nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Coeurs solitaires


Auteur : LEMAIRE Denis

Style : Morale




Nous sommes le 24 décembre, comme bon nombre de personnes, Muriel secrétaire de direction dans une entreprise de constructions métalliques effectue ses achats de cadeaux à la dernière minute.

Lorsqu’enfin elle sort de la grande surface dans laquelle elle a fait ses achats, elle a les bras chargés, trois grands sacs et deux cartons relativement volumineux sous les bras.

Pressée, elle marche d’un bon pas afin de rentrer chez elle, étant plus occupée à faire au plus vite, elle bouscule un homme venant dans les sens inverse avec un sac.

Bien entendu le carton bien emballé qu’elle avait sous le bras se retrouve par terre.
L’homme s’excuse alors qu’il n’est en rien responsable et gentiment il lui propose de l’aide, Muriel pose ses sacs et le paquet restant, s’abaisse et ramasse le colis qui a son emballage quelque peu abimé.

Muriel veut reprendre ses sacs mais l’homme lui dit :
- Laissez vos sacs, je vais vous les porter jusqu'à votre voiture
- C’est très gentil à vous, mais je n’ai pas de voiture en plus je ne voudrais pas vous retarder
- J’ai tout mon temps, croyez-moi, je viens juste pour manger quelque chose à la cafétéria
- Manger maintenant, vous n’allez pas réveillonner ?
- Je suis seul, alors le réveillon pour moi se passera devant la télé
- Je suis désolée pour vous, mais il faut absolument que je rentre me préparer, car dans une bonne demi-heure, on va venir me chercher.
- Je vais vous reconduire, car d’abord j’ai tout mon temps en plus avec tous vos paquets vous risquez d’avoir des difficultés.
- Je n'habite pas loin, mais j’accepte volontiers
- Alors on y va

Prenant une grosse partie des paquets de Muriel, l’homme se dirige à sa voiture, il place le tout dans le coffre et il ouvre la portière à Muriel.

Le trajet est très court, toujours aussi galant, l’homme aide Muriel à rentrer ses paquets, elle le remercie de sa gentillesse et ils se saluent tout simplement.

Ensuite, lui remonte dans sa voiture et retourne à la cafétéria pour se restaurer.

Alors qu’il est occupé à manger, Léon puisqu’il se prénomme ainsi se dit qu’il n’a même pas bien regardé la femme à qui il vient de donner de l’aide, certes il connait son adresse mais rien d’autre.

Après avoir mangé, Léon remonte dans sa voiture et rentre gentiment chez lui comme il l’a dit à Muriel.
Rentré chez lui, il se met à l’aise et s’installe devant la télé avec un bon café.

Ce garçon est vraiment un cas spécial, pourquoi alors qu’il est jeune et pas mal du tout de sa personne, reste chez lui complètement seul un soir de réveillon ?

Etre casanier à ce point c’est grave, que s’est il passé dans sa vie pour qu’il agisse de la sorte ?

Il a beau zapper, rien ne l’intéresse vraiment, alors il se lève et prend dans sa bibliothèque un album photo, qu’il feuillette lentement, soudain des larmes coulent sur ses joues.

Ce qu’il regarde est une photo en format A4 du superbe visage d’une jeune femme souriante, cette jeune fille, il l’a profondément aimé et qui est décédée dans un accident de voiture il y a peu de temps, c’est cela qui fait qu’il est replié sur lui-même et qu’il ne se sent bien que seul.

Léon ne va pas regarder la télé bien longtemps, il va se coucher alors qu’il est à peine 22 heures, mais le sommeil a difficile à venir.

Pendant plusieurs semaines, Léon continue sa pauvre petite vie, pas qu’il soit dans des ennuis financiers au contraire, il possède une maison, une voiture récente, il gagne très bien sa vie, tellement bien qu’il se permet d’aller chaque jour manger au restaurant ou à la cafétéria de la grande surface.

Un soir, alors qu’il se trouve à la cafétéria occupé à prendre son repas, il est accosté par une jeune femme qui lui dit tout simplement bonjour avec un large sourire.
Il regarde la femme et lui répond simplement "bonjour"
- Vous ne me reconnaissez pas, demande Muriel
- Pas du tout, je ne vois vraiment pas, je m’en excuse, qui êtes vous ?
- Vous ne vous rappelez pas la veille de Noël, vous m’avez aidé avec mes paquets et vous m’avez même ramené chez moi avec votre voiture
- Excusez-moi, mais il faisait noir et si je me souviens bien, vous étiez pressée, alors je n’ai pas du tout fait attention à votre visage, mais asseyez-vous et prenez un café avec moi.
- D’accord, ainsi nous pourrons faire connaissance, mais c’est moi qui offre le café
Muriel se rend au comptoir et prend deux cafés, rejoint ensuite Léon à sa table, à peine assise elle dit
- Je me présente, je m’appelle Muriel Léonard, je suis secrétaire, j’ai 26 ans et suis célibataire, vous savez où j’habite donc à part mon numéro de téléphone vous savez tout, à votre tour maintenant
- Bien, voila je m’appel Léon Legrand, je suis comptable, j’ai 32 ans et tout comme vous je suis célibataire et je vis seul, mes parents sont décédés tous deux, j’ai donc étant seul héritier reçu la maison où j’habite.
- Si je comprends bien, vous êtes un célibataire endurci
- Pas du tout, mais je pourrai vous rétorquer la même chose, vu que vous avez également coiffé Sainte Catherine
- Jusque à ce jour, je n’ai pas eus beaucoup de temps pour sortir et faire des rencontres.
- Vous aussi avez perdu vos parents ?
- Pas vraiment, je suis une enfant de l’assistance publique, ce qui veut dire que jusque mes 18 ans, je suis restée dans un établissement, ensuite j’ai tout fait pour avoir une bonne situation, ce qui est fait à présent.
- Je vous félicite pour votre courage, mais une chose m’interroge, pour qui étaient alors tous vos paquets ?
- Pour des enfants de l’assistance et aussi un peu pour moi
- Vous ne connaissez pas vos parents ?
- Pas du tout
- Je suis désolé
- Assez parlé de choses tristes, d’accord ?
- Absolument, aussi sans vouloir être entreprenant, ce qui n’est pas du tout mon cas, accepteriez-vous de dîner avec moi samedi soir, pas ici bien entendu, mais dans un vrai restaurant
- Tout à fait, samedi soir je suis entièrement libre
- Alors j’irai vous chercher samedi vers 18 heures chez vous
- Vous vous rappelez encore de l’endroit où j’habite ?
- Même de la maison, oui
- D’accord, je serai prête

Comme convenu, Léon est à l’heure du rendez-vous, il sonne à la porte d’entrée, Muriel vient lui ouvrir
- Bonsoir, entrez je suis pratiquement prête, cous voulez un café ?
- Merci, c’est gentil mais je viens juste d’en boire une tasse avant de quitter, vous allez bien ?
- Très bien et vous ?
- Parfaitement bien, avez-vous une préférence pour un restaurant ?
- Non, vous savez pour vous dire la vérité, je n’y suis jamais allée
- Alors lequel ? chinois ou autre ?
- Pourquoi pas un chinois car j’ai envie de gouter cette cuisine
- D’accord, j’en connais un très bon
- Je vous fais confiance, voila je prends une veste et nous pouvons partir.

Muriel est un peu surprise de voir d’abord la décoration de l’établissement, ensuite de l’accueil, puis de la manière qu’on les clients de se servir eux-mêmes sans rien commander.

Après une apéritive maison, qui semble tout à fait agréable à boire à Muriel, Léon l’invite à le suivre pour se servir.
Pendant le repas, la conversation entre eux est principalement axée sur la nourriture, Muriel est complètement ravie et apprécie tout ce qu’elle mange pour la toute première fois de sa vie.
Ils sont tous deux repus, Léon commande deux cafés, ceci sans se soucier si Muriel en veut.
Les deux cafés sont servis, Muriel regarde Léon et lui dit :
- Pourquoi continuons-nous à nous dire vous ?
- Tu que l’on se tutoie?
- Bien sûr je trouve cela nettement plus sympa
- Alors d’accord, tu as bien mangé Muriel ?
- Tout était délicieux, jamais je n’ai autant mangé, il ne faudrait pas que je remette ça trop souvent
- Donc tu es contente
- Mieux complètement ravie.

Alors que Léon demande l’addition, la serveuse vient leur proposer une pause café offert par le patron.
Léon demande à Muriel si elle veut prendre le pousse café offert par le patron, elle répond simplement "pourquoi pas".
Léon demande un cognac et une liqueur de rose pour Muriel.

Enfin, ils quittent le restaurant, arrivés près de la voiture, c’est Muriel qui propose :
- Tu ne veux pas que nous allions dans une discothèque ?
- Je n’osais pas te le proposer
- Tant à faire, première fois mangé de la cuisine chinoise alors pourquoi ne pas aller voir ce qui se passe dans une discothèque, pas vrai ?
- D’accord, nous y allons

Mais à peine entrés dans la salle que Muriel attrape le bras de Léon et lui dit :
- Pas question de rester ici, cette musique va beaucoup trop fort, en plus je ne sais pas danser

Directement ils sortent, arrivés dehors, Léon lui dit, c’est toi qui voulait venir :
- Je sais, mais j’ignorais qu’il était possible de faire de la musique aussi fort, c’est non seulement assourdissant, mais en plus très mauvais pour les oreilles, tu y viens souvent toi ?
- Jamais, je n’aime pas ces endroits
- Moi je crois bien que je n’y remettrai plus jamais les pieds

Ils vont se rencontrer ainsi pendant près de quatre mois et ce sans jamais qu’aucun des deux n’essaye d’avoir autre chose que l’amitié, même si Léon va régulièrement chez Muriel et vice et versa, il n’y a jamais qu’un bécot amical sur la joue en arrivant et en quittant.

Pourtant une soi, tout va basculer, alors qu’ils sont tous deux assis côte à côte dans le divan chez Muriel et qu’il regarde à la télé un film plus ou moins d’horreur, nombreuses scènes brutales et sanglantes.

A un moment donné, une scène terrible défile sur l’écran, prise d’une peur subite et tellement prise par ce film, Muriel se blottit dans les bras de Léon comme si elle voulait être protégée.

Un peu surpris Léon la serre tout contre lui et l’embrasse à même les cheveux, sentant cela, Muriel relève la tête et pose ses lèvres légèrement ouverte sur la bouche de Léon qui ose enfin répondre au baiser.

Premier baiser, mais qui ne sera pas le dernier, car ils se répètent et ils ne regardent plus l’écran qui à tant fait peur à Muriel.
Et sans vraiment bien s’en rendre compte, ils se retrouvent quasiment nus tous deux, c’est ainsi que à même le divan ils font l’amour pour la toute première fois ensemble.

Ensuite, la télé éteinte, Muriel emmène Léon dans sa chambre et cette fois c’est sur la couche complètement nus qu’ils vont passer leur première nuit ensemble.

Le lendemain matin, après une bonne douche, Muriel se rend à la cuisine et prépare du café et le petit déjeuner.
Léon qui à son tour est levé, se rend à la salle de bain, se douche ensuite il retourne à la chambre remettre sur lui le peu qu’il avait gardé la veille au soir, puis descend en faisant le moins de bruit possible pour rentrer dans le living récupérer ses vêtements.

Il ne faudra pas plus d’une semaine pour que Muriel s’installe définitivement chez Léon et que très rapidement ils se mettent d’accord pour s’unir devant Dieu et les hommes.
Comme quoi, le pas entre l’amitié est l’amour est parfois très vite fait.





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -