Personnes sur les voies



Nouvelle écrite par Renaud DELAMARE dans le style Horreur



Vous aimez cette nouvelle ? Partagez-là !
image3

Un de nos partenaires

SOLUTION - TRADUCTION
Traduction professionnelle
Pour tout type de projet

J'étais dans le train qui m'emmenait à la gare Saint Lazare.
C'était un jour de mois de mars. Le temps était moche. Nuages à perte de vue.
Il était 8h45 exactement. J'avais pris, comme d'habitude le train de 8h36 à Sannois pour aller au travail.
Le train ralentissait à l'approche d'Asnières-sur-Seine.
Les portes hydrauliques s'ouvrirent brusquement. Les voyageurs montaient comme des zombies dans le train. Des costards-cravates tout sombre, des jeans délavés et moulants, des mini-jupes s'engouffraient dans le train et prenaient place sur les derniers fauteuils encore libres.
Après cinq minutes d'attente, une voix sortant des haut-parleurs se présenta :
« Je suis le conducteur et je viens d'apprendre que notre train reste à quai pour une durée indéterminée… (aussitôt des soupirs et des grondements d'exaspérations s'élevèrent dans la voiture)…des personnes sont sur les voies à Pont Cardinet et bloquent toute la circulation. »
Nous nous regardions entre voyageurs, pensant tous à la même chose.
J'entendis une femme dire à son voisin : « C'est tous les jours pareils ! »

Au loin, juste au niveau du tunnel, des ombres de formes humaines se découpaient dans l'obscurité. Ils chancelaient, bras ballants. Ils étaient au moins une vingtaine. Leur visage blême apparut. Leurs yeux vitreux regardaient vers le ciel et en direction du pont qui traversait les voies. Ils poussèrent des cris d'agonisants mêlés à de dégoutants gargouillis en voyant passer des gens. Ils battaient l'air avec leurs bras, semblant vouloir les attraper.
Puis, à l'unisson, ils reprirent leur marche, s'approchant des quais de Pont Cardinet, où attendaient des hommes, des femmes et des adolescents. Ils s'amassaient au bord des voies, espérant que leur train arrive…mais c'était autre chose qui allait arriver…s'ils savaient…
Ils ne pensaient pas en partant de chez eux qu'ils vivraient leur dernière journée.
La pire des journées. Ils allaient subir les sévices corporels les plus inimaginables : démembrement, éviscération, énucléation, émasculation, …
Ils sentiront quand les zombies leur ouvriront le ventre pour arracher leurs organes, fouillant dans leur cavité abdominale, ou quand ils se jetteront tous sur eux pour les mordre, leur sortir les globes oculaires, leur déchirer la langue pour étancher leur faim insatiable… puis ils laisseront les corps aux corbeaux, rats et fourmis, avant de poursuivre leur route en direction d'Asnières, où je me trouvais…

image1

Lecture aléatoire

Envie de flâner au fil des pages et de découvrir des récits, des histoires et des personnages au hasard, c'est par ici.



Merci à nos partenaires

Les partenaires qui soutiennent Nouvelles-Persos nous permettent d'y consacrer du temps, et donc de gérer le site dans l'intérêt des auteurs et des lecteurs.
Merci à eux.

Actualités

Mises en ligne, news, infos...


Statistiques

Nouvelle-Persos

Une nouvelle est une oeuvre littéraire proche du roman, mais qui s'en distingue par sa brièveté, le petit nombre de personnages, la concentration et l'intensité de l'action, le caractère insolite des évènements contés.