nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Pour que l'amour dure


Auteur : LEMAIRE Denis

Style : Scènes de vie




Pierre et Emile, deux frères âgés de 11 ans pour Pierre et dix pour Emile, ils s’entendent très bien ensemble, ce qui fait que les parents n’ont aucun problème avec eux.
Ce qui ne gâte rien, ils sont tous deux bon élève, de ce côté aussi pas de soucis pour les parents.
Leurs parents par contre ont des problèmes entre eux, l’entente n’est pas toujours au beau fixe, cependant ils s’aiment énormément, c’est d’ailleurs pour cela qu’ils vivent toujours ensemble.
Les problèmes d’entente qu’ils ont sont le plus souvent très bénins dans le fond, ils n’arrivent que rarement à se mettre d’accord pour toutes sortes de petites choses, futiles très souvent.

Dès les premiers mois de mariage, Jules et Sophie n’ont jamais été d’accord sur bien des points, mais à cause de l’amour qu’ils se portent, même si cela semble paradoxal, ils continuent à vivre cet amour à leur manière.
Il faut dire que Sophie à beaucoup de qualités, bonne ménagère en tous points, elle à néanmoins un grand défaut aux yeux de Jules, c’est qu’elle veut tout régenter.
Lui de son côté en a assez de toujours suivre les volontés de sa femme, d’autant que sans trop le vouloir, elle le materne comme si c’était un enfant.
Mais tout a une fin, un soir alors qu’une fois de plus, ils se disputent, Jules dit à sa femme
- Ecoute Sophie, j’en ai plus qu’assez de vivre ainsi, nous deux cela ne va vraiment plus, j’en ai marre de t’entendre me dire, fait attention, ne fait pas ça, fait ceci etc.
- Je ne te suis pas
- En un mot tu veux me materner et je ne le supporte plus, je n’ai plus l’âge d’un gosse que je sache
- Je sais, mais c’est dans ma nature
- D’accord, mais malgré toutes nos discussions rien ne change, ce qui fait que je n’ai plus envie de discuter
- Que veux-tu alors ?
- De deux choses l’une, ou bien tu changes ou alors je te quitte
- Tu veux divorcer ? Pourtant hier soir tu me disais que tu m’adorais
- C’est réel, je t’adore, mais j’en ai assez, je veux en tant qu’homme avoir mon mot à dire et faire respecter ce que je dis
- Je te promets de faire l’effort chéri, mais ne me quitte pas

Le couple ignore que les deux enfants entendent toute la conversation, aussitôt ils s’imaginent que leurs parents vont divorcer, alors la question est que vont-ils devenir et avec qui et comment vont-ils vivrent ?
C’est entre les deux frères que la discussion va bon train, alors que rien n’est fait.

Pendant les premiers jours qui suivent, tout va pour le mieux entre les deux époux, Sophie fait un sérieux effort pour ne plus rien imposer ou dire à son mari, de son côté il n’a aucune raison à pour le moment de mettre à exécution la séparation.
Mais pour Sophie comme pour bon nombre d’individu, "chasser le naturel, il revient au galop", aussi petit à petit Sophie redevient comme avant
Ceci à pour résultat que Jules revient à la charge pour lui rappeler sa promesse, en pleurs elle promets une fois de plus de faire attention et de changer.

Les deux enfants de leurs côtés sont très souvent à l’écoute, afin de savoir si oui ou non, leurs parents vont divorcer.
Le petit jeu va ainsi durer quelque temps, Sophie fait des efforts mais retourne à chaque fois dans ses travers
Jules insiste aussi pour pouvoir vivre comme il l’entend, mais cela semble vraiment impossible car sa femme ne change jamais très longtemps.
Et ce qui devait arriver arriva, Un samedi matin, Jules quitte le domicile et part à la recherche d’un studio.

Il finit par en trouver un qui lui convient, le loyer est loin d’être exorbitant, il le loue directement, ensuite il rentre et sans dire un mot, il monte dans la chambre et se prépare une valise.
Il a grand soin de ne rien oublier pour ce qui est de ses produits et accessoires de toilette, Sophie le regarde mais elle ne peut articuler aucun mot.
Lorsque Jules est sorti, les enfants demandent à Sophie
- Il va où papa ?
- Je l’ignore mes chéris
- Pourquoi il a pris deux valises alors ?
- Ecoutez mes enfants, papa est fâché sur moi
- Pourquoi ?
- C’est trop difficile à vous expliquer, mais il vous aime très fort tous les deux
Les enfants n’insistent pas, ils retournent à leurs jeux.

Le lundi matin, Jules ne se rend pas au bureau, il doit mettre au point certaines choses à commencer par la banque.
A la banque, il retire un peu de liquide, ensuite il ouvre un nouveau compte à son nom personnel, car le compte ouvert est au nom de son épouse, puis il vide presque complètement le livret d’épargne en faisant verser cette somme sur son nouveau compte.
Il arrive au bureau en retard, mais vu sa fonction de cadre supérieur personne ne lui demande le pourquoi du retard.
Directement il fait le nécessaire pour que son appointement soit versé sur son nouveau numéro de compte, enfin il prend place à son bureau et rependre son travail.
Pendant trois jours, Sophie espère toujours le retour de son mari, mais elle ne reçoit même pas un coup de téléphone.
Elle décide donc d’essayer d’entrer en contact avec par son numéro au bureau, mal lui en pris, car Jules a donné consigne à la standardiste de ne pas lui passer de communication avec son épouse.
En homme tout à fait honnête, dès que son mois se trouve sur son compte personnel, il s’empresse de reverser les 2/3 sur le compte de son épouse.

Ce n’est que trois semaines plus tard, que Jules va attendre ses fils à la sortie de l’école, heureux de voir leur père, les deux gamins ont les larmes aux yeux.
L’aîné lui demande
- Dis papa, pourquoi tu ne rentres plus à la maison ?
- Ecoute mon grand, c’est une affaire entre maman et moi
- D’accord, mais nous alors dans tout ça ?
- Je sais chéri, mais tant que maman ne comprendra pas, la situation restera ce qu’elle est, sauf que je vais faire en sorte de pouvoir sortir avec vous deux le dimanche
- Tu vas voir maman alors ?
- Oui, je vais d’abord lui téléphoner, maintenant il faut que je vous laisse, travaillez bien à l’école tous les deux, je vous aime

Jules téléphone donc à son épouse, au début la conversation n’est pas simple, mais il réussit tout de même à lui faire sa demande, à savoir prendre les deux garçons le week-end.
Avant de donner son accord, Sophie lui demande de le rencontrer, soit à la maison, soit ailleurs
Rendez-vous est pris pour le lendemain, dans le restaurant qu’ils avaient l’habitude de fréquenter.
Il est bien entendu que la rencontre doit se faire sans la présence des enfants, c’est pourquoi le rendez-vous est fixé à douze heures trente.
Lorsque Jules arrive, Sophie est déjà installée, elle s’est faites la plus belle possible, il le remarque, d’ailleurs il le lui dit
- Bonjour Sophie, tu es ravissante aujourd’hui
- Bonjour chéri, merci du compliment et toi tu n’es pas mal non plus
- Tenue de travail ma chère, de toute façon je suis très content que tu aies accepté de me rencontrer
La conversation débute, Jules réitère sa demande, de son côté Sophie émet quelques conditions, ils finissent par être d’accord.
Ensuite la conversation change de sujet, Sophie pose plusieurs question à son mari, à savoir ; pourquoi n’y a-t-il plus rien sur le compte d’épargne, pourquoi n’a-t-elle pas reçu le montant total de ses appointements, etc.
Jules répond à toutes les questions en donnant ses explications, cela ne semble pas plaire à sa femme, qui insiste pour que tout redevienne comme avant.
Une fois de plus Jules lui expose ses griefs, toujours les mêmes d’ailleurs, il ajoute en plus que ce qu’il lui reproche est tout aussi valable pour les deux garçons, eux aussi ont droit à avoir une certaine liberté.
Sophie ne comprends pas, ou plutôt ne veux pas comprendre, elle demande des explications
- Tout simple, moi et les enfants en avons assez d’être maternés de cette façon, tu veux tout régenter sans jamais tenir compte des autres.
- Que dois-je faire alors ?
- Ne plus vouloir que tout le monde fasse les choses comme tu l’entends
- Avec toi c’est toujours les mêmes reproches, pourtant je t’assure que j’ai fait des efforts pour changer
- Oui, c’est exact, tu en fais pendant deux ou trois jours, ensuite tu reprends tout comme avant
- Je te promets de faire attention dorénavant
- Bien, alors écoute bien ce que je vais te dire
- Je t’écoute chéri
- Voila, j’ai loué un studio pour trois mois, c’est donc le temps pour toi de changer, je serai tenu au courant des changements par les enfants, si tu as réellement changé, alors d’accord pour reprendre la vie commune, tu es d’accord ?
- Oui, je te promets de faire très attention, je t’aime mon amour, je ne vis plus depuis que tu es parti
- C’est pareil pour moi, mais j’en ai plus qu’assez de la vie que tu me faisais mener
- Promis, je vais changer ma façon de faire
- Bon, je veux bien te croire, si tu tiens parole, je rentre à la maison

Pendant ce laps de temps, Jules va chercher ses deux garçons tous les dimanches, il les interroge sans trop les pousser pour savoir si il y a un changement avec leur maman.
Au bout de deux gros mois, les avis sont tous favorables quant au comportement de Sophie, il apparaît donc qu’elle ait changé, plus rien donc ne retient Jules de faire un essai.
Il lui reste donc près de trois semaines pour tester les résultats.

Jules réintègre le domicile conjugal, en ayant bien soin de ne rentrer qu’avec le strict nécessaire de ses effets personnels.
Le retour de Jules est pour Sophie un pur bonheur, car elle l’aime son homme, aussi lorsque les enfants sont couchés, le couple ne tarde pas de faire de même.
De nouveau dans le même lit, Sophie se montre des plus caressante, Jules ne sait pas résister et c’est avec une passion retrouvée qu’ils passent la nuit.
Au fil des jours, Jules se rend compte que sa femme a réellement changé, elle est enfin arrivée à comprendre que chacun à droit à une certaine liberté.
Jules rentre définitivement à la maison, heureux de retrouver sa famille.
Sophie continue à respecter ses engagements et elle se sent nettement plus heureuse ainsi.
Une fois de plus l’amour, le vrai, a été le plus fort, car ce couple s’adore et ils ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre.





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -