ici, on n’est plus à un détail près, glousse Max dit le tatoueur, tout en salivant de satisfaction…





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -