nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Le chatelain maudit


Auteur : GRENET Ghislain

Style : Fantastique




2030. Dans un château de la Loire vit un noble très excentrique et à moitié fou disent les commères du village. En tant que journaliste, je dois faire un reportage sur lui et ses extravagances. Je prends donc rendez-vous. Le jour venu, j’arrive à l’entrée de cette grande demeure. Un majordome d’un age incertain m’ouvre :
« Vous êtes le journaliste attendu par monsieur le duc ?
-Oui ! »
Il me fait entrer. Nous traversons un immense corridor où des statues effrayantes ornent les murs. Après avoir ouvert une lourde porte en bois noir, il me fait patienter dans une pièce impressionnante et laide. Le duc arrive :
« Bonjours monsieur le duc, dis-je.
-Vous venez pour me poser des questions ?
-Oui ! J’aimerais savoir à quoi vous consacrez toutes ces longues journées ?
-Je fais de la recherche spatio-temporelle.
-Qu’est ce que cela signifie ?
-Suivez-moi, vous allez mieux comprendre. »
Je retourne dans le grand corridor et pénètre dans une grande salle servant d’atelier. Un bric à brac indescriptible s’offre à mes yeux. J’aperçois une sorte de machine :
« Qu’est ce que c’est ?
-Ma merveille, mon joyau…
-Mais encore ?
-C’est une machine à remonter le temps.
-Vous plaisantez !
-Si je plaisante ? Je vais vous montrer. »
Nous nous approchons d’une table. Une machine identique de la taille d’un journal y est posée :
« Vous reconnaissez la machine, mais elle est de taille minuscule. J’ai introduit à l’intérieur une caméra qui va filmer l’itinéraire que la machine va prendre ! Dès son retour, nous visionnerons son voyage. »
Il pianote sur son clavier une demi-heure de trajet et sous mon regard étonné la chose réapparaît dans le temps escompté. Il sort la caméra et me dit :
« Venez avec moi pour le visionnage. »
Je vois se dérouler des scènes avec des personnages cosmopolites :
« C’est ça le problème, tout ce que cette machine filme est incompréhensible. C’est pour cela que j’ai hâte d’avoir fini avec l’autre.
-Elle sera opérationnelle quand ?
-Demain je procède aux premiers essais.
-Je serais très flatté si vous m’invitiez.
-Si vous voulez ! J’ai prévu deux places.
-Alors, à demain monsieur le duc.
A demain jeune homme. »

J’étais impatient de revenir. Le lendemain le majordome :
« Ah ! Vous revoilà vous ? Vous connaissez le chemin.
-Bien sûr, ne vous dérangez pas pour moi. »
C’est à grand pas que je me dirige vers l’atelier de l’apprenti sorcier. Je frappe et entre avec le larbin mais il ni y’a personne et la machine n’est plus là. Soudain, un éclair aveuglant. C’est le duc. Il tient victorieusement une pièce à la main :
« Où étiez-vous ?
-Au XVe siècle.
-Et c’est quoi que vous tenez dans la main ?
-Une pièce d’or que j’ai subtilisée à un mendiant en l’assommant !
-Vous êtes malade, on ne frappe pas les gens pour les voler.
-Allez chercher la police pour qu’elle m’arrête. » Me dit-il en riant.
Cessant soudainement son hilarité :
« Il faut que les choses soient bien claires entre nous. Je vous ai invité à mes expériences ; ce qui est gage de sympathie, mais si vous commencez à me mettre des bâtons dans les roues, au prochain voyage, je vous fais bouffer par des dinosaures. Est ce clair ?
-D’accord monsieur le duc. »
Installés et sanglés sur la machine, nous sommes prêts pour le grand saut vers l’inconnu :
« A quelle époque allons-nous ?
-Je ne sais pas car je n’ai pas encore installé le compteur temporel.
-Mais alors, comment va-t-on faire pour revenir ?
-Elle est programmée pour ça. »
Nous arrivons dans un parc. Le duc regarde les lieux :
« Mais c’est mon château.
-En effet, mais à quelle époque ? »
Voyant les guirlandes illuminées la bâtisse, il me répond :
« Noël certainement. »
Un gosse passe dans la rue avec un pain sous le bras :
«Excuse-moi mon petit, mais quelle date sommes-nous aujourd’hui ?
-Ben le 27 décembre, pourquoi ? »
Sentant que je vais passer pour un idiot en demandant l’année, je refile la patate chaude au châtelain :
« Merci mon gamin, dit-il.
-Mais vous ne lui demandez pas la date ? Lui dis-je.
-Inutile, regardez l’affiche sur la vitrine de la boulangerie. »
« GRAND FEU D’ARTIFICE LE 31 DECEMBRE EN L’HONNEUR DU PASSAGE AU XXIe SIECLE. »
Me regardant avec effroi, il me dit :
« Bon dieu ! Il faut foutre le camp.
-Pourquoi ?
-J’étais tout gamin à cette époque là et il y eut la tempête qui a ravagé le parc du château.
-Mon père me l’a racontée cette histoire, » dis-je.
Le vent arrive brusquement. Nous nous précipitons vers la machine mais un arbre puis un autre tombent ; nous empêchant d’y accéder :
« Que fait-on monsieur ?
-Allons nous abriter derrière ce mur de cette boulangerie, il y’a un recoin qui nous protègera des intempéries. »
Lorsqu’après des heures de vents tempétueux, nous réussissons à nous faufiler entre les arbres déracinés, le duc dit en regardant la machine :
« Ca va, elle n’a rien.
-Dites, il y’a un truc auquel je pense.
-A quoi ? Me dit-il en dégageant des branches.
-Et si vous rencontriez vos parents et vous-même là, tout de suite ?
-Impossible, nous étions aux USA. »
De retour au point de départ :
« Il faut que je m’attèle à la fabrication du compteur car je ne veux plus me retrouver dans de telles situations.
-Je vous comprends.
-Je vous appelle dès que la machine sera opérationnelle. »
Je retourne travailler attendant fébrilement un coup de téléphone de sa part.
Un mois se passe. Ni tenant plus, je retournais le voir :
« J’allais vous téléphoner, me dit-il, je viens juste de finir le compteur.
-On va pouvoir l’essayer ?
-Quand vous voulez.
-Alors, tout de suite.
-C’est parti mon kiki. »
Nous arrivons et grâce à ce que je croyais être le génie de cet homme en 1610 :
« C’est l’année de l’assassinat d’Henri IV.
-Exactement. »
Une foule est amassée le long d’un chemin :
« Allons voir ce qui se passe » me dit le duc.
Nous nous approchons et voyons arriver un carrosse :
« Je suis sûr que c’est le roi » me dit-il.
En effet, c’est le roi et des soldats qui arrivent à un rythme soutenu. Je demande à une femme pour confirmer nos dires :
« C’est bien le roi qui arrive ?
-Ben oui mon gars, il s’en va à la capitale pour l’heure. »
Me regardant de la tête aux pieds :
« D’où tu d’viens pour être fagoté comme un drôle ? »
Embarrassé je lui réponds :
« Je suis couturier et j’essaie d’inventer de nouveaux vêtements.
-Ben mon gars, tu vas pas avoir beaucoup de clients. »
Elle se met à rire de sa bouche édentée suivie d’une partie de la foule.
De retour à notre époque, je dis au duc :
« A l’avenir, si on veut se fondre dans le paysage, il va falloir faire d’époque. »
Le lendemain :
« C’est la dernière fois que je viens car je suis devenu envoyé spécial et devrais rester en Iran de nombreuses années.
-Et bien, pour ton dernier voyage je vais te faire une surprise. »
Il programme en cachette son compteur et nous voilà reparti pour de nouvelles aventures :
« A quelle époque sommes-nous ? »
Il n’a pas le temps de répondre qu’une flèche provenant d’un arc romain lui transperce le cœur. Je prends aussitôt les commandes mais une flèche se plante dans le compteur et affole la machine. Me voilà parti dans un espace temps qui m’est complètement inconnu.





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -