nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Le prix de l'amour


Auteur : SEBASTIEN Michel

Style : Scènes de vie




Elle est mon soleil, mon refuge, elle est ma conscience et mon sommeil, ma raison, ma folie. Elle est ma vie.
Ne me demandez pas pourquoi je l’aime.
Pourquoi le jour se lève t’il ?
Pourquoi la mer danse t’elle au rythme des marées ?
Mon amour est cosmique.
Il existe en dehors du temps, en dehors de la matière…
Il est.
A quelle époque l’ai-je rencontrée ? Je ne saurais le dire.
Parfois, il me semble la connaître depuis la nuit des temps.
Elle m’est plus familière que mon propre souffle, plus proche que tout au monde.
Mon cœur est l’écho de son cœur.
Son âme, pure comme un cristal vibre à l’unisson de mon âme.
Sa joie me fait danser et je me noie dans l’averse de ses larmes.
Elle me dit que c’est cela l’amour.

Aujourd’hui elle est triste.
Une tristesse qu’elle traîne comme un fardeau.
Elle doute, elle craint de ne pas m’aimer assez, de m’aimer trop, de m’aimer mal.
Son cœur lui dit qu’elle pourrait un jour cesser d’être la lumière de ma vie.
Je m’éloignerais d’elle, une autre prendrait sa place.
Je lui crie que jamais mon amour ne s’éteindra.
Aucune autre, aucune ne la remplacera, vivrais-je dix mille ans. Elle écoute chanter sa peine. Aveugle et sourde à toute autre musique, elle ne comprend plus mon langage. Son angoisse, insidieuse, rampe jusqu’au plus profond de mon être.

Les nuages noirs se sont enfuis.
Elle a retrouvé son sourire.
Elle chantonne, bouche close, quelques mesures d’un air qui lui trotte dans la tête.
Elle me parle tendrement, m’assure que toutes ses peurs, bêtes, si bêtes ! Ont disparues, qu’elle saura me prouver combien j’ai eu raison de la choisir parmi toutes les autres, combien nous allons être encore heureux.
En ais-je seulement la moindre idée ? Elle ne le croit pas.
Elle rit maintenant, et me taquine gentiment ;
Souvent, son amour inonde son cœur et la pousse à me combler de cadeaux, menus ou princiers.
Elle me traîne dans les magasins, bien qu’elle n’ignore rien de ma phobie de la foule et du bruit.
Elle essaie des chapeaux, des bijoux, des gants et des foulards aux tons éclatants.
Elle sourit à son reflet dans les miroirs, s’adresse des grimaces.
Elle achète des savons et du talc parfumé, des essences et des huiles précieuses, senteurs boisées dont elle oint son corps, jardin de fleurs dont l’odeur m’enivre.
Elle oublie hier et demain.
Je pourrais la dissuader de courir les boutiques, mais les sacrifices que je consens pour elle me sont doux.
Selon mon cœur, elle est jolie, bien jeune encore, désarmante de générosité.
Elle aime les animaux, les fleurs, les paysages, les gens, d’une même ardeur, d’un même élan.
Elle se régale de fruits, de fromages, de miel, et nous partageons tous deux de simples et savoureux repas.
A force de penser a elle, d’essayer de la décrire pour sacraliser l’amour qui nous lie plus sûrement que des chaînes d’acier, je sens mon âme chavirer dans un tourbillon d’émotions, de sensations.
Mon cœur se serre à la pensée que tout ce bonheur pourrait nous être arraché.
Peut être de ses propres mains.
Elle possède ce pouvoir.
Il suffirait d’un moment de fatigue… D’un moment d’oublie.
J’ai si peur ! Elle me rassure…
Nous sommes, dit elle, en route pour une longue, une éternelle et merveilleuse aventure.
Elle regarde le jardin par la fenêtre et sourit, rêveuse.
Elle évoque les moments merveilleux où nous avons pris conscience de notre amour.
Nous en vivrons des milliards d’autres semblable, plus exaltants encore.
Elle me l’affirme et je la crois.
Ensemble, nous regarderons défiler les saisons, nous contemplerons la course des étoiles, les plantes nous livreront leurs secrets.
Ensemble, nous tournerons inlassablement les pages du livre de la vie.


>***





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -