Miracle de l'amour



Nouvelle écrite par Danielle DOUCET dans le style Romantique



Vous aimez cette nouvelle ? Partagez-là !
image3

Un de nos partenaires

MULTI PANDA
Création de sites internet
Site vitrine ou site sur mesure

Elle ne mit pas beaucoup de temps à s'endormir ce soir là ... navigant entre rêve et réalité il lui sembla sentir une présence tout près d'elle...

Ce n'était pas la première fois qu'elle avait cette sensation, elle n'osait ouvrir les yeux de peur que ce sentiment si agréable disparaisse.

Il était là, elle pouvait percevoir son souffle et entendre les doux mots qu'il lui murmurait à l'oreille ... Elle se sentait vibrer, aspirée dans un tendre tourbillon où il faisait bon se laisser emporter. Elle frissonna ;  une sensation bizarre la réveilla et elle se sentit subitement très seule.

  La maison lui sembla froide malgré le feu qui crépitait dans la cheminée... Elle était triste sans vraiment savoir pourquoi.
  Elle souleva le côté du rideau et vit qu'il neigeait. Elle détestait la neige, fille du sud elle était devenue, elle aimait la chaleur, le soleil sur sa peau .... 
  Le froid fut bien vite englouti par les flammes torrides, et la douce chaleur qui se diffusa dans sa chambre la plongea à nouveau dans un sommeil profond.

  Dans son rêve peuplé de flammes dansantes et d'ombres étranges, une silouhette qu'elle connaissait bien se détacha, comme sortie de nulle part
Elle savait qu'il s'agissait de LUI de son guerrier d'amour qui venait comme chaque soir lui rendre visite et l'aimer ....
  Elle ferma les yeux, et renversa sa tête en arrière prête à recevoir la chaleur de ses lèvres, les sentir aller et venir dans son cou.... Un parfum de canelle flottait dans l'air ....
Ce rêve où elle s'abandonne délicieusement à  lui ... lui revient régulièrement...

  Elle est étendue sur le lit, une lumière tamisée éclaire discrètement la chambre.
  Il est au dessus d'elle,  un genou de chaque côté de son corps , il lui caresse doucement le visage, descendant les mains le long de son cou .  Puis, caresse ses seins, voluptueusement érigés vers lui ...
Elle se laisse aller; l'envie de s'offrir est si grande !!! son ventre l'implore ...
  Il l'attire à lui, depuis le temps qu'ils échangent fantasmes et provocation leur désir n'a fait que grandir. Aujourd'hui leur plaisir est enfin là , à leur portée. 
  Elle écarte les bras, il lui saisiti les mains et leurs doigts restent entrelacés se resserrant parfois les uns contre les autres...Il l'embrasse, tendrement ...

***

Elle ouvre les yeux, le jour est là et perce à travers les volets, elle est seule dans le lit de la petite chambre où elle aime aller dormir certains soirs où elle a envie de n'appartenir qu'à son guerrier d'amour.
  Une étrange impression la laisse quelques secondes désemparée et heureuse à la fois ...

  Elle sait que ses longues conversations via l'ordinateur avec son amour lui amène ce rêve dans lequel il lui apparaît tout de noir dévêtu puisqu'il ne porte qu'un boxer et un débardeur qui met en valeur son joli corps d'homme.
  Elle sait aussi que cet après-midi il lui parlera  au téléphone et que comme d'habitude, elle sera prête à défaillir ...
  Comment en est-elle arrivée là ? combien de fois s'est-elle posé cette question à laquelle elle a fini par renoncer...

  Installée dans un bonheur confortable, elle s'était habituée à être transparente aux yeux de son mari sans pour autant en souffrir.
  Rêveuse, elle se réfugiait dans son écriture où prenaient naissance des amours inventées dans lesquelles elle s'identifiait rarement  .Elle les posait sur des blogs, puis les oubliait...
  Des sympathies naissaient parfois de ces blogs, souvent des amitiés amoureuses se faisaient insistantes, elle n'y répondait jamais, feignant de ne pas s'apercevoir de ces petits jeux sans conséquence pour elle, tant elle se sentait à l'abri de sentiment amoureux pour quelqu'un d'autre que son mari.

  "LUI"  faisait partie des gens qu'elle aimait bien, et n'avait jamais eu d'attirance particulière pour lui depuis plusieurs mois qu'elle le connaissait, faut-il croire que l'amour survient brutalement comme un intrus sans-gêne dans la vie, dans le coeur de quelqu'un ? C'est ce qui est arrivé... Elle s'était réveillée un matin le coeur brulant en évoquant son image.
Inutile de lutter, c'était ainsi elle n'y pouvait rien, du jour au lendemain elle était devenue éperduement amoureuse de celui qu'elle appellerait plus tard son guerrier d'amour...

  Les jours se suivaient, assez identiques mais elle sentait qu'elle avait changé, quelque chose s'était réveillé en elle, un bien-être, beaucoup de douceur lorsqu'elle évoquait son amour, plus d'une fois elle tentait de se rappeler ses premières amours, elle se souvenait bien sur de son coeur en émoi à la vue de ses jeunes amoureux, des sensations de légèreté qui passaient très vite, qui tombaient dans l'oubli....

  Il y eut pourtant ce garçon qui lui fit battre le coeur plus que tous les autres, celui qu'elle n'a jamais réussi à oublier malgré son mariage heureux.

  Et voila que son amour, en vrai guerrier qu'il est a réussi en si peu de temps à l'effacer et à prendre sa place ....à habiter toutes les parties de son coeur, ne laissant de place à personne d'autre.

    Pensive, elle alla s'installer à son ordinateur et repris le roman qu'elle avait laissé depuis plusieurs semaines ... pourquoi se mit-elle à penser subitement à Janika, l'héroïne de son roman ? elle se mit sur la page et relu le début du roman pour se le remémorer ....


  ** Roman ... un parfum d'eau de rose

  "Ce matin là, Janika était particulièrement pressée, elle se hâtait se disant qu'elle ne serait jamais à l'heure, et qu'une fois encore elle trouverait porte close. Elle trottinait comme à son habitude laissant sur son passage un parfum délicat... son allure très féminine attirait les regards, ce dont elle n'avait aucunement conscience.
Le soleil de la veille avait laissé place à un ciel menaçant.
"Il ne tardera pas à éclater cet orage se dit-elle...

  Marchant de plus belle elle arriva enfin devant le porche et sans prendre la peine de sonner, elle poussa de son pied la porte tout en se penchant légèrement pour jeter un coup d'œil afin d\'être certaine de ne pas avoir été suivie...
  Elle était toujours très nerveuse quand elle allait a cet endroit car l'homme qu'elle rejoignait n'était pas son mari. Quand elle était très en retard, son amant croyant qu'elle ne pourrait venir, partait comme il était convenu entre eux . C'était un petit hôtel très romantique un havre de paix...
  Finalement elle n'avait pas la tête à écrire, elle prit son vélo et s'en alla en promenade ....

  Il emplissait entièrement ses pensées et elle se disait que son beau Guerrier était moins expansif qu'elle si volubile, il agissait à bon escient et ne disait les choses qu'une fois qu'elles étaient installées, bien en place ... Elle le savait patient comme un félin, sachant exactement ce qu'il désire et où il va.  
  "Les choses doivent se faire sans précipitation si nous voulons qu'elles soient réussies" lui avait-il dit .
  Elle n'en n'est pas seulement amoureuse, elle l'admire pour ce qu'il est, pour ce qu'il sait et pour ce qu'il fait, en homme passionné et efficace.
  Et comme à chaque fois qu'elle l'évoque, une bouffée de tendresse et d'amour lui montent dans la poitrine et lui serrent le coeur, elle le sent si loin... alors le seul moyen de lui dire immédiatment qu'elle l'aime pour communier un instant avec lui c'est un texto qui lui envoie ses mots d'amour ... 

  Ses pensées l'entrainent un peu plus loin... au mois de mars....
Il ne se passe pas une seule journée, sans qu'elle pense à ce jour où elle ira le rejoindre, où  elle sera enfin près de lui où elle pourra le regarder, le voir, l'entendre, le respirer .... Elle à  imaginé tellement de fois la scène ...
  Il est là à l'attendre, elle l'aperçoit, lui ne la voit pas, elle reste immobile à l'observer comme pour prolonger son rêve, puis ne résistant plus à l'envie d'être tout près de lui elle s'avance ... c'est alors qu'il l'aperçoit et vient au devant d'elle, ils se regardent , ils ne s'embrassent pas mais il la serre tendrement contre lui ...
  Est-ce que ce sera vraiment ainsi se demande-t-elle ? parfois nous imaginons tellement de choses qui finalement se déroulent différemment ...
  Puis se disant que cela ne servirait à rien de trop penser elle s'installe devant son ordinateur pour aller retrouver Janika.

  *** Janika se dirigea d'un pas assuré vers l'escalier et le monta avec hâte. Son coeur battait la chamade à l'idée de revoir Juan . Il avait la belle cinquantaine, type méditerranéen... Il était assis dans un fauteuil sa chemise ouverte laissant entrevoir son buste viril.
  Avant même qu'il ne la vit, un parfum se répandit dans la chambre. Ce parfum d'Eau de Rose" elle était la, sa bien-aimée Janika. Elle se jeta dans ses bras, toute essoufflée d'avoir tant couru. Plus rien ne comptait ....

  ****

  Elle s'arrêta d'écrire et demeura pensive ... elle ne voyait plus Janika ni Juan ... elle se voyait avec son beau guerrier .
  Il l'attend sur le fauteuil où est assis Juan, et lorsqu'elle arrive il se lève, elle se jette dans ses bras, ils échangent un baiser passionné et il la dirige vers le grand lit ... il l'allonge et la regarde dans les yeux , les paroles ne servent plus à rien leurs yeux disent tout de leur amour et de leur désir.
  Leurs lèvres s'unissent dans un baiser passionné qui met le feu à leur coeur et à leur corps, lui si patient habituellement lui enlève ses vêtements avec hâte , fébrile elle lui ôte les siens et leurs corps chauds se trouvent ... c'est alors une symphonie de mots d'amour et de caresses, un ballet merveilleux et un plaisir intense quand avec amour elle le sent venir en elle.

  La sonnerie du téléphone la ramena à la réalité, elle regarde le nom qui s'affichait et ne répond pas ....Elle retourne alors auprès de Janika ....

  "L'homme l'observait …. Depuis deux jours il surveillait les allers et venues de Janika , la suivait , l'épiait et apprenait ainsi son emploi du temps et ses habitudes journalières.
Il s'était intégré à un groupe d'habitués du Café de la Montre, lesquels restaient méfiants envers cet homme qui n'avait pas leur accent et qui se montrait un peu trop curieux...."

  Elle n'avait pas vraiment envie d'écrire, finalement elle laissa son ordinateur et décida d'aller faire les magasins. 
  Elle savait avec précision ce qu'elle recherchait ... elle commencerait par les magasins de lingerie fine ....
Elle trouva que le modèle que lui présenta la vendeuse était un peu trop voyant, elle ne s'imaginait pas dans ce boddy de femme fatale.Elle se dirigea vers une nuisette en satin bleue, le toucher en était très doux et agréable elle savait que cela lui plairait , elle prit également la petite culotte assortie puis des bas .... Restait à choisir le porte-jaretelles....
  Elle eut un coup de foudre pour le dernier que la vendeuse lui présenta...

  Sur le chemin du retour, elle s'arrêta dans le salon de thé le plus réputé d'Avignon , demanda un chocolat et ouvrit à la page "compatibilités amoureuses du zodiaque" le livre qu'elle venait d'acheter.
Elle apprit ainsi des choses très intéressantes sur la "Bélière" amoureuse qu'elle est :  

   La femme Bélier est généralement épanouie sur le plan sexuel. Elle s'extériorise facilement en amour physique. Cette extériorisation lui procure très souvent un incomparable bien-être tant physique que psychique, et c'est pourquoi elle la recherche activement, sans complexe ni fausse pudeur. Elle exprime sa sexualité de façon à la fois simple et volcanique. Simple, car elle n'a pas besoin de situations compliquées, de fioritures plus ou moins élaborées pour parvenir au plaisir. Volcanique, car elle dispose d'un très fort tempérament, sans être retenue par des inhibitions inconscientes ou des considérations concrètes. (Ah bon ?) se dit-elle ...

  La libido de la femme Bélier est facilement éveillée : son appétit est toujours présent, et son érotisme s'emballe rapidement jusqu'à l'explosion finale. Quand elle désire, elle cherche à passer à l'action sans attendre. (elle ne put s'empêcher de dire un "oh non !" un peu fort, ce qui fit se retourner sur elle une mangeuse de croissant assise à une table voisine ... Elle continua de lire :
Ses manières sexuelles sont directes, sans ambiguïté, peut-être un peu préhistoriques, mais éminemment envoûtantes, et sont un vrai régal pour qui sait les apprécier. 
Le mot préhistorique fit surgir devant elle une image qui la fit sourire .... en regardant bien on aurait pu voir au-dessus d'elle une petite bulle avec elle à l'intérieur, trainant son guerrier d'amour par les cheveux ... mais de cheveux il n'avait
Elle abandonna cette image, et alla voir ce qui se disait de l'homme appartenant au signe de son amour..
  Elle constata que ce qui était dit ressemblait bien à ce qu'elle pensait de lui. Ce qui la laissa pensive ....

  Comme tous les samedis elle se sent un peu seule,  ce jour là devrait pourtant ressembler aux autres jours, pourquoi a-t-elle cette sensation d'abandon a chaque week-end ?
  Le temps a changé, le soleil brille de tous ses rayons mais elle sait qu'elle ne sortira pas aujourd'hui, elle n'en n'a pas trop envie et préfère rester à écrire, elle laissera Janika aujourd'hui encore pour se consacrer à ses rêveries où habite son guerrier...
  Et ses rêveries l'emportent vers hier, où son amour et elle sont restés de chaque côté de l'écran de l'ordinateur, mais si proches à se parler d'amour , à s'aimer ...

  Les jours filent doucement et l'emporte vers lui, elle voudrait arrêter le temps, elle aimerait  que ces trois jours où ils seront ensemble durent une éternité.
  Elle se sent parfois comme une petite jeune fille amoureuse de son premier amour... elle invente des montages avec leurs photos qu'elle accompagne de musique,  une jolie façon d'être réunis... ce matin elle a encore écouté sa voix à la radio, elle connaîtra bientôt par coeur chaque mot qu'il a prononcé ce soir là, tans pis si elle passe pour puérile, c'est l'amour qui la rend ainsi et elle ne fera rien pour changer car c'est sa façon d'être et elle ne se montrera jamais autrement qu'elle n'est. 

  Elle aime écrire et parler de lui, la distance n'existe plus il est là tout près d'elle.
  Elle perçoit sa présence et entend ses jolis mots à son oreille ... il lui dit "je t'aime mon ange "
Elle ferme les yeux...   

  Allo ?
LUI : C'est moi ma chérie Je pense à toi et pour répondre à ce que tu me disais, je tiens à te dire que je  suis très lucide sur toi ...
  ELLE : je ne sais pas ...je pense que tu m'idéalises peut-être un peu trop
  LUI : C'est juste .. tu es ma déesse ... Je t'idéalise ... car tu es la femme que j'aurais adoré épouser ma chérie et tu me rends heureux  par ta présence .. tout est possible pour moi,  et je suis en en harmonie grâce à toi chérie ...
  ELLE : oui mon amour tu auras toujours ma présence
  LUI : donnes-nous l'éternité mon amour pour continuer à être bien ensemble !!! Je ne peux que travailler dans ton regard ...
  ELLE : je resterai tout près de toi à te regarder, même si je ne suis pas là physiquement tu sais que je ne te quitte pas.
  Elle se souvenait de chaque mot de leur conversation qui dura très longtemps ....

  En cette nuit de ce mois de mars tant attendu, elle eut du mal à trouver le sommeil, le grand jour était là, elle prenait le train demain, ils s'étaient donné rendez-vous à Lyon pour faire une partie du chemin qui les rapprochaient l'un de l'autre.
  Dans le train qui les emmenaient  elle se sentait sereine bien qu'impatiente, elle avait si souvent imaginé leurs retrouvailles

  De son côté, en homme posé et calme, il regardait défiler le paysage la paix au coeur. Il savait qu'ils étaient nés l'un pour l'autre... elle était faite pour lui, ils l'avaient tout de suite compris, lorsqu'ils s'étaient rencontrés pour la première fois quelques mois auparavant, c'est là que tout s'était joué... La vie  est facétieuse parfois !
  Le bruit lancinant de la rame finit par l'endormir, elle dormait depuis trente minutes environ quand soudain un bruit effroyable la réveilla - l'espace d'une seconde seulement - car elle plongea presque aussitôt dans un gouffre noir.... le train venait de quitter les rails elle eu le temps de voir l'image de son guerrier qui lui souriait puis plus rien .....
  Elle entendait les sirènes, les cris, puis des bribes de phrases , elle ne souffrait pas elle planait au dessus de son corps, elle était en haut et voyait tout ce qui se passait, les wagons entremêlés les lumières et les flammes elle se sentait apaisée. 
  Bien vite elle se sentit comme aspirée dans cette enveloppe qui était elle, et qu'elle voyait en bas ... elle venait de réintégrer son corps...

  On l'emmenait, elle sentait le mouvement de la voiture qui l'emportait, mais elle était incapable de parler, de réagir.
  Elle plongea à nouveau dans un sommeil profond....Au seuil de la mort, elle a conscience de ce qui se passe autour d'elle, une nouvelle fois, elle a quitté son enveloppe corporelle et elle flotte au dessus de son corps. Elle est là, en bas, posée sur une table …. Un bien-être total l'envahit, elle ne veut pas revenir…
  Autour de ce corps, des blouses blanches, des gens qui courent, qui lui branchent des tuyaux, des machines pour la ramener à la vie, alors qu'elle se sent si bien .
  Seul, le bruit monotone de l'assistance respiratoire et de l'électrocardiogramme la dérange, elle se sent irrémédiablement aspirée dans un monde de lumière où les lois de la vie et de la science n'ont plus cours. Elle peut se déplacer partout dans ce monde, voir à travers les murs, explorer le temps, lire dans les pensées.
  Elle vole tel un oiseau,et pénètre dans un tunnel sombre au bout duquel se trouve une lumière éblouissante. Elle entre dans cette zone de lumière, et est alors enveloppée d'une sensation de paix ….

  ***

  IL était heureux, le train  entrait en gare de Lyon, il savait qu'il devrait attendre encore trois quarts  d'heure avant de serrer son amour dans ses bras ... Il souriait à cette pensée et se demandait tout de même pourquoi elle n'avait pas répondu à son texto envoyé pendant le voyage, c'était la première fois qu'elle ne répondait pas ....
  En posant le pied sur le quai, il vit un attroupement autour du chef de gare. Il se dirigea vers le groupe et appris l'accident survenu dans le train qui lui amenait son amour .... Il mit un certain temps avant de réaliser, il y avait paraît-il très peu de survivants, l'accident s'était passé entre Marseille et Avignon et il appris que les blessés avaient été transportés à l'hôpital de La Timone à Marseille. 

  Après s'être renseigné auprès des services compétents, il apprit qu'elle aussi avait été transportée à la Timone mais il ne savait pas si elle était en vie.
Il loua une voiture pour aller la retrouver. La route lui parut interminable, il téléphona plusieurs fois à l'hôpital  et la réponse était la même à chaque fois :
  Nous ne pouvons pas vous donner les renseignements par téléphone.

  Il ne savait pas combien de temps il lui avait fallu pour arriver à l'hôpital, il se gara , sorti en hâte de sa voiture et couru comme un fou à la réception où on lui indiqua l'étage où se trouvait sa bien-aimée.
  La personne qui le reçu lui annonça d'une façon impersonnelle qu'il lui était impossible de voir la blessée ....

   ****

  Elle survolait toujours son corps lorsqu’une lumière plus éclatante que la première  est apparue devant elle, juste au milieu de l’autre lumière. Cette grande lumière se rapprochait d'elle à une vitesse impressionnante et vint s'arrêter tout près d'elle.
  Elle compris en pensée ce qu'elle lui disait :
   " Ne crains rien, tu ne vas pas tomber, tu es plus légère que l'air "
  Elle compris que c' était un être de lumière .
   Elle avait pourtant une forme humaine et masculine... . Il émanait d’elle , une paix et une sérénité profondes comme on ne les connaît pas ici-bas.
   La lumière correspondait avec elle par télépathie elle en était pleinement consciente!
  Tu peux flotter , voler ...  ».
   En lui disant cela, l’être de lumière posa un « doigt » sur son front ...

