Une brocante géniale



Nouvelle écrite par Pierre NICOLAY dans le style Réflexion



Vous aimez cette nouvelle ? Partagez-là !
image3

Un de nos partenaires

SOLUTION - TRADUCTION
Traduction professionnelle
Pour tout type de projet

Le Génie avait été découvert lors d’une anodine brocante de quartier. Il provenait d’une vieille lampe à huile cabossée et extrêmement sale, entreposée pendant de longues années dans un vieux grenier miteux d’une masure moyenâgeuse, décrépie et sordide. Elle y serait restée encore longtemps si de nouveaux propriétaires bourrés d’argent et à la recherche d’un « quelque chose de typique et rustique pour les vacances » n’avaient pas décidé de faire rénover le bâtiment à l’abandon des siècles durant pour y habiter. La lampe faisait partie d’une quantité impressionnante d’objets en tout genre allant de caisses en bois pourri à d’anciens outils agricoles en passant par un tas de charbon et autres objets quasis inidentifiables, tous sortis de la masure pour être revendus avant que de grands travaux ne commencent…

Il a suffit d’un frottement lors d’une passation de main pour révéler la merveille qui sommeillait sous la crasse. Il est alors apparu dans toute sa splendeur, fidèle à l’image qu’on se fait de lui dans les contes : grand, fort, beau, tout en voix grave et puissante, vêtu dans un style oriental à la manière des films et dessins animés qui se servent de ce personnage. Le tout était, bien entendu, accompagné de la touche finale et surréaliste indissociable à sa condition de Génie, à savoir un magnifique panache de fumée évanescent le reliant à la lampe où il sommeillait des siècles durant.

C’est à ce moment là que débuta la plus grande menace pour notre monde voire, n’ayons pas peur de le dire, pour notre univers tout entier. Il faut dire que de nombreux points ne sont pas abordés dans les contes, à commencer par l’essence même de la fonction du Génie qui stipule que « quiconque frotte la lampe a le droit à un ou plusieurs vœu », le nombre de souhaits variant sans doute en fonction de la générosité de l’être fantastique. Cela ne se limite donc pas à la seule et unique personne qui trouve l’objet magique. En effet, la créature faiseuse de miracles retourne dans sa lampe mais reste toujours opérationnelle, prêt à exaucer le vœu de la prochaine personne qui viendrait à frotter les murs extérieurs de sa résidence. Si celle-ci diffère de celle qui a frotté la lampe pour la première fois, elle aura aussi le droit à son ou ses vœux. Et dans une brocante, des personnes, il y’en a tout un tas…

Au début tout se passait bien et les effets des vœux n’entrainaient pas de lourdes conséquences. Il faut dire que, dans sa condition souvent associée au bon mouton, l’être humain est souvent limité dans ses choix et désirs quand il doit agir rapidement. En effet, il ne prend pas toujours toute la mesure ni le temps de bien réfléchir à ce qu’il désire et se contente bien souvent d’imiter son prédécesseur en faisant un peu mieux à chaque fois. Cela commença donc essentiellement par des vœux concernant des biens physiques : « une grosse voiture », « une belle villa sur la côte », « l’homme le plus riche du monde ». Les gens se passaient la lampe ou se l’arrachant des mains pour accomplir leurs désirs sans prendre le temps de réfléchir.

On eut ensuite droit à des choses allant plus vers le fantasme avec des gens désirant avoir un puis plusieurs compagnons plus beaux les uns que les autres. Le village fut très rapidement rempli de magnifiques apollons et déesses, prêts à répondre aux ordres et désirs profonds de leurs créateurs. Puis vient le moment où les vœux modifièrent les conditions physiques mêmes des personnes frottant la lampe. Encore une fois, tout se passa très vite : « le plus fort du monde » « le plus beau du monde » « le plus charismatique » « le plus, le plus, le pluuuus »… ce qui provoqua certains conflits, les belles personnes invoquées précédemment étant attirées par les nouveaux belles et beaux, les gens forts réglant leurs différents avec les personnes les ayant persécutés dans leurs « anciennes vies ».

Le drame commença réellement quand un garçon demanda les pouvoir de son super héro préféré. Très vite apparurent des hommes volants, des gens élastiques, très rapides. On passa naturellement rapidement au stade des lasers et boules de feus, provoquant la panique parmi la foule de gens agglomérée autours de la lampe et du Génie, fuyant en masse le cataclysme en cours et laissant tomber dans l’agitation l’objet de tous leurs désirs…

C’est justement à ce moment là qu’Il fit Son apparition. Il ramassa la lampe qui était tombée à Ses pieds et la regarda longuement. Il était considéré comme un marginal un peu fou dans le village. Personne n’osait L’aborder étant donné qu’Il ne faisait justement que Se parler à Lui-même. Il n’était pas méchant, Il n’avait jamais agressé personne mais on ne savait rien de Lui et personne n’approchait de Sa maison qui se trouvait assez reculée, loin du village et des lieux de passage fréquents. Il est des ermites que l’on préfère laisser à leurs montagnes. Il provoqua à lui seul l’arrêt du déchaînement des super héros et super vilains et la fuite des gens. Tout le monde le regardait tandis qu’il observait longuement la lampe. Au bout d’un moment paraissant interminable, Il cracha dessus et frotta l’objet de la manche.

Ce qu’Il demanda ? C’était pourtant très simple, le vœu le plus élémentaire, le plus intelligent à faire dans cette situation, celui auquel tout le monde pense à tête reposée mais que personne ne formule dans l’agitation. Avoir autant de pouvoir que le génie sans en avoir les inconvénients, ce n’était quand même pas complique à trouver et pourtant personne ne l’avait formulé avant Lui. Tout s’est ensuite passé très vite. Adieu veaux, vaches, cochons, moutons… Adieu superbeau, supermachin, superbon, apollons… Tout a disparu en un éclair en même temps que Lui…

Il est vrai que Son vœu reste l’un des meilleurs qui ait pu être formulé. Mais après tout, Il a su en faire bon usage et on ne serait pas ce qu’on est sans Lui. Il est omniprésent et omnipotent mais tout de même une question subsiste: qui de Lui ou du Génie a créer l’autre? Cela restera sans doute un mystère aussi obscure que celui de la poule et de l’œuf…

image1

Lecture aléatoire

Envie de flâner au fil des pages et de découvrir des récits, des histoires et des personnages au hasard, c'est par ici.



Merci à nos partenaires

Les partenaires qui soutiennent Nouvelles-Persos nous permettent d'y consacrer du temps, et donc de gérer le site dans l'intérêt des auteurs et des lecteurs.
Merci à eux.

Actualités

Mises en ligne, news, infos...


Statistiques

Nouvelle-Persos

Une nouvelle est une oeuvre littéraire proche du roman, mais qui s'en distingue par sa brièveté, le petit nombre de personnages, la concentration et l'intensité de l'action, le caractère insolite des évènements contés.