nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Kokina


Auteur : BAKKAR Amel

Style : Fantastique




Je suis quelqu'un d'unique…comme vous, me direz vous.

A la seule différence prêt, c'est que je suis née avec deux esprits dans le ventre.
Le bien et le mal se sont retrouvés sans le vouloir sur le même terrain , au même pied d'égalité et ce depuis ma naissance tentant chacun de m'influencer dans mes choix quotidiens, allant jusqu'à me maîtriser quelque fois.

Je m'appelle Kokina, un prénom qui porte l' «enfant partagé» en nigalé… une langue africaine disparue depuis des siècles qui reste malgré tout préservée dans certaines familles aux traditions ancestrales.
Si, je vous disais que chaque matin, je sais exactement ce qui va m'arriver, qui je vais rencontrer, ce que je vais faire ou ne pas faire….? Me croyez vous?! Non? ! ! !
Et bien pourtant c'est bien vrai.

Un exemple : Hier, j'ai traversé toute la rue de Washington pour me rendre à mon travail. Jusque là rien d'exceptionnel. Sous un super beau soleil parisien , une femme me bouscule pour traverser la rue et entamer le trottoir d'en face sans aucune excuse. Jusque là rien de surprenant. Cette attitude est devenue une réaction quotidienne et tolérée dans les moeurs parigo. Sauf, que là un sourire ironique se dessine avec quelques paroles supplémentaires qui viennent éveiller mes oreilles endormies :
«bouge connasse…j'ai pas que çà à faire….retourne dans ton pays, microbe…».
L'air surpris, le sang froid glacé, je la traverse des yeux me demandant au passage comment une femme de notre époque peut réagir de la sorte, de si bon matin, avec une agressivité hors du commun.
Je pense tout bas. J'espère qu'elle se souviendra toute sa vie de ses mots qu'elle vient de prononcer. J'espère qu'elle regrettera d'avoir agi ainsi. J'espère la rencontrer bientôt et qu'elle n'ose plus me parler ainsi.
Cela dure quelques secondes, le temps que je traverse également, atteignant l'autre trottoir et que j'atteigne la rue de Berri.
Ce matin, il était 08h45.

Deux jours plus tard, un matin de grand froid parisien m'amène dans l'angle de la rue de Ponthieu, je recroise cette même personne avec un plâtre au bras droit et un oeil au beurre noir.
Elle a payé pour ce qu'elle a dit.
Comment ?
Je ne sais pas.
Par qui ? cela ne m'intéresse pas. L'essentiel est qu'en croisant mon regard, elle rougit et un petit bonjour accouche difficilement de la commissure de ses lèvres.

Voilà, ce que je vis au quotidien …
Voilà, ce qui m'arrive au jour le jour.
Sans ce que je le veuille, sans que je le souhaite… des évènements extérieurs interfèrent et prennent place.
Toutes celles et ceux qui me font du mal de près ou de loin se retrouvent de l'autre côté du miroir… du collègue de travail qui a flirté avec un recouvrement caché des impôts à l'amie fourbe qui a fait une fausse couche après m'avoir trahie. La voisine…larguée quelques jours après...
Une accumulation qui me fait croire que Kokina est bien là, qu'elle ne maîtrise plus rien.

Dans mon village, on m'appelait l'intouchable.
Ici, personne ne sait qui je suis vraiment.





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -