nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


La mort mystérieuse d'Alexandre le Grand


Auteur : LORIDON Gérard

Style : Historique




Alexandre le grand, un grand nombre d’entre nous connaissent son exploit légendaire. Il aurait été un pionnier de la sous-marine en s’immergeant dans une cloche en 322, 323, 324 av JC, déjà les dates manquent de précision. Ce qui est grave quand on sait qu’il est mort le 13 juin 324 (av JC) disent certains 325 disent d’autres… à l’âge de 32 ou 33 ans. Seul le lieu du décès Babylone est retenu.
Mais les causes de sa disparition sont on ne peut plus confuses et je relève tous les cas présentés :

- Il serait mort du paludisme, théorie forte acceptable, car il a fréquenté toute sa vie des lieux ou l’anophèle, vecteur de cette maladie, proliférait. Il est précisé que, mort en peu de temps, il s’agirait de la forme la plus pernicieuse de cette maladie le psalmodium falciparum.

- Il aurait été empoisonné par ses généraux qui ne voulaient plus faire la guerre. Ce qui pourrait être valable, la même thèse ayant été soutenue pour Napoléon.

- Les Américains ont des thèses différentes. Ils sont des gens compliqués qui se complaisent à raconter l’histoire de pays qui leur sont étrangers. Ce qui est normal, la leur débutant aux 19è siècle. Leurs résultats sont souvent péremptoires et troublants. Alors d’après deux de leurs éminents représentants d’Esculape, pour l’un, il serait mort de la typhoïde, pour l’autre du virus du Nil !

- Les Anglais toujours méprisants pour tout ce, qui n’est pas britannique, estiment qu’Alexandre est mort d’un coma éthylique, au cours d’une de ses nombreuses beuveries, et partant de là, d’une cirrhose fortement avancée.

- Évidemment, les Grecs, pas contents des propos des médicastres de la perfide Albion soutiennent mordicus qu’il est mort d’une pancréatite aiguë !

Très porté sur les choses de la chair, de mœurs débridées, il est notoirement connu que ce grand prince comme beaucoup d’autres par la suite était hétéro, mais aussi homosexuel, il serait mort comme François 1er d’une MST. Là, je m’élève en faux ces maladies migrantes nous furent apportées par Christophe Colomb. C'est-à-dire dix sept siècles après.

J’ai donc fait rapidement le tour de toutes ces hypothèses et devant cette discordance, je me suis dit que, comme à l’ordinaire, il faudrait remonter en amont pour chercher les causes véritables sur ce décès historique.
Et, comme j’insiste bien souvent, ayant reçu une formation réaliste des officiers du GERS de la Marine nationale, il faut se replonger dans le contexte du moment. Ce qui ne se révèle pas facile me direz-vous dans ce cas, loin dans le temps.
Je ne sais pas si, tout comme moi, vous n’êtes pas choqué par l’absence d’un évènement important qui ne figure jamais dans sa biographie. Seulement dans celles présentées par des plongeurs. Dans la littérature officielle, il est totalement fait abstraction de sa plongée en cloche ! Et partant de là, occultant une cause supplémentaire et pas des moindres de désordres physiologiques, ayant pu entrainer sa mort.

Nous allons enquêter autant que faire se peut sur les conditions de cette première immersion. Et d’abord qui en a fait état le premier :

- En théorie cela aurait été relaté dans un manuscrit flamand en 1340, qui parle d’une plongée dans une cloche rudimentaire baptisée Colympha. (AF / PMR Histoire de la plongée.)

- Le Commandant Claude Riffaud, officier de marine, Cdt de l’école de plongée,, dans son ouvrage « La Grande aventure des hommes sous la mer » fournit plus de détails surtout sur la conception ladite cloche en peau d’âne.

- Un arabe, Mas Oudi nous dit lui qu’Alexandre utilisa cet engin pour éloigner des monstres qui venaient la nuit perturber l’avancement des travaux du port d’Alexandrie

- Il est aussi signalé que toujours à Alexandrie, cet appareil aurait été utilisé pour surveiller les sous-marins en court dans ce port.

- Des gravures font figurer cet évènement sur des parchemins et tapisseries…

Le plus intéressant, quand même, nous est apporté par mon ami, hélas, disparu, Jean Albert Foêx. Lui a fouillé le problème dans son ouvrage « l’Histoire sous-marine des Hommes ».
Certes, ce grand journaliste d’investigation, à qui nous devons le magazine l’Aventure sous-marine, était aussi romancier. Ne l’oublions pas.
Il n’en reste pas moins précis. Je ne vais pas retranscrire ses nombreuses pages sur cette affaire, seulement m’en servir pour conforter ma thèse et en particulier sur ce qui va l’étayer.

Que l’on en juge, d’après JA. Foêx :

- Lui situe la date en 325 av JC et le lieu Gouadar au fond du golfe Persique

- Alexandre de retour de la guerre, se trouve sur place avec son ami et chef de sa flotte Néarque.

- Ils mènent tous les deux une vie dissolue, se désaltérant couramment et surtout abondamment d’un breuvage de pavot et de miel. Ce qui n’est pas le meilleur des régimes pour ce qui va suivre.

- Arrive Aristote qui parlera souvent de ces journées mythiques par la suite.

- Arrive aussi un nommé Diognitus qui évoque une cloche qui aurait servi au siège de Tyr quelque temps auparavant. C’est alors qu’Alexandre lui demande d’en faire la construction d’un exemplaire sur place.

- L’engin est un coffre de bois enduit de résine, rendu résistant grâce à des barres de bronze. Il est muni d’ouvertures rondes, des hublots en fait, en verre transparent (verre qui vient d’être inventé par les Phéniciens, le verre des Égyptiens lui n’est que translucide) Sa hauteur est de 5 coudées de 0,46 soit un total de 2, 30 M. Ce qui peut paraître bas, mais il est prévu à l’intérieur du cylindre des entretoises sur lesquels le ou les plongeurs sont assis.

- Tout est prêt vers midi, « le soleil est déjà haut », spécifie JA Foêx. Prévoyant une longue immersion, il est embarqué des côtes de bœuf rôties, des fruits, des vêtements secs…

- La cloche est lestée de cailloux et de lingots de cuivre dans sa partie basse. Alexandre et Néarque embarquent et s’immergent.

- Une reconnaissance du fond réalisée par des plongeurs en apnée a été réalisée avant et surtout la profondeur à atteindre mesurée. Ce qui devient important pour ce qui va suivre. Elle est de 14 « orgyes » de 1, 85 M, ce qui nous donne un total de 25, 90 M. Nous sommes loin des 10 M trop souvent évoqués.

- La suite est elle aussi captivante. Ils vont remonter le soir, à la nuit tombante. Alors, si nous retenons une plongée de six heures à 25 M, cela va nécessiter des paliers très longs. Mais eux ne sont pas et de loin au courant de ces problèmes de décompression. Il faut aussi penser qu’il ne serait pas possible de rester 6 H dans une cloche, sans renouveler l’air. Certes ! il est facile de se dire qu’ils revenaient en surface de temps en temps et repartaient aussitôt. Et cela mes amis plongeurs, vous le savez, c’est on ne peut plus dangereux ! Ce qui ne manque de conforter ma thèse.

- À tel point qu’il est dit que lors du retour définitif en surface le soir, Alexandre n’est pas brillant. Quand à Néarque lui, il a perdu connaissance et se trouve à l’article de la mort (dixit Jean Albert Foex) Il reviendra cependant à la vie quelques heures après. C’était quand même de rudes gaillards.

- Mais il n’est pas fait état de ce qui se passe par la suite car ce genre d’accident de décompression, cela laisse des traces, des séquelles. Cependant, on apprend fortuitement qu’Alexandre était devenu instable, coléreux, pas bien dans sa peau quoi… des signes qui ne trompent pas. Pour parfaire le tout, il se soignait avec des bains chauds, et continuait à boire son Hydromel (Miel au pavot). De l’opium donc !

- Diagnostic certain. Les bains chauds vont liquéfier et favoriser la circulation sanguine, donc diminuer l’inflamation. Quand au pavot, les fortes doses que le prince s’octroyaient devaient effacer ou diminuer fortement la douleur. Médication semblable à celle obtenue par le Di-Antalvic, utilisé par les retraités dont je suis. (Médicament très efficace, sans effets secondaires, supprimé par les technocrates européens)

Alexandre va mourir, en fait, peu de temps après, un an ou deux tout au plus. Il est à noter que ses conquêtes sont terminées, sa condition physique y est sans aucun doute pour quelque chose.
Alors, je pose la question cruciale ?
Alexandre n’est-il pas mort des suites de son accident de décompression ?
Les victimes d’accidents de ce type, les vieux scaphandriers en particulier qui ne pouvaient pas être traités en caisson, finissaient leurs jours en mauvaise condition… boitant, perdant la vue totalement ou en partie, paralysés, survivants difficilement parce que préretraité d’office.
Le prince lui, il a dû continuer à mener joyeuse vie, cherchant à atténuer ses douleurs dans l’alcool et la drogue.
Ajoutez-y une surconsommation de belles hétaïres, licencieuses bayadères et jeunes éphèbes, vous obtiendrez rapidement l’épuisement et le décès de la victime à plus ou moins long terme.


Conclusion :

Êtes-vous convaincu ? Pas nécessairement sans doute. Mais nous apportons un jour nouveau et pour le moins réaliste basé sur des faits existant eux !
C’est quand même mieux que tout ce qui a été écrit jusqu’à ce jour provenant de rumeurs ou légendes non vérifiées.

Ma théorie :

- Oui, il a plongé

- Oui, il est resté en plongée un bon moment en une ou très certainement plusieurs fois.

- Oui, il n’était pas en forme en sortant. Mais un roi, c’est sacré, on ne peut pas dire qu’il est malade, il perd de sa crédibilité.

- Oui, il est mort peu de temps après.

Que vous faut-il de plus ?
Et j’ai gardé le meilleur pour la fin.

Son corps fut réclamé par Ptolémée le Lager qui le fit inhumer à l’emplacement de l’actuelle Alexandrie, ville qu’il avait fondée en Égypte. Évidemment, cette sépulture est très recherchée. L’un de mes amis, archéologue reconnu, surtout dans le prélèvement de vases antiques, a travaillé sur le site du phare. Il me dit que l’on sait où se trouve la tombe d’Alexandre, mais que pour des raisons d’urbanisme, il ne peut y être fait des travaux. Elle serait en plein centre-ville et même a-t-il ajouté, un soir ladite tombe serait sous un cinéma !

Avouez que le destin de cet homme est quand même sublime. Il est le seul à se voir projeter sur le ventre, le film d’Oliver Stone, retraçant sa vie et sa grandeur… !





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -