nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


La radio du destin


Auteur : GRENET Ghislain

Style : Drame




Dans un taudis en pleine campagne en 1970 vit un homme en ermite. Il n’aime personne hormis son vieux chien qui vient de mourir :
« Qu’est ce que j’vas d’venir ? » Dit-il sur la tombe de sa bête.
Il rentre chez lui, allume un vieux transistor grésillant et se verse un verre de vin. Dans le poste il entend :
« Aujourd’hui 12 juin, c’est la saint Guy !
-Tiens, c’est ma fête aujourd’hui ?
Météo ! Pluie toute la journée… »
Il regarde dehors :
« Y sont cinglés, y fait beau là ! J’m’en va aller soigner les lapins ! »
Il sort et va nourrir ses bêtes.
La journée se passe sans évènements majeurs.

Le lendemain, pendant le petit déjeuner :
«Météo, de très belles éclaircies et une très nette hausse des températures…
-Quoi que c’est y qui raconte celui là ? Il pleut comme vache qui pisse ! J’m’en vais aller chercher du pinard ! »
Il part à pied avec son cabas et ses litres vides. Arrivé chez l’épicière :
« Dis donc, t’as entendu la météo ? Demande t’il à la vieille femme.
-Oui, et en plus ça fait plus de quinze jours qu’ils ne se sont pas trompés.
-Tu rigoles, y racontent que des conneries !
-Bon, il te faut autre chose ? Demande t’elle sur un ton agacé.
-Mets-moi z’y voir un calendos ! »
Il repart en bougonnant :
« Pauvre vieux dit-elle, et dire que j’étais amoureuse de lui étant jeune, heureusement que je ne me suis pas mariée avec ! »
Il va au bistrot, s’assoit seul dans un coin de bar et commande à boire :
« Roger ! Un Canon ! »
Sur une table, il y’a un quotidien. Il regarde la date et consulte la météo :
« Dis donc Roger, il est vieux ton journal.
-Tu rigoles, je viens juste de l’avoir.
-On est ben mercredi aujourd’hui ?
-Certainement pas, on est mardi.
-Ouais, allez laisse tomber ; combien que c’est y que je te dois ? »
Après avoir payé, il repart :
« Faudrait qu’il lichtronne un peu moins dit le cafetier à un client ; ça lui nettoierait les neurones. »
En rentrant chez lui, il allume la radio :
«y’m’prennent tous pour un con !
-Résultat du tiercé : 6, 4, 2… »
« J’vas r’tourner là bas d’main et on verra ben si j’suis un con ! »

De retour au bar le lendemain :
« Mets-moi un canon ! Il est où le canard ?
-C’est ce monsieur qui est en train de le lire. »
Il sort un vieux carnet de sa poche puis sans ménagement, il arrache des mains le journal du type. L’autre est surpris :
« Eh attendez ! J’ai pas fini de le lire.
-M’en fout, faut que je r’garde quèque chose ! »
Naturellement, les résultats du tiercé sont erronés :
« C’est pas l’bon journal que t’as là !
-Ecoute, tu commence à me gonfler avec tes histoires de journaux dit le cafetier.
-Ben r’garde les numéros bon dieu, tu vois bien que c’est pas les mêmes !
-Tu t’ais gouré en les notant et puis c’est tout !
-C’est ça, prends-moi pour un con ! »
Il repart en claquant la porte :
« J’m’en vas en avoir l’cœur net ! »
Pendant une semaine, il note méticuleusement les numéros du tiercé. De retour au café :
« Roger, t’as les numéros d’la s’maine dernière ?
-Putain ! Tu vas pas encore me faire chier avec ça ?
-Mais non, c’est juste pour voir quèque chose !
-Bon, alors, vas là bas près de la cuisinière, tu trouveras une pile de journaux qui me sert à allumer mon feu. »
Il fouille nerveusement ; essayant de retrouver les plus récents. De retour au bar :
« J’espère que tu ne m’as pas foutu le bordel dit Roger sinon ça va chier !
-Non, t’inquiète, seulement il en manque deux !
-Faut bien que j’allume mon feu !
-Ca fait ren, j’frais avec ! »
Roger hoche la tête en souriant. Le bourru déplie les journaux :
« Tu veux un canon ?
-Pas l’temps !
-T’es malade ?
-Fous-moi la paix merde !
-Oh ! Garde le ton sale caractère ! »
Il note tout sur son vieux carnet puis se lève :
« Alors, ça y’est, tu as trouvé ton bonheur ?
-Ouais mais il y’a un truc qui me chiffonne.
-C’est quoi ?
-C’est l’décalage !
-Et c’est quoi le décalage ? Demande Roger en souriant
-Laisse tomber et donne moi voir un ticket que j’joue.
-Toi ? Mais t’y connais rien !
-Qu’est ce t’en sais ? »
Il lui tend un billet , l’autre poinçonne les numéros :
« Tu paries combien que d’main j’vas avoir plein d’sous ?
-Un litre ! Dit Roger en riant
-Ok ! Va pour un lit’e ! »

Le lendemain :
« T’as vu l’résultat du tiercé ?
-Non, j’ai pas le temps avec tout le boulot que j’ai à faire.
-Alors, R’garde ! »
Voyant que son billet est gagnant, le patron est scié :
« Combien qu’j’ai gagné ? »
Un joueur malchanceux lui dit :
-10 000 milles francs.
-Oh ! j’y comprends ren avec vos sous, combien que ça fait en vrai ?
-Un million, dit Roger.
-Vingt dieu ! Ca en fait des litrons !
-Ca, tu peux le dire, tu peux même rincer le quartier si tu veux.
-Y peuvent aller se faire foutre ! »

Pour narguer tout le monde, il vient chaque lundi avec son billet gagnant :
« Donne-nous ton secret Guy ?
-Allez vous faire foutre !
-Alors arrête de venir avec tes putains de billet », dit Roger vert de jalousie.

Maintenant c’est en vélomoteur et en costume de mauvais goût qu’il vient au café :
« Tu dois avoir pas mal de fric maintenant ? Dit Roger.
-Ca te fait chier hein ! »
Le type ne répond pas, se contentant de rincer ses verres :
« Eh Guy, ta monnaie !
-Cadeau ! »

Nul ne sait comment mais la nouvelle remonte jusqu’à Paris. Un beau matin de juillet, une voiture arrive chez lui :
« Quèque c’est c’bordel ?
-Monsieur Dupuis ?
-Quoi qu’c’est y qu’vous lui voulez ?
-Nous sommes journalistes et nous voudrions vous poser des questions.
-Tu rigoles gamin, j’vas pas t’dire comment que j’fais !
-Allons, dites nous le dit en souriant un des deux gratte papiers. »
Furieux, il se précipite chez lui et en ressort avec un vieux fusil rouillé :
« Vous allez me foute le camps d’l’à !
-Eh ! Calmez-vous, on ne vous veux aucun mal !
-Barrez vous ! »
La voiture repart. Il rentre, saisit son transistor et dit :
« Toi, j’m’en vas te planquer, les putains d’parisiens sont foutus d’t’engourdir ! »
Il va dans son grenier et le cache dans une malle. Il ressort et monte sur sa mob. Arrivé au café :
« Roger, tu vas pas me croire, y’a des parigots qui sont v’nus !
-Oui je sais, ils sont passés ici pour connaître ton adresse.
-Fumier ! C’est toi qui leur a dit où que j’crêchais ?
-N’exagère pas, il ni y’a pas mort d’homme.
-Tu sais que j’ai failli leur plomber l’cul comme le Jules l’année dernière ?
-T’aurais été en prison.
-Zont qu’à pas v’nir me faire chier !
-C’est ça quand on est une star dit un client en riant.
-Arrête de te foutre d’ma gueule ou j’te fais sauter les ratiches !
-Fais pas de vagues Guy, allez, bois un canon dit le patron en servant un verre de vin rouge ; c’est moi qui paye.
-Tu peux t’le foute au cul ton canon ! »
Il rentre chez lui furieux et constate que tout est retourné
« Nom de dieu, quoi qu’c’est y qu’c’bordel ? Si je chope l’salopard qu’à fait ça, j’y fais la peau ! »
Il saute sur sa machine et fonce à la mairie :
« Il est où l’Maurice ?
-Vous voulez dire monsieur le maire ? Dit une vieille fille qui est la secrétaire.
-Ben oui, pas l’curé !
-Là bas, au fond du couloir. Tenez ça tombe bien, le voici qui sort avec monsieur le préfet.
-Maurice, faut que j’te cause.
-Une seconde Guy, je raccompagne monsieur le préfet. »
Le préfet parti :
« Alors, qu’est ce que tu as de si urgent à me dire ?
-Y’a des margoulins qu’ont r’tourné ma baraque.
-Attends, je vais dire à la secrétaire de téléphoner à la police.
-J’m’en r’tourne chez moi pour les attende. »
Une demi-heure après, des gendarmes arrivent :
« Vous n’avez touché à rien ?
-Non. »
Les flics font leur travail et repartent. Il va au grenier :
« Ca va, dit-il, y zont pas trouvé ma radio. »
Un journaliste dans le poste dit :
« Un meurtre a été commis hier à Cerpobert… »
Il éteint la radio car il vient d’entendre un bruit. C’est un rôdeur qui vient d’entrer chez lui. Il va chercher son fusil et se cache. Un homme pénètre dans la maison, regarde s’il y’a quelqu’un. Ne voyant personne, il commence à fouiller. Guy tire sans sommation et le type reçoit une décharge de chevrotine en pleine poitrine.
Guy est incarcéré puis condamné à mort. Sa maison est légué à son frère clochard de métier qui écoute désormais les résultats du loto chaque semaine sur ce vieux poste grésillant.





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - B'Resto Buro - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -