nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Des roses et des choux


Auteur : HALYEC

Style : Humour




Bang ! Bang ! Bang !

Un homme charpenté tirait au fusil dans les airs depuis plus d’un quart d’heure. Les unes après les autres, les cigognes tombaient dans son jardin, inanimées.
Un garçonnet d’environ six ans sortit en pyjama de la petite maison, et marcha pieds nus sur le gazon encore humide de la rosée du matin. Il s’approcha du chasseur.
— Qu’est-ce que tu fais papa ? lui demanda-il.
— A ton avis ?
— Tu tues les cigognes.
— Non, je ne tue pas les cigognes.
— Pourquoi elles ne bougent plus alors ?
— Parce qu’elles sont fatiguées du voyage, elles viennent de loin.
— Et pourquoi elles saignent ?
— Mais non elles ne saignent pas, s’énerva le père, elles…elles sont justes tombées dans la rangée de tomates, voilà !
— Des tomates ? Lesquelles ? l’interrogea son fils en observant le jardin.
— Celles que j’ai planté ce matin, mais tu ne peux pas les voir, elles sont invisibles, tenta le chasseur.
— Alors pourquoi on voit la couleur et pas les tomates ?
— Arrête avec tes questions Thomas !
Un court silence s’installa. Le garçonnet s’assit au sol, et observa son père de plus belle.
— Qu’est-ce que tu fais papa ?
— Mais tu le fais exprès ou quoi ?
— Si tu ne tues pas les cigognes, tu fais quoi ?
— Je te cherche un petit frère.
— Menteur ! pleurnicha Thomas.
— Tu me parles sur un autre ton dis-donc, je ne suis pas ton cop…
— Maman m’a dit que les garçons ça pousse dans les choux et les filles dans les roses, l’interrompit son fils.
— Mais non, c’est juste une histoire pour ne pas que les enfants soient tristes pour les cigognes, c’est tout !
— Je suis plus triste pour les choux et les roses que pour les cigognes.
— Eh bien tu n’es pas un enfant comme les autres. Un petit garçon ça aime la chasse, pas les roses !
— Tu vois bien que tu les tues ! dit le petit dans un sanglot.
— Qu’est-ce que ça peut bien te faire puisque tu aimes les roses ! répliqua son père, les dents serrées.
— Mais j’aime bien les cigognes aussi. Et je suis né dans un chou, maman elle dit la vérité.
— Oui voilà, elle dit la vérité, tu es même né dans un chou croisé avec une rose, t’es content ?! s’emporta son père.
— Un chou-fleur ? demanda l’enfant en séchant ses larmes.
— Voilà.
Thomas observa son père qui continuait le massacre. Une question lui torturait l’esprit. Il hésita un moment puis se lança.
— Qu’est-ce que tu fais papa ?
Son père souffla comme lors d’un accouchement. Il fit les gros yeux à son fils, et se reconcentra sur ce qui se passait au-dessus de leurs têtes.
— Pourquoi tu tues les cigognes si les bébés ça vient des choux et des roses ?
— Parce que…parce que c’était avant. Maintenant les bébés ça vient avec les cigognes. Et là, comme je te l’ai déjà dit, je te cherche un petit frère.
— T’as pas trouvé encore ?
— Tu vois bien que non, puisque je cherche !
— Je veux une petite sœur ! s’exclama l’enfant.
— Oui et bien pour l’instant les cigognes ne transportent que des garçons, ce n’est pas la saison des petites sœurs.
— C’est quand la saison des petites sœurs ?
— C’est au printemps.
— Comme pour les roses ?
— Oui voilà, c’est pareil.
Thomas se retourna vers les cadavres de cigognes disséminés derrière lui. Il continua son interrogatoire.
— Tu vas en faire quoi des bébés garçons qui sont pas bons ?
— Pardon ?
— Bah oui, t’as dit que tu cherches encore, donc ceux qui sont dans le jardin ils ne sont pas bons.
— Euh…, hésita le chasseur, ce n’est pas grave. Ils ne seront pas oubliés. Ils deviendront même de grands artistes !
— Comment ? demanda Thomas des étoiles plein les yeux.
— Et bien, comme ils n’appartiennent à personne, ils vont être mis dans un bac à sable, là où il y a toujours des enfants qui ne semblent appartenir à personne. Puis ils vont grandir, et ces enfants seront ceux que l’on voit à la sortie des écoles, ceux qui sortent en premier, en courant, et qui n’ont manifestement pas de parents qui viennent les chercher. Puis en grandissant, ils vont se rendre compte qu’avoir des parents c’est important, alors ils vont devenir un peu malheureux. Ils vont essayer de ne plus penser à leur tristesse en faisant des peintures, des chansons, de la musique. Ils vont devenir des artistes et on les verra dans les journaux.
— Wah ! s’extasia son fils. Et ils vont y aller comment au bac à sable ?
— Une voiture spéciale va venir les chercher, hasarda le chasseur qui commençait à être à court de répliques.
— Comme celle-là ?
Thomas pointa du doigt une voiture qui approchait à vive allure du jardin en empruntant le petit sentier de terre qui reliait la route à la propriété. Un gyrophare bleu clignotait sur le toit du véhicule. Le chasseur écarquilla les yeux et paniqua.
— Vite, on rentre à la maison ! cria-t-il à son fils en remballant ses affaires.
— Pourquoi ?
— Ne pose pas de questions, cours !
Le petit garçon s’exécuta. Il courut aussi vite qu’il le put, rentra dans la maison et referma la porte derrière lui.

Une semaine plus tard…
— Maman, tu sais que papa m’a menti ?
— Menti sur quoi ?
— Il a dit que les artistes c’étaient que des enfants pas bons, sans parents, et pourtant lui c’est un artiste aussi, alors qu’il a des parents.
— Comment ça un artiste ? interrogea sa mère.
— Bah oui, regarde, il est en photo dans le journal.






nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - B'Resto Buro - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -