Question d'éducation



Nouvelle écrite par Denis LEMAIRE dans le style Morale



Vous aimez cette nouvelle ? Partagez-là !
image3

Un de nos partenaires

SOLUTION - TRADUCTION
Traduction professionnelle
Pour tout type de projet

Joseph est un jeune garçon de 12 ans, il est invité par les parents de son ami Robert à passer un mois de vacances à Laroche en Ardennes, où ils possèdent une ancienne fermette qu’ils ont aménagé, pour lui c’est la joie, pourtant il reste à avoir l’accord de ses parents.

Il faut dire que issu d’une famille au revenu modeste, jamais il n’est parti en vacances, même pas avec l’école, donc pour lui cette invitation est une véritable aubaine.

Le soir, Joseph explique à ses parents les propositions faites par les parents de Robert, c'est-à-dire passer un mois de vacances à la campagne et ce gratuitement.

Mais le papa de Joseph malgré qu’il fait partie de la classe ouvrière a son honneur, il n’est pas question pour lui, que les parents de Robert hébergent gratuitement Joseph pendant un mois.

Joseph commence à se dire que son papa ne va pas accepter, alors il se retire dans sa chambre pour pleurer.

Dans la cuisine, Albert et Jane, discutent ensemble, comment faire pour faire plaisir à leur fils ? Ils ont bien quelques petites économies, mais ils aimeraient bien la conserver et mieux encore pouvoir l’augmenter avec une partie des congés payés.

Après avoir longuement parlé de cela, Albert décide de se rendre chez les parents de Robert pour leur proposer de prendre part aux frais, ainsi après savoir combien il lui sera demandé, il prendra sa décision.

Après approbation de Jane, il téléphone aux parents de Robert afin de prendre rendez-vous.

A l’heure et au jour fixé du rendez-vous, Albert arrive, il est reçu par le père de Robert qui directement et avec une grande gentillesse le fait entrer au salon, où son épouse et son fils sont présent et regardent la télévision.
- Je vous en prie monsieur, asseyez-vous, puis-je vous offrir un verre ?
- Un verre d’eau si vous voulez
- Vous ne voulez pas plutôt un petit verre d’alcool ?
- Je ne suis pas buveur
- Moi non plus, mais un verre d’alcool de temps en temps ne fait de tort à personne, vous savez
- Alors d’accord, je vous remercie
- Chérie, tu veux bien nous servir ?
- De suite, cognac ou whisky ?
- Cognac

La femme se lève et ouvre le bar, en sort deux verres et verse le cognac, Raymond le papa de robert demande alors à son fils de bien vouloir aller dans sa chambre.

Sans rien dire, Robert s’exécute et quitte le living.
- Bien, dit Raymond à présent nous pouvons parler, car je présume que vous voulez avoir quelques explications sur la proposition qui a été faites à Joseph
- C’est bien pour cela que je vous ai demandé de me recevoir
- Dites-moi ce que vous voulez savoir
- Voilà, je voudrais connaître combien d’argent ce mois de vacance va me coûter
- Absolument rien du tout, nous aimons votre fils et comme ils sont comme deux frères pourquoi ne pourrais-je pas l’inviter à passer des vacances ensemble.
- Mais cela va vous occasionner des frais supplémentaires
- Ne me faites pas rire s’il vous plaît, nous sommes loin d’être aussi radins, aussi je ne veux pas parler d’argent, laissez venir Joseph avec nous, comme si il était notre deuxième fils.
- C’est trop gentil de votre part
- Mais pas du tout, alors videz votre verre et ne vous faites aucun souci, Joseph passera avec nous de très belles vacances à la campagne et en pleine nature, sera lui fera un très grand bien
- Je ne sais comment vous remercier pour votre gentillesse
- Il n’est pas question de remerciement, soyez assuré que votre fils sera chez nous comme faisant partie de la famille et qu’il ne manquera de rien
Albert vide son verre puis se lève, remercie encore Raymond et son épouse et un peu mal à l’aise il s’en va.

Rentré chez lui, Albert explique à sa femme ce qui c’est dit et qu’il accepte que Joseph passe un mois à la campagne.

C’est les larmes aux yeux que Jane embrasse son mari, puis elle se rend au pied de l’escalier qui mène à l’étage et appelle Joseph.
- Joseph, viens ici chéri
Joseph descend tout en se demandant ce qui va lui être annoncé, bonne ou mauvaise nouvelle ?
- Voilà mon grand dit son père, maman et moi sommes d’accord pour que tu partes en vacances avec Robert et ses parents
- Merci papa, merci maman
- Nous espérons que tu seras sage et que tu écouteras
- Promis papa
- Alors tu es content ?
- Oh oui alors, merci à vous deux

Enfin arrive le jour J, les effets de Joseph sont dans une grande valise, il est impatient et fort nerveux en attendant qu’arrivent les parents de Robert.
Ils sont partis, la route va prendre presque deux heures, tant la circulation est dense.

Joseph qui jamais n’a fait de voyage regarde défilé le paysage, sur ces routes secondaires il peut admirer la nature, ce qui lui plaît énormément.

Dès leur arrivée à la petite fermette, Robert conduit son ami à travers la demeure, tout est nouveau pour Joseph, il est ébloui par la beauté du mobilier et de la décoration, à côté des vieux meubles et des papiers peints complètement dépassés de sa maison, cette fermette est un véritable palais pour lui.

Comme il est presque l’heure du repas de midi, la maman de Robert demande aux deux garçons d’aller mettre leurs vêtements en place dans leur chambre et d’ensuite aller se laver les mains, car ils vont manger au restaurant.

Jamais de sa vie, Joseph n’avait mangé des cuisses de grenouilles, lorsque Raymond a passé commande, il n’a rien demandé à personne, c’est lui qui probablement avec l’accord de Sophie son épouse avait décidé du menu.

Joseph a trouvé que tout était délicieux, il avoua même que au début il avait craint de ne pas aimé car chez lui c’est une cuisine toute simple et souvent répétée.

Après se succulent repas, c’est les magasins, il est nécessaire de faire les courses, car dans la fermette il n’y a rien à manger ni à boire.
Dans les rues de Laroche, il y a beaucoup de monde ce qui fait que le pauvre Joseph, n’a même pas le temps de regarder toutes ces belles vitrines, il suit le mouvement sans rien dire.

Enfin ils sont rentrés à la fermette, Sophie leur demande d’aller changer de vêtements pour qu’ils puissent aller jouer dehors.
Le soir, c’est sagement assis dans le salon, que tous les cinq regardent la télévision et vers 22 heures, les deux garçons sont envoyés au lit.

Pendant les trois premiers jours, Joseph s’amuse plus ou moins bien, mais il doit suivre ce que les parents de Robert lui disent de faire ou ne pas faire.
Bref, il commence à ne plus être heureux d’être là, il pense même à demander de pouvoir téléphoner à ses parents pour qu’ils viennent le rechercher.
La belle entente qui existait entre les deux garçons se dégradent, ils n’ont pas les mêmes goûts pour les jeux, en fait, Robert est surtout porté sur les jeux virtuels, tandis que Joseph est pour le football ou autres activités de plein air.

Après une petite semaine, Joseph se retrouve presque toujours seul hors de la fermette et il s’ennuie à tel point que Raymond le voit pleurer.
Le voyant pleurer à chaudes larmes, Raymond l’interroge :
- Que se passe-t-il Joseph, pourquoi ces larmes ?
- Je voudrais bien rentrer chez moi, ici il n’y a pas moyen de jouer
- Tu n’aimes pas les jeux électroniques ?
- Non, en plus je n’y connais rien
- Robert peut t’apprendre
- Je n’ai pas envie de ça, ce n’est pas ainsi que je voyais les vacances ici
- Donc tu voudrais bien rentrer chez toi ?
- Oui, mais je ne sais pas comment faire pour que mon papa ou ma maman vienne me rechercher.
- Tu veux que je te reconduise ?
- Vous voulez bien ?
- Mais bien sûr, nous ne t’avons pas invité pour que tu t’ennuie et que tu pleure seul dans un coin, prépare tes affaires et je te reconduis, d’accord ?
- Merci monsieur, vous êtes vraiment gentil

Raymond reconduit Joseph chez ses parents, la maman est surprise de voir rentrer son fils, elle dit :
- A croire que tu n’as pas été sage pour que l’on te ramène
- Ce n’est pas du tout cela madame, Joseph a été très sage, mais avec Robert ils n’ont pas les mêmes jeux, alors il s’ennuie
- Tu ne t’amusais pas chéri ?
- Non maman, Robert est toujours avec ses jeux virtuels
- Excusez-moi monsieur, puis-je vous offrir une boisson ?
- Si vous avez une bière, je veux bien

Jane s’empresse de lui servir une bière, elle ne sait vraiment pas quoi dire, tant elle est embarrassée, elle est même gênée, car Raymond avait de bon cœur inviter Joseph.
Devant cette femme qui il le voit bien ne sait que faire et est même nerveuse, Raymond en lui souriant lui dit :
- Ne vous faites aucun souci madame, je comprends très bien que Joseph n’a pas l’habitude de rester caler dans un fauteuil et jouer sur une console, en plus ne vous tracassez pas parce que je l’ai ramené ici.
- Je vous en remercie
- Bien, à présent je retourne à la campagne, je vous remercie pour la bière et j’espère que nous nous reverrons, au revoir madame, Joseph quand à toi passe de bonnes vacances
- Merci monsieur

Raymond est parti, Jane demande alors à Joseph de bien vouloir aller changer de vêtements. Joseph obéi de suite, tant il est heureux qu’elle ne l’ait pas grondé.

L’après midi, Joseph retrouve ses copains à la plaine de jeux, tous sont étonnés de le voir, vu qu’il devait être à la campagne pendant un mois, il leur dit seulement qu’il préfère jouer avec eux.

Et la vie de Joseph reprend son cours comme avant, entré en secondaire dans un autre lycée que Robert, il n’a plus aucun rapport avec Robert.

Deux plus tard, Joseph apprend tout à fait par hasard que son ancien ami Robert a des problèmes avec la justice, il a en effet été pris alors qu’il vendait de la drogue.
Il estime donc avoir bien fait de ne pas faire ses secondaires dans le même établissement que lui.

Le secondaire terminé avec succès, Joseph entre à l’université, pour ce faire il bénéficie d’une bourse d’études, mais malgré cette bourse, ses parents vont encore et encore faire de gros efforts pour pouvoir subvenir aux frais.

Joseph a terminé ses études, il se met directement à la recherche d’un emploi, avec son diplôme d’ingénieur civil il se présente dans diverses entreprises.
Il ne tarde pas à trouver un emploi, au début la rémunération n’est pas énorme, mais si, il convient cela sera revu nettement à la hausse.
Pour pouvoir arriver à un poste de responsabilité, Joseph fait mieux que de satisfaire, très vite il est nommé directeur du service qualité.

Les parents de Joseph qui ont fait tant d’efforts et ils se sont tant privés pour qu’il puisse faire ses études, sont récompensés, leur fils est à présent là pour les aider financièrement.
Pendant trois ans Joseph va ainsi donner chaque mois son appointement à sa maman, il se contente de ce qu’elle veut bien lui donner, il ne fait pratiquement aucune dépense, sauf en ce qui concerne l’informatique, car même si étant gamin il ne s’y intéressait pas, il a bien été obligé d’avoir un PC pour faciliter ses études.

Brusquement la vie de Joseph va changer, lui qui jusqu'à ce jour n’avait pas le temps de regarder ou de s’occuper des filles, va avoir le coup de foudre pour une jeune stagiaire, Cécile est vraiment très jolie et elle plaît à tout le monde.

Le pauvre ne sait pas draguer, il ne l’a jamais fait d’ailleurs, il ne sait absolument pas comment, pourtant il n’est pas timide, mais devant Cécile, il a de grandes difficultés à parler car il fond réellement.

Mais Joseph semble plaire aussi à Cécile, aussi lorsque pendant son stage, elle se retrouve à son service, c’est elle qui va tout faire d’abord pour pouvoir être engagée à titre définitif, mais surtout pour rester à ses côtés.
Joseph commence tout de même à se contrôler, lorsqu’il lui parle travail, il a toujours des difficultés à la regarder, mais il arrive à parler normalement.

Pourtant il reste toujours mal à l’aise devant cette jeune fille, il en parle à ses parents, son père lui dit :
- Ecoute mon grand, si cette fille te plaît vraiment pourquoi ne pas le lui dire
- J’en suis incapable, en plus je ne vais tout de même pas m’amouracher d’une fille qui a dix ans de moins que moi
- L’âge n’a aucune importance quand l’amour est présent
- Non papa, je ne suis pas encore prêt pour ça
- Pourtant tu es à un âge oµ beaucoup sont déjà mariés depuis pas mal de temps, d’ailleurs je voudrais bien et ta mère aussi que tu sortes un peu en ville le soir ou le WE
- Pourquoi faire ?
- A force de rencontrer des gens, tu tomberas toujours bien sur une fille qui fera battre ton coeur, ce n’est pas en restant toujours ici que tu feras des rencontres

Joseph va suivre le conseil de son père, au début avec un peu de réticence, mais très vite il prend plaisir à revoir des anciens élèves avec qui il a fait ses études.

C’est ainsi qu’il va être beaucoup plus entreprenant avec les filles et il fini par trouver celle qui va comme disait son père faire battre son coeur.
La nature est tellement bien faites, qu’il n’est nul besoin d’apprentissage pour aimer, aussi très vite tout se passe à merveille entre leur deux.

Commence pour Joseph une toute autre vie, à présent il désire fonder une famille, ce qui ne tardera pas.

A dater de ce jour, ses parents refusent qu’il leur donne son appointement, car il doit faire son nid.
C’est ainsi qu’il se met à la recherche d’une maison ou d’un appartement accompagné de Cécile sa bien aimée qu’il a rencontrée lors d’une soirée chez un copain et avec qui le courant est passé directement.
Les tourtereaux de commun accord ont décidés de ne pas se marier, ils vont vivre en couple dans un premier temps.

Malgré qu’ils soient heureux de voir le bonheur de leur fils, Albert et Jane ont un grand pincement au coeur de le voire s’en aller de la maison, mais ils se disent qu’ils ont fait pareil.

Quand à Robert, il est en prison et ses parents ont quitté la ville, comme quoi, ce n’est pas parce que l’on est issu d’une famille d’ouvrier que l’on n’arrive pas à être une personne respectable et respecté, tout n’est question que d’éducation.

image1

Lecture aléatoire

Envie de flâner au fil des pages et de découvrir des récits, des histoires et des personnages au hasard, c'est par ici.



Merci à nos partenaires

Les partenaires qui soutiennent Nouvelles-Persos nous permettent d'y consacrer du temps, et donc de gérer le site dans l'intérêt des auteurs et des lecteurs.
Merci à eux.

Actualités

Mises en ligne, news, infos...


Statistiques

Nouvelle-Persos

Une nouvelle est une oeuvre littéraire proche du roman, mais qui s'en distingue par sa brièveté, le petit nombre de personnages, la concentration et l'intensité de l'action, le caractère insolite des évènements contés.