nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Une fête grandiose


Auteur : PATTYN Fred

Style : Scènes de vie




Peu importe l’endroit. Une grande ville ou un petit village perdu au fin fond de la province peuvent servir de décor.
Peu importe le moment. Un samedi soir ou un dimanche après-midi par exemple.
Peu importe l’occasion. Un mariage, une communion, un départ en retraite, ou tout ce que l’on peut imaginer.
Le principal, c’est qu’il y ait beaucoup de monde à cette fête. Suffisamment en tout cas pour la rendre totalement impersonnelle et superficielle. Pourtant, une étonnante galerie de personnages sympathiques est à découvrir, pour celui qui s’en donne la peine. On entre ?

Au premier regard, ce qui frappe, c’est le nombre de personnes assises. Tout le monde a sorti ses plus beaux vêtements. Un joli costume avec une chemise bien repassée pour les hommes, une jolie toilette pour les dames. C’est la crise, mais peu importe. Il faut se faire remarquer, et c’est sur l’apparence qu’on juge de nos jours. Alors on ne lésine pas sur le prix, s’il vous plait ! Même si ce qu’on a acheté pour le prix de plusieurs semaines de courses finira au placard et dans la naphtaline pendant plusieurs dizaines d’années. Pour terminer à la poubelle quand il s’agira de répartir les biens au moment de la succession.

A la première écoute, du bruit. Beaucoup de bruit. Forcément, tous ces gens parlent, ce ne sont pas des sauvages. Certains mêmes rigolent. Ben oui, ils sont là pour s’amuser, si on ne montre pas qu’on s’amuse, c’est qu’on tire la gueule. Et faudra s’expliquer ! Par contre, à la deuxième écoute, cela devient très intéressant. On n’entend que des sujets de conversation qui cherchent le premier prix de la banalité. Le temps qu’il fait en cette saison, le prix des choses, ce qu’il y a à manger dans les assiettes, la décoration de la salle, la tenue vestimentaire de ce monsieur, la coiffure de cette dame…

Tiens, il y en a qui se démarque un peu. Il semble très mal à l’aise dans ce brouhaha d’inepties. D’ailleurs, il doit se sentir un peu seul car personne ne lui parle. Ou alors c’est que certains ont essayé, et qu’il ne leur a pas donné envie de continuer. Dans le temps d’avant, on aurait pu jurer que son ancêtre aurait regardé sa montre à gousset toutes les cinq minutes. Celui-ci consulte son téléphone très régulièrement. S’il en avait la possibilité, il sortirait fumer une cigarette. Mais comme il en est déjà à sa troisième pause solitaire en extérieur dans la dernière heure, il attend. Quoi, c’est un mystère. Certainement que son calvaire s’apaise.

A la table d’à côté, par contre, tout l’inverse ! La dame qui monopolise l’attention parle sans arrêt, et très fort. Et le mieux, c’est qu’elle sait tout ! Elle connait le nom de tous les invités, elle sait combien a couté cette petite réception, elle raconte des anecdotes sur tout le monde, bref, elle est incollable, peu importe le sujet. Et quand elle ne l’est pas, ce n’est pas grave, elle fait comme si, c’est l’essentiel. De toute façon, comme elle change de sujet pour ramener la conversation sur elle, ça passe inaperçu, du grand art. Un petit rire bête, une grande phrase en l’air, et le tour est joué. Mais bon, elle ne remarque même pas que ses voisins de table ne l’écoute même pas.

Par contre, si on continue un peu plus loin, il y en a un qui n’est pas content. Mais alors pas content du tout, et ça se voit. Forcément, sa femme a trop bu. Alors certes au départ elle rigolait bêtement sur n’importe quelle blague, mais là, ce n’est plus pareil. Elle raconte tout ce que les autres ne devraient pas savoir ! Que le couple ait des problèmes d’argent, soit, ce n’est pas le seul. Mais qu’ensuite elle dévoile que son mari connait des problèmes d’érection, et que ces problèmes sont apparus depuis qu’elle l’a surpris en flagrant délit d’adultère avec la baby-sitter, là c’en est trop ! Rouge de honte et de colère, il l’engueule copieusement. Elle le regarde hébétée, ne sachant pas trop pourquoi il s’emporte alors qu’elle ne fait que dire la vérité. En tout cas, si les gens autour s’en amusaient au départ, les voilà bien gênés…

Gênée, la dame d’à-côté l’est également, mais pas pour la même raison. La raison de sa gêne est vraiment inavouable, et elle en est responsable. Elle a deux enfants. Une honte. Car bien évidemment, des enfants, ça court, ça fait du bruit, ça crie, et comble du désespoir, ça casse un verre car ça passe trop près de la table. C’est inadmissible que des enfants soient fatigués et énervés dans un tel contexte. Et on lui fait savoir. Non mais, qui est-elle pour oser gâcher une si belle fête avec ses marmots qu’elle est incapable de dresser ? Alors elle présente ses excuses. Mais personne n’en veut. Les visages continuent d’être marqués par une expression de dégoût.

Ah tiens, quelqu’un qui s’efforce de contenter tout le monde. Bon, c’est un peu normal, c’est l’animateur. Il est payé pour ça, que diable ! Alors, il essaye… Il a plein d’idées, mais aucune ne prend vraiment. Des petites blagues (bon, avouons-le, elles ne sont pas toutes terribles…), des petits jeux (bon, avouons-le, rien de bien original) ou d’autres trucs d’animateurs qui ont fait leurs preuves. Sur le papier. Car ici, rien ne prend. Personne ne veut interrompre sa conversation ne serait-ce que pour l’écouter. Normal, c’est qui cet étranger pour apprendre à tous ces gens comment ils doivent s’amuser ?

Ah ben si, justement, une jeune femme accepte de venir chanter. A capella en plus ! D’ailleurs, elle a dans le regard la même étincelle que le brave homme qui s’ennuyait avec son téléphone. Pourquoi a-t-elle décidé d’agir ? Personne ne le sait. Par défi ? Par compassion envers l’animateur ? Par plaisir personnel ? C’est sous les regards dubitatifs qu’elle prend le micro. Elle chante « Y’a un bal dans ma rue », d’Edith Piaf. Une chanson qui parle de gaité et de partage, d’un moment insolite dans une vie banale. Forcément, cela ne prend pas. Oh, certes, elle chante dans le silence poli des convives. Qui ne l’écoutent pas spécialement, mais qui au moins font semblant. Nul doute que dans leurs têtes se forment des commentaires qui sortiront quand ils seront couverts par le brouhaha. « C’est qui celle-là ? » « T’as bien aimé toi ? » « T’as vu comment elle est habillée ? » « Pour qui elle se prend de chanter comme ça ? » Et pourtant, elle chante bien, divinement bien, avec énormément d’émotion et de courage. Elle retourne s’asseoir. Personne ne sait ce qu’elle pense de sa prestation ni de la réception.

Quand la fête sera finie, tout le monde partira. Les amis éphémères qui auront pu étaler leur science sur des sujets inintéressants ne se reverront plus. La salle sera débarrassée, rangée, et tout le monde pourra regarder calmement les photos et les vidéos qui auront été prises. Par dizaines, voire par centaines, normal. Il est beaucoup plus important de mitrailler que de vivre le moment présent. Et de toutes les bouches sortira la même phrase, que la fête était grandiose.





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -