nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Trouble


Auteur : SAUSSOL Fred

Style : Réflexion




J’aime les insectes. Les petits moustiques surtout. Ceux qui volettent sans cesse autour de nous avant que de plonger vers notre cou. J’aime les petits moucherons que l’on gobe d’une respiration et qui nous font tousser avant que nous les avalions. J’aime les guêpes et les abeilles, bruyantes et inquiétantes compagnes de nos sorties champêtres, attirées par le sucre de nos repas et les parfums fleuris de nos compagnes.
J’aime celles qui dérangent nos barbecues et se noient en battant des ailes dans nos verres de vin blanc. J’aime les insectes, les fourmis et les scarabées dorés qui courent sur les tuyaux d’arrosage pour grimper à toutes vitesses dans les arbustes ou les rosiers. J’aime les parasites rampants qui craquent silencieusement sous nos pieds lorsque notre semelle de chaussure se pose sur la branche où ils ont choisi de trouver un foyer. Et j’aime les bêtes qui volettent et bourdonnent autour de nous en provoquant de grands gestes de bras et de mains des jeunes filles apeurées.
J’aime les chenilles avant qu’elles ne deviennent papillons et qu’elles processionnent dans nos sapins en lançant des poussières irritantes sur les passants. J’aime ces petits animaux, ces araignées et ces blattes, qui nous ignorent et nous snobent. J’aime toutes les bestioles qui rampent, grouillent et volent, qu’elles vivent seules ou en colonies, dans les parcs et les jardins.
Nous ne comptons pas plus pour elles, qu’elles ne comptent pour nous. Elles sont bien innocentes et souvent inoffensives, si petites et si fragiles. Elles ne font jamais le mal par plaisir.
Sur elles, nous avons le pouvoir de vie et de mort. Nous pouvons les emprisonner dans nos verres, les écraser, les empoisonner, les brûler. Nous avons ce pouvoir de vie et de mort, et nous n’avons aucun remords de ne jamais les gracier. Certes, il arrive qu’elles nous contaminent de virus ou de microbes, de maladies et de miasmes, qu’elles nous blessent pour se défendre ou bien pour se nourrir. Pourtant, elles ne possèdent que leurs petits corps, leurs mandibules et leurs dards minuscules pour nous piquer, nous mordre et surtout, pour nous terroriser.
Mais la raison principale qui me fait les aimer est qu’elles sont la seule trace de nature hostile, vierge et sauvage qui survit dans notre monde sécuritaire et aseptisé.

J’aime les poissons, surtout les gros, les thons, les brochets, les requins. Ces prédateurs marins qui fondent sur leurs proies et qui d’un coup de dents, produisent des torrents de chair et de sang. J’aime les méduses, ces irritantes et toxiques bulles d’eau, lorsqu’elles dérivent au fil des courants en laissant pendre de redoutables hameçons. J’aime les voir s’échouer sur les rivages bondés de baigneurs qui écartent les serviettes de leurs enfants fascinés par cette diaphane présence.
J’aime imaginer, en regardant un coucher de soleil sur la mer ou en voyant doucement capoter les vagues mourantes sur la plage, les milliers de combats invisibles et silencieux qui se déroulent sous les flots bleus.
C’est encore un monde proche et facile d’accès, riche de beauté et de poésie, qui se trouve pourtant être féroce et inhospitalier, violent et farouche, dangereux. Un monde où la nature est reine.

J’aime ces femmes, vampires de sentiments, qui d’un sourire, d’un battement de paupière ou d’un mouvement de tête dévorent tout cru mon cœur et rendent mon esprit si liquide. Elles possèdent bien plus de miels que n’en possèdent toutes les ruches de la terre, et bien plus de sels que n’en détiennent tous les océans. Elles ont des dents acérées comme celles des squales, et des ailes les rendant plus difficiles à capturer que la plus rapide des guêpes.
Elles sont les maîtresses d’un monde d’aventure, violent et dangereux, dans lequel elles m’entraînent et où j’aime tant les suivre. Un monde mille fois plus inconnu et inquiétant que le sont tous les essaims, les nids, les fourmilières, les mers ou les océans sauvages.

Tous ces mondes d’insectes, de chasseurs marins ou de femmes, dans lesquels la nature est si belle, tout à la fois angélique et démoniaque me fascinent et me troublent.





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -