Les amants de la passerelle des Arts



Nouvelle écrite par Pierre ERNOULT dans le style Drame



Vous aimez cette nouvelle ? Partagez-là !
image3

Un de nos partenaires

MULTI PANDA
Création de sites internet
Site vitrine ou site sur mesure

Ils rient et dansent tous les deux sur la passerelle des Arts à Paris qui relie Saint-Germain des Prés au Louvre. Lui était venu la veille fêter avec ses camarades les résultats de son concours. Il avait trouvé l'endroit romantique et décidé d'ouvrir une bouteille de champagne avec elle pour fêter les vacances qui commençaient. Elle aime ce jeune homme qui vient de réussir ses études scientifiques de haut niveau et qui lui assurera un bon niveau de vie.

Il a déjà pas mal bu auparavant et comme il a le vin gai, il ne tient plus sur place l'emmenant dans une valse sans fin. La sentant épuisée, lui-même hors d'haleine, il décide d'aller l'embrasser en se calant sur le garde-corps. Le baiser est long et merveilleux dans la tiédeur de cet été naissant. L'obscurité de la nuit, bien que mille étincelles illuminent le pont, le rend plus intime.

En voulant terminer son baiser sur une note plus folle, il se penche en arrière, se retenant à elle en posant ses mains sur les épaules de la jeune fille. Mais un faux mouvement lui fait perdre l'équilibre. Il tombe à la renverse en donnant un violent coup de genou sous le menton de sa fiancée. Son corps plonge brutalement dans l'eau noire. Elle s'effondre par terre portant ses mains à sa bouche. Sa langue est profondément entaillée par le vif claquement de sa mâchoire porté par le coup. Elle se lève d'un bond, prise entre l'envie de hurler et la bouche bloquée par le sang qui coule. Bientôt une douleur intenable l'envahit.

Heureusement le couple n'était pas seul, un batelier qui prenait le frais sur le pont se précipite vers la jeune fille et se penche sur la rambarde. Il voit le jeune homme qui s'affole. Il a bu la tasse et n'arrive pas à hurler. Le batelier lui ordonne de se calmer et de nager du côté du Louvre qui est le plus près. La fille rejoint le batelier et dans des borborygmes inaudibles de supplique l'invite à tout faire pour sauver son ami. Le batelier ne peut pas sauter, les tourbillons sont mauvais dans les parages. Il se détourne d'elle pour hurler de nouveau ses conseils. Le jeune homme dans l'eau se débat comme un forcené, mais il perd rapidement ses forces, et n'arrive pas à rejoindre la berge. Un couple de jeunes adolescents regarde la scène en retrait, ils sont tétanisés. Le jeune garçon ne fera pas un pas malgré le regard imploré de la fille dont des filets de mousse rose tombe en abondance de la commissure des lèvres.

Le batelier se retourne vers elle et lui annonce qu'il est trop tard. Son ami a disparu dans le courant. On aurait pu lui lancer une bouée de sauvetage, mais elles sont sans cesse volées. Il y en avait une hier, mais un groupe de garçons l'a de nouveau dérobé hier. "Je l'ai signalé, ils ne veulent plus en mettre." Dit l'homme.

Quelques jours après, d'un air méprisant, la jeune fille jette sur la tombe de son ami la bouée de sauvetage qu'elle a retrouvée chez lui en rangeant ses affaires.

image1

Lecture aléatoire

Envie de flâner au fil des pages et de découvrir des récits, des histoires et des personnages au hasard, c'est par ici.



Merci à nos partenaires

Les partenaires qui soutiennent Nouvelles-Persos nous permettent d'y consacrer du temps, et donc de gérer le site dans l'intérêt des auteurs et des lecteurs.
Merci à eux.

Actualités

Mises en ligne, news, infos...


Statistiques

Nouvelle-Persos

Une nouvelle est une oeuvre littéraire proche du roman, mais qui s'en distingue par sa brièveté, le petit nombre de personnages, la concentration et l'intensité de l'action, le caractère insolite des évènements contés.