nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Histoire avortée à cause d'une coquille d'escargot


Auteur : GOTTHOLD Didier

Style : Humour




Dans une ville de province où il ne se passait rien, un haricot tomba du toit. L'homme se leva et se mit à hurler qu'on ne l'y reprendrait plus. Il mit son cheval dans sa valise et partit.

Comme les choses les plus insignifiantes peuvent prendre des proportions démesurées, il s'était emballé la tête dans un énorme pansement, de peur que la vue du trou de la piqûre d'insecte de la nuit passée, n'attire toutes choses à l'intérieur. C'était un homme farfelu, mais qui n'avait de farfelu que ce qu'on croyait deviner de lui. Mais à voir ses chaussettes savamment lacées à la spartiate, on pouvait cependant être sûr qu'il n'était pas homme à plaisanter. Son rire franc et sonore était aussi réputé que l'absence de dent qu'il découvrait en pareilles occasions. Un dentier de fer traînait toujours dans une de ses poches, où une mignonne petite souris, s'empressait après chaque repas, d'aller quérir miettes qui s'y étaient collées. Voilà le portrait fugace de l'homme auquel appartient ma plume.

Fugace : il est donc temps de le rattraper. Il dégustait à une table élégamment garnie une demi-douzaine d'escargots, dans un ravier. Je pris place à côté de lui, sans même demander d'autorisation : nous étions dans une auberge !
- Mangerez-vous avec moi, ou vous contenterez-vous de me regarder manger ? lança-t-il.
- Volontiers ! répondis-je, et il fit signe à la servante qui apporta une autre demi-douzaine d'escargots.
- Pourquoi vivons-nous sinon pour boire, dormir et manger ? me cria-t-il, comme si j'étais sourd, alors qu'il faisait un bruit affreux en aspirant dans une coquille.
Ce bruit c'était trop, je n'en pouvais supporter davantage. Je déchirai la page où j'écrivais, et l'homme hurla de douleur, lâchant le ravier qui m'éclaboussa, lorsque déchiré en deux, puis en quatre, en huit, en seize, je jetai les morceaux dans mon assiette et abrégeai ici mon histoire.

- Où est passé le monsieur qui mangeait en face de vous. Il n'est tout de même pas parti sans payer son addition ? demanda la servante en s'approchant de moi.
- Non dis-je, je n'en voulais plus, et si vous voulez qu'il revive, vous n'avez qu'à recoller les morceaux de cette page qui sont dans mon assiette !
Là-dessus je payai ma demi-douzaine d'escargots, ainsi que celle de l'homme qui n'existait plus ; et je partis...





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -