Le tueur du supermarché



Nouvelle écrite par Ghislain GRENET dans le style Noires



Vous aimez cette nouvelle ? Partagez-là !
image3

Un de nos partenaires

SOLUTION - TRADUCTION
Traduction professionnelle
Pour tout type de projet

Nous sommes dans la grande surface de Cerpobert. Le directeur est furieux. Cet homme pourtant d’ordinaire pondéré est d’humeur massacrante aujourd’hui :
« Mademoiselle Thomas.
- Oui monsieur.
- Convoquez-moi immédiatement un dénommé René Dupuis.
- Mais il est veilleur de nuit ; il doit dormir en ce moment.
- Je m’en fous ! Faites le venir tout de suite. »
Le type arrive deux heures plus tard :
« Vous voulez me voir monsieur ?
- Oui !
- Et à quel sujet ?
- Pour le vol d’une palette de téléviseurs.
- Quoi ?
- On vous a vu. De toute manière vous n’en êtes pas à votre premier exploit.
- Je ne comprends pas.
- Vous connaissez Roger Guérin ?
- Oui ! C’est un ami qui travaille chez Dartoy.
- C’est à lui que vous refourguez la camelote ; ne dites pas non, j’ai des témoins. »
Il baisse la tête sans répondre :
« De toute manière, il a été arrêté ce matin. Vous êtes viré sans indemnités naturellement. Si j’avais été un pourri, je vous aurais fait arrêter mais comme je suis bon prince, je passe l’éponge. Un conseil, ne refoutez jamais plus les pieds ici. A bon entendeur, salut. »
Il se replonge dans ses dossiers. Le type est abasourdi. Il rentre chez lui et tente de se rendormir mais en vain, aussi décide-t-il de se venger ; oui mais comment ?
Toute la journée, il pense et repense sans aboutir. Le soir, aux informations, il entend un journaliste dire :
« Tout un lot de petits pots ont été retirés du circuit alimentaire car il y avait des morceaux de verre dans certains d’entre eux. »
Il éteint la télé, et se frotte les mains.
Le lendemain, il va voir un magouilleur :
« Qu’est ce que tu fous là ? D’habitude tu dors à cette heure là.
- Ouais ! Mais je me suis fait virer.
- Ils ont réussi à te choper ?
- On ne peut rien te cacher.
- Qu’est ce qui t’amène alors ?
- Je voudrais faire fermer la turne de cet enc…
- T’es un ambitieux toi et comment compte procéder monsieur ?
- Le monsieur va empoisonner plein de gentils messieurs et de gentilles dames.
- T’es louf ! Moi je ne marche pas dans la combine.
- Attends, tu ne risques rien. Tu me fournis la camelote et moi je me charge du reste.
- Et si tu te fais piquer ?
- On ne se connaît pas ; c’est moi qui porte le chapeau.
- Dans ces conditions, ça marche, mais je veux que tu me promettes quelque chose.
- Quoi ?
- Tu prends la quantité que tu veux et tu ne viens plus me faire chier.
- Ok ! Ca marche.
- Alors, qu’est ce que tu veux ?
- Une seringue et du poison liquide. »
Il fouille dans un vieux buffet. Il rapporte une petite bouteille à l’effigie d’une tête de mort :
« C’est quoi ?
- Le top du top ; j’ai fais crever des chiens avec ça ; ils venaient chier devant chez moi
- Et c’est à base de quoi ?
- D’acide, mais pas n’importe lequel ; celui là est incolore et inodore. Une simple goutte dans de la viande et t’es bouffé en moins que rien. Surtout n’en mets pas sur toi sinon ça t’attaquerait jusqu’à l’os.
- Super ! Ils vont s’en rappeler du René. »
Au moment de partir, il lui dit :
« Au fait Marcel, vas pas acheter de la flotte ou de la bidoche là bas.
- Je ne bois que du pinard et je bouffe mes poules alors… »
Il va dans un magasin de postiches et achète de quoi se grimer. Arrivé au supermarché, il prend un chariot et le remplit de packs d’eau. Il se met dans un endroit peu fréquenté et seringue les bouchons puis recommence jusqu’à ce qu’une palette soit totalement contaminée. Il abandonne son caddie et va au rayon de la viande. Il regarde les barquettes sous cellophane et pique systématiquement tout ce qu’il voit. A court de produit, il se résout d’arrêter. Voyant qu’il reste quelques gouttes, il aperçoit un petit chien dans un caddie. Une idée de dingue lui passe par la tête. Il profite que sa maîtresse discute avec le boucher pour lui faire une injection. La bête se met à hurler et s’écroule :
« Bibiche ! Dit la vieille dame, qu’est ce qui t’arrive ? » Dit-elle en secouant la bestiole.
Le type repart en souriant.
On ne parle que de ça aux informations et il en est plus que ravi. Croyez-vous qu’après ceci il soit calmé ?
« Marcel, c’est René dit il au téléphone.
- Qu’est ce que tu veux encore ?
- De ta camelote.
- Tu peux aller te faire foutre.
- Ne le prends pas sur ce ton sinon je te casse les reins.
- Il manquerait plus que ça.
- Dis donc, tu veux que je parle aux flics du trafic de bagnoles volées et de tes combines avec les dealers ?
- Fumier !
- Alors ? »
L’autre est furieux :
«Je ne veux plus voir ta gueule après !
- Oui c’est ça, alors accouche.
- Tu vas à saint Giron dans la grange à la mère Gobin, il y en a 300 litres. »
Il raccroche, attèle sa voiture et s’en va. Arrivé sur les lieux, il fracture le cadenas et entre :
« Putain ! Dit-il, il y a de quoi faire crever un troupeau d’éléphants avec tout ça. »
Il charge la remorque :
« Je vais faire dans le grandiose » dit-il.
Il arrive devant le château d’eau de Cerpobert et parvient à y pénétrer pour y vider ses bidons dans le bassin d’alimentation. Il décide de rapporter les contenants dans la grange et fonce chez lui. Qu’elle n’est pas sa surprise de voir Marcel devant chez lui :
« Qu’est ce que tu fous là ? »
Pour seule réponse, il est ceinturé par des policiers :
« Espèce de fumier !
- Je ne pouvais pas te laisser continuer à tuer des gens. »
Il lui aurait dit ce qu’il aurait fait mais là… :
« Et les bidons ? Lui demande- t-il affolé.
- Tu m’as bien baisé avec ça, ils étaient tous vides.
- Quoi ? »
Arrivé en prison, il lui est remis une tenue de prisonnier. Une fois qu’il fut déshabillé, un gardien lui dit :
« Tu prends tes affaires et tu me suis. »
Arrivés dans une grande pièce carrelée, il lui dit :
« C’est l’heure de la douche. »
Il ouvre un robinet et pousse René sous le jet.

image1

Lecture aléatoire

Envie de flâner au fil des pages et de découvrir des récits, des histoires et des personnages au hasard, c'est par ici.



Merci à nos partenaires

Les partenaires qui soutiennent Nouvelles-Persos nous permettent d'y consacrer du temps, et donc de gérer le site dans l'intérêt des auteurs et des lecteurs.
Merci à eux.

Actualités

Mises en ligne, news, infos...


Statistiques

Nouvelle-Persos

Une nouvelle est une oeuvre littéraire proche du roman, mais qui s'en distingue par sa brièveté, le petit nombre de personnages, la concentration et l'intensité de l'action, le caractère insolite des évènements contés.