  Elle tourna son regard vers la gauche et aperçu son guerrier d'amour ... Il tenait sa tête entre ses mains et semblait pleurer ... 
   Il  dégageait une aura, mais pas de la même nature que celle de l’être de lumière.
  Puis l'être la regarda en lui disant d’une voix humaine, lui semblait-il :
  « Fais ce qu’il te dit, n’aie pas peur »
  Elle voyait son corps en dessous  , son  visage était la seule partie de son corps visible, le reste était sous les draps et sa couleur était effrayante et pourtant il lui paraissait normale : la peau était d'une couleur  cadavérique et horrible.

    Elle se sentait mourir et ne voulait plus !  Dans cet instant, seul son guerrier occupait ses pensées, elle ne pouvait détacher son regard de lui, si malheureux, elle voulait lui parler mais n'y parvenait pas ...
   Elle se retourna vers l’être de lumière pour lui dire qu'elle avait peur pour son amour, , qu’il fallait qu'il intervienne pour la sauver. 
  Elle n'avait pas encore terminé sa phrase que l’être de lumière,lui répondit  - toujours sous forme de télépathie - 
  « N’aie crainte. » 
  Elle insista en lui disant qu'elle se sentait en danger
  L'’être de lumière répétait qu’il fallait qu'elle reste avec lui.
   Elle voulait partir...  

    Elle se retourna vers son enveloppe charnelle posée en bas, et aussitôt vers l'Etre de Lumière en tentant des gestes pour se faire comprendre mais  il essayait de la retenir.
  Elle avait l'impression que son guerrier de son côté la tirait à lui .... 
  A ce moment précis et sans pouvoir le contrôler, elle se senti  dirigée à une vitesse vertigineuse vers son corps pour y  être aspirée....
  IL était là assis, toujours la tête entre ses mains, quand il sentit une chaleur l'envahir tout entier, son coeur se mit à battre plus vite quand il entendit  à l'intérieur de lui la voix de sa bien-aimée l'appeler... Conscient qu'il se passait quelque chose d'exceptionnel et d'irréel, il bondit, ignorant les infirmières qui lui interdisaient l'entrée de la chambre où dormait son amour ...

  Il franchit la porte et se précipita auprès d'elle qui semblait endormie,  entourée d'appareils qui la raccrochaient à la vie. 
  Elle sentait qu'il était là, il avait mis toutes ses forces mentales pour la ramener à la vie, elles étaient arrivées jusqu'à elle, son guerrier était plus fort que tous les êtres de Lumières réunis...
  Il vit sa main bouger doucement il la saisit et fut frappé par sa froideur, il l'enveloppa entre les siennes et la couvrit de baisers chauds et doux pour la réchauffer.

  Le personnel qui l'avait suivi regardait la scène d'une façon incrédule
  Moi qui vous écris , suis certaine que les miracles d'amour existent... Cette scène en est la preuve.
  Je ne crois pas aux prières telles que nous les connaissons, toutes faites, calquées les unes sur les autres , impersonnelles ... je crois à la force de la pensée , à la télépathie comme celle qui s'est produite entre ce doux guerrier et sa bien-aimée...
  Toujours est-il qu'elle ouvrit les yeux et le regarda avec tant d'amour que son coeur le brûlait ...
  Il la prit dans ses bras ... ils restèrent longtemps ainsi
  Plus rien ne pourrait jamais les séparer...

  Il lui parla tout bas à l'oreille, elle ferma les yeux pour mieux savourer ses paroles :
"Mon amour,i nous venons de vivre  un rêve douloureux  et ce rêve nous unit désormais ..Il deviendra un joli rêve qui nous portera, il est à nous  !
   "nous" est très important pour moi, c'est notre union,  j'aime ce que nous faisons, construisons, aimons à deux ...je t'aime et je te le dirai toujours
  Nous aurons l'éternité mon amour pour continuer à être bien ensemble...

image1

Lecture aléatoire

Envie de flâner au fil des pages et de découvrir des récits, des histoires et des personnages au hasard, c'est par ici.



Merci à nos partenaires

Les partenaires qui soutiennent Nouvelles-Persos nous permettent d'y consacrer du temps, et donc de gérer le site dans l'intérêt des auteurs et des lecteurs.
Merci à eux.

Actualités

Mises en ligne, news, infos...


Statistiques

Nouvelle-Persos

Une nouvelle est une oeuvre littéraire proche du roman, mais qui s'en distingue par sa brièveté, le petit nombre de personnages, la concentration et l'intensité de l'action, le caractère insolite des évènements contés.