nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


22 heures 45


Auteur : BERTORA Jean-Noël

Style : Réflexion




Marc était un solitaire. Il n’avait jamais recherché la compagnie, que ce soit celle des hommes ou celle des femmes. Il ne trouvait d’intérêt dans aucune conversation, avec qui que se soit. Seule sa pensée le passionnait. Il pouvait ainsi ratiociner tout à son aise, toute une journée, tout le temps, sans jamais se lasser.
Certes, les sujets d’actualité l’interpellaient. Surtout l’actualité internationale d’ailleurs et de manière paradoxale. Pourquoi lui, aussi introverti se sentait il proche du monde lointain ?
Sans doute justement parce que cet éloignement le rendait accessible à son indifférence de proximité.
Ainsi il connaissait parfaitement la situation des kurdes dans la province syrienne d’Al Hasakah, sans jamais être sorti de son salon, mais il ignorait totalement que sa voisine de pallier, Michèle Hortaix, venait de perdre sa maman dans un accident de voiture hier soir sur le périphérique nord à 22 heures 45.
Un accident banal, un camion de 38 tonnes qui, en changeant de file sans regarder, a écrasé la petite Twingo contre la balustrade qui sépare les deux côtés de la chaussée.
Indifférence coupable du gros qui ignore le petit.
Indifférence, le même mot pour qualifier deux situations, deux moments aussi différents.
Une indifférence qui isole, une autre qui rapproche beaucoup trop.
Mais il s’agit de la même indifférence avec les mêmes effets. Elle tue très lentement ou très brusquement, mais elle tue.

Oh, bien sûr dans le cas de Marc, cela passe inaperçu, même pour lui, surtout pour lui.
Pour Michèle c’est un cataclysme qui occulte tout le reste du monde.
A trop vouloir regarde au loin, on ne voit plus ce qui nous est le plus proche.
A trop s’appesantir sur son malheur, on ne distingue plus son voisin.

Marc est assis sur une chaise, les coudes sur la table du séjour, l’esprit entièrement occupé à lire un article du « Monde diplomatique » exposant les effets de la spéculation sur les matières premières chez les tribus isolées d’Amériques du sud.
Michèle est assise sur la banquette de son salon, la tête dans ses mains le regard, voilé par ses larmes, posé sur une photo jaunie de sa maman.
Il était 22h45 exactement quand M. Qiáozhì Bùshí sortit de chez lui, pressa le bouton de la minuterie de la lumière de la cage d’escalier dont la minuscule étincelle mit le feu à la fuite de gaz au sous sol et fit exploser tout l’immeuble avec Michèle et son chagrin, avec Marc et sa solitude.
Le JT de 20 heures de France 2 du lendemain en fit mention exactement 18 secondes juste après la campagne électorale aux Etats-Unis et juste avant la relaxe de DSK dans une affaire de mœurs.

Il est 22 h 45 les lumières bleues des immeubles s’éteignent, il est temps de dormir, alors que fument encore les décombres de l’immeuble ravagé.





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - B'Resto Buro - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -