Que de temps perdu



Nouvelle écrite par Denis LEMAIRE dans le style Morale



Vous aimez cette nouvelle ? Partagez-là !
image3

Un de nos partenaires

MULTI PANDA
Création de sites internet
Site vitrine ou site sur mesure

Juan et Carlo sont deux frères, Juan l’aîné est âgé de 38 ans, il est architecte et est associé avec Nadine, Carlo lui âgé de 32 ans est directeur dans un hôtel.
Juan est toujours célibataire, Carlo, lui est marié depuis cinq ans avec Carine.
Nadine, elle est en pleins préparatifs pour son mariage avec Walter.
Si Juan est toujours célibataire c’est tout simplement parce qu’il est amoureux de Nadine depuis l’école, ils ont fait toutes leurs études ensemble, si lui est amoureux, elle par contre le considère comme son meilleur ami et confident, voir comme un frère.

L’entente entre les frères n’est pas au beau fixe depuis quelques temps, pourtant jusqu’alors ils s’entendaient très bien.
Pourquoi cette mésentente ?
Alors que Juan passait quelques jours à l’hôtel de son frère, il s’est retrouvé sans l’avoir chercher dans les bras de sa belle sœur.
Il se fait qu’un après midi, une dispute assez houleuse a eu lieu entre les deux époux, au point que Josiane est sortie en pleurs de l’hôtel et s’est retrouvée au bord de la rivière où Juan pêchait.
Voyant sa belle soeur en larmes, Juan déposa sa canne à pêche et la rejoint
- Que se passe-t-il Josiane?
Se blottissant dans les bras de Juan, Josiane raconta la violente dispute avec Carlo, lui fait tout pour la calmer, pour se faire tendrement il lui sèche les larmes qui coulent le long de son visage, lui pose des petits baisers sur le front et les joues.
Puis sans trop savoir comment cela est arrivé, ils se sont embrassés sur la bouche, du baiser ils sont passés aux caresses et des caresses à faire l’amour à même le sol.
Après l’amour, touts deux se mettent d’accord pour que cela ne se représente jamais, ils ont commis une erreur c’est tout.
Malheureusement pour eux, Carlo les avait vus, malgré une colère folle, mais il décidât de ne rien dire, ni à son épouse, ni à son frère.
Juan qui se reprochant d’avoir sans le vouloir fait l’amour à sa belle sœur, abrégea son séjour et rentra chez lui dès le lendemain matin.

Depuis ce jour, Carlo n’adressa pratiquement plus la parole à son aîné, quant aux rapports avec sa femme, ils sont devenus de plus en plus tendus.
Josiane ne supportant plus l’humeur de Carlo, lui annonça qu’elle le quitte
Carlo pensa évidemment qu’elle le quitte pour rejoindre son frère, or ce n’était absolument pas le cas.
C’est Carlo qui voulant savoir absolument si sa femme allait rejoindre son frère, il lui téléphone et lui pose la question
- J’ai une question à te poser, je te demande de me répondre franchement
- Je t’écoute
- Est-ce chez toi que Josiane se trouve ?
- Pourquoi veux-tu que ta femme soit chez moi ?
- Parce qu’elle m’a quitté, comme je vous ai vus ensemble faire l’amour, je suppose qu’elle est partie te rejoindre
- Ecoute moi bien Carlo, ce fut une terrible erreur, ce que nous avons fait ce jour là, mais je t’assure qu’il ne s’est plus rien passé depuis lors et qu’elle n’est pas ici
- Je ne te crois pas
- Comme tu veux, mais je te promets que tu te trompes
- Je veux bien te croire, mais je doute quand même
Nadine qui présente pendant la conversation entre les deux frères, regarde un peu surprise de Juan, alors il lui raconte ce qui s’est passé, elle comprend la situation
Le téléphone sonne à nouveau, c’est pour Nadine, c’est la couturière qui lui fait savoir que sa robe de mariée est terminée et qu’elle peut venir la prendre.
Elle le dit à Juan, qui directement lui répond
- Prends ton après midi et va chercher ta robe
- Merci Juan

Nadine sort, elle se rend directement en voiture chez sa couturière, cette dernière lui fait admirer son travail, toute heureuse elle règle le montant de la facture et fière elle rentre dans l’appartement qu’elle habite avec Walter depuis quelques mois déjà.
Toute à sa joie, elle entre, elle reste bloquée sur place, sur le divan du salon, Walter est occupé à faire l’amour avec une fille blonde, c’est cette fille qui voit Nadine la première.
Le couple s’arrête, mais le mal est fait, Walter veut minimiser la chose, mais Nadine ne veut rien entendre, elle laisse sa robe sur place et sort en pleurant.
Très tard dans la soirée, elle ose rentrer, Walter n’est pas présent, alors elle se rend dans la chambre, plus aucun effet de l’homme qu’elle aimait dans le placard, il a quitté les lieux.
Alors seule Nadine ferme la porte d’entrée à clef et prend bien soin de pousser le verrou, puis elle téléphone à son meilleur ami, c'est-à-dire Juan, elle lui narre ce qui s’est passé.
Comme toute réponse, il lui dit "j’arrive"

Cette fois, Juan ne veut pas rééditer la même erreur que celle commise avec Josiane, c’est donc en confident et ami qu’il se rend chez Nadine.
Lorsqu’il arrive, Nadine tombe dans ses bras en pleurs.
- Jamais je n’ai été autant blessée dans mon amour propre
- La vie continue ma grande, ce n’était pas un homme pour toi
- Je l’aimais Juan, pourquoi à huit jours du mariage m’a-t-il fait ça ?
- Parce qu’il le faisait déjà bien avant, ce n’est d’ailleurs que tant mieux que tu sois tombée dessus car tu aurais été cocufiée encore longtemps
- C’est un vrai salaud
- Ecoute, jamais je ne me suis immiscé dans tes affaires de cœur, mais je n’ai jamais fait confiance à Walter
- Pourquoi ?
- Je ne sais pas, il ne m’inspirait pas confiance
- Tu veux bien rester cette nuit ici
- D’accord, je dormirai sur le divan
- Je vais te chercher de quoi, mais avant si nous buvions un verre
- D’accord, mais pas trop, car tu es trop énervée pour boire
- Whisky ?
- OK
C’est donc sagement et en ami, que Juan va passer la nuit dans l’appartement de Nadine.

Le lendemain matin, c’est elle qui par un petit baiser sur le front, qui réveille Juan
- Bonjour, tu as bien dormi ?
- Pas mal et toi ?
- Difficile au départ, mais je me suis bien rattrapée après
- Tant mieux
Pas question pour Juan de l’interroger ou de parler de ce qui c’est passé la veille, au contraire c’est de travail qu’il lui parle
- Tu sais que dès que nous aurons terminé les plans pour la transformation de l’hôtel de la côte, nous aurons une bonne quinzaine de libre, pourquoi ne pas en profiter pour aller sur place et passer quelques jours de détente
- Programme alléchant je l’avoue
- Alors d’accord ?
- Oui, bien sûr, en plus c’est au bord de mer
- Je les contacte dès qu’on arrive au bureau
- OK, je vais préparer le petit déjeuner, si tu veux prendre une douche, la salle de bains est libre
- Merci, mais tu aurais un rasoir pour pouvoir me raser
- Oui, je crois encore avoir le rasoir électrique de mon père
- Relique ou souvenir ?
- Ni l’un, ni l’autre, je ne sais d’ailleurs pas pourquoi je l’ai conservé
- Bien utile pour autant qu’il fonctionne
- Ca j’en suis certaine
Lorsqu’ils sont prêts, ils se rendent au bureau, ils travaillent comme par le passé, Nadine semble détendue.

Quatre jours plus tard, tout est terminé, ils peuvent donc partir se reposer quelques jours au bord de mer.
Ils sont très bien installés, chacun dans sa chambre, mais ensemble pendant toute la journée et la soirée, ils semblent tous deux heureux, aucun n’a parlé de Walter.
Bien au contraire, Nadine se rapproche de plus en plus de Juan, lui de son côté amoureux fou d’elle se tient tout à fait correctement.
Mais cette situation ne va cependant plus durer bien longtemps, Nadine c’est en effet rendue compte que Juan était plus qu’un bon copain et qu’elle l’aimait depuis longtemps, alors c’est elle qui va oser.
Un soir, alors qu’ils se rendent chacun dans leur chambre respective, Nadine lui dit au creux de l’oreille
- Tu ne veux pas être gentil avec moi et venir passer la nuit avec moi
Surpris mais ravi, il l’accompagne dans sa chambre, alors à peine la porte fermée, Nadine se colle contre lui et pose gentiment ses lèvres sur celles de Juan.
Il s’ensuit un long baiser, le premier entre eux deux, mais combien divin pour chacun
Après de nombreux baisers, ils en arrivent à se dévêtir mutuellement et pour finir complètement nus sur la couche et elle se donne à lui de tout son être.

Tard le lendemain, ils se réveillent toujours blottis dans les bras l’un de l’autre, le bonjour se fait en un long baiser
Ils se rendent ensemble à la salle de bain et entrent tous deux dans l’endroit exigu de la douche, tout en se douchant, ils se touchent, se frôlent, s’embrassent et se caressent.
Enfin prêts, ils vont prendre leur petit déjeuner, pendant qu’il mange, Nadine regarde Juan et elle voit un homme calme et d’humeur toujours égale.
Il faut dire qu’elle n’a pas beaucoup dormi la nuit, si ce n’est sur le matin, car tandis que Juan dormait tranquillement, elle réfléchissait en le regardant dormir.
Comment ne s’est elle jamais rendue compte qu’elle avait à ses côtés depuis des années l’homme qu’elle aimait, jusqu'à ce jour elle pensait n’avoir qu’une profonde affection pour lui, son ami, son confident, celui qui savait écouter, celui qui la consolait et qui lui donnait de conseils.
Que de temps perdu s’est dit Nadine, combien d’années d’amour perdues ?
Elle s’est promis de lui avouer qu’elle l’aime et que c’est avec lui qu’elle veut faire sa vie.
Mais que pense Juan, plus que certainement la même chose, lui qui l’aime en silence depuis tant d’années.

Après le petit déjeuner, ils se rendent au bord de mer, il fait encore frais à cette heure matinale, alors installés à l’abri du vent, ils se bécotent amoureusement.
- Je peux te parler Juan ?
- Bien sûr, pourquoi cette question ?
- Parce que justement j’en ai une à te poser
- Je t’écoute
- M’aimes-tu ?
- Nadine, je t’aime depuis si longtemps
- Pourquoi ne m’as-tu jamais rien dit ?
- Tout simplement pour ne pas détruire notre belle amitié
- Moi aussi je t’aime, je m’en suis rendue compte cette nuit
- Il t’en a fallu du temps
- Je te demande pardon, je suis certaine que je t’ai fait souffrir
- Beaucoup et souvent, mais je me suis toujours efforcé de ne rien montrer
- Mon amour, encore une fois je te demande pardon
- Je te pardonne tout ma chérie, mon amour pour toi est au dessus de cela
- Embrasse-moi
- Pas de suite, après, car moi aussi j’ai une question à te poser
- Bien, je t’écoute
- Nadine mon amour, veux-tu bien accepter de devenir ma femme ?
- Oui mon cœur et avec joie
Ils se mettent de suite d’accord pour se marier le plus rapidement possible, Nadine lui demande alors.
- Tu acceptes que je mette la robe que j’avais achetée ?
- Pourquoi pas, si elle est jolie
- Ca je peux te l’assurer
- Je te fais confiance

Le séjour est pour eux un vrai bonheur, ils ont perdu tant de temps jusqu’ici, qu’ils font tout pour ne pas perdre une minute de leur nouvelle vie.
Deux mois plus tard c’est le mariage, Juan est non seulement heureux d’épouser enfin celle qu’il aime depuis toujours, mais aussi parce qu’il a réussi à se réconcilier avec son frère, ce dernier a en plus accepté d’être son témoin.
Tant d’années de bonheur perdue certes, mais ils vont faire tout pour que celles à venir soient des plus heureuses.

image1

Lecture aléatoire

Envie de flâner au fil des pages et de découvrir des récits, des histoires et des personnages au hasard, c'est par ici.



Merci à nos partenaires

Les partenaires qui soutiennent Nouvelles-Persos nous permettent d'y consacrer du temps, et donc de gérer le site dans l'intérêt des auteurs et des lecteurs.
Merci à eux.

Actualités

Mises en ligne, news, infos...


Statistiques

Nouvelle-Persos

Une nouvelle est une oeuvre littéraire proche du roman, mais qui s'en distingue par sa brièveté, le petit nombre de personnages, la concentration et l'intensité de l'action, le caractère insolite des évènements contés.