nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


La fin du monde


Auteur : CURY Canadian

Style : Anticipation




Ça fait quelques années que cet événement a eu lieu. A l’époque ça a fait du bruit dans les médias. Je parie que vous en avez jamais entendu parler, vous pouvez pourtant me croire quand je vous dis que ça s’est vraiment passé. C’était qu’un canular, un putain de canular. N’empêche qu’il a eu des répercussions. Vous avez entendu parler de l’invasion extra-terrestre qui a créée la panique en 1938. C’était Orson Wells l’auteur des faits et il a fichu une telle pagaille que ce canular est devenu historique. Mais pourquoi la population a-t-elle réagi si violement à l’annonce d’une attaque alien ? Parce que les gens avaient une chance de s’en sortir, ils n’étaient pas complètement coincés. Alors à l’été 2016, on a décidé de faire les choses bien. On a annoncé la fin du monde pour le 11 août aux alentours de 1 heure du matin, heure de Paris. La raison pour laquelle ça a marché c’est qu’on n’a pas appuyé notre prévision sur un calendrier maya, on n’a pas non plus dépoussiéré une vieille prédiction de Nostradamus. On n’a pas utilisé de textes religieux parce qu’il fallait qu’on touche tout le monde. Il ne pouvait pas y avoir de sceptiques, pas cette fois. Cette fois ça devait avoir l’air sérieux, pas de blagues ou de contre-pied. On en a tout simplement appelé au pouvoir scientifique. Vous pouvez me croire, prenez un type de plus de cinquante ans, mettez lui une blouse blanche et faites-le parler sur un ton sérieux. Soyez sûr que quoi qu’il raconte, cela touchera une grande partie de la population mondiale. Ajoutez des photos montages de l’espace qui appuieront ses arguments, quelques calculs sans la moindre signification, un jargon technique. La totalité de l’opinion publique est conquise. Votre scientifique ne doit pas laisser place au doute, de la sueur doit couler de son front. Faites-lui apprendre des formules savantes sans intérêt. Surtout faites en sorte qu’il soit laid, il faut que votre scientifique ait l’air d’avoir consacré sa vie à ses travaux de recherches. Il n’a jamais pratiqué de sexe tarifé. Il s’est dévoué à 100% pour son métier, ses théories sont toute sa vie. Il a renoncé à tant de fêtes pour ses études, refusé tant de relations humaines qu’il résulte chez cet homme une légère agoraphobie. Parler en public n’est pas un problème, car il aime s’écouter. Mais échanger les moindres formules de politesses banales se révèle d’une complexité hors du commun tant il méprise ses semblables. Cette haine est un héritage de l’enfance. Souvenirs de tête dans les toilettes, d’humiliation publique, d’insomnies et d’appréhension de l’image qu’il donnera, de crainte de décevoir un père devenu rude et autoritaire depuis la disparition d’une mère dépressive et enchaînée à ses devoirs familiaux. Vous pouvez me croire quand je vous annonce que cet homme à convaincu l’humanité entière. Ainsi le 4 août, nôtre acteur déclare solennellement aux médias de tous les pays que la Terre serait d’ici une semaine frappée par un astéroïde de la taille de l’Australie et qu’il pulvériserait la planète entière sous l’impact.

Mais comment ce fait-il que nous ne l’apprenions que maintenant ? « Les gouvernements sont au courant depuis près de deux ans mais un doute subsistait quant à la trajectoire que prendrait le météore. Voila quatre mois que nous avons la certitude de notre perte mais nous ne savions pas si alerter la population ne précipiterait pas le monde dans le chaos. Nous aurions du vous prévenir plus tôt. J’en suis désolé. » Un scientifique humble est un bon scientifique.
N’y a-t-il pas d’avis contraire à la thèse que vous avancez ? « Je suis le représentant officiel du corps scientifique. Les nouvelles que j’apporte à l’humanité ne sont en aucun cas une thèse, j’apporte des faits voila tout. C’est incontestable et croyez bien que j’en suis désolé. » À ces mots notre scientifique en herbe s’éponge le front d’un mouchoir en papier qu’il sort de la poche avant gauche de son pantalon en tissus noir. Il boit lentement un verre d’eau fraîche histoire de marquer une pause, d’être grave.
Que doit-on faire ? « Ça c’est vous qui le décidez ! »
Notre acteur a joué son rôle avec brio. Que s’est-il passé ensuite ? Vous pouvez me croire quand je vous dis que le monde a passé la semaine la plus calme de toute son histoire. C’était la semaine où les gens ne se plaignaient plus de leurs problèmes d’argent. Ils ne se plaignaient plus de leurs enfants, du programme tv, de la politique, du temps, des résultats sportifs, de la radio du voisin, des embouteillages, de leurs maux de têtes. Ils ne se plaignaient plus de leurs amendes, de leurs conjoints, de leurs patrons, des guerres, des injustices, de la pop, des graffitis, des merdes de chiens, des immigrés, des vieux, des jeunes. Ils ne se plaignaient plus car c’était un luxe qu’ils ne pouvaient plus s’offrir. On avait le temps de profiter et puis c’est tout. Les gens arrêtaient de bosser, de toute façon ils ne toucheraient pas de salaire à la fin du mois. Le Vatican s’est contenté de bénir l’humanité. Tout comme toutes les religions qui voulaient jouer le jeu jusqu’au bout même si la plupart des fidèles avaient laissé tomber depuis la magnifique prestation de notre acteur. Les malades en phase terminale avaient l’impression d’avoir remporté un sursis. Un cancéreux était redevenu comme tout le monde. Tout ça c’est la phase logique des événements.

Vous pouvez me croire quand je vous dis qu’après une telle annonce on a besoin de se sentir exister. Ainsi les gens se sont travestis, ils ont défilé par milliers dans les rues, ils brisaient les vitrines et allumaient des feux de joies. On cassait pour casser pas pour voler, ça n’aurait pas eu de sens. Les gens s’affirmaient en tant qu’hommes en baisant dans les rues. Vous pouvez me croire quand je vous dis que le monde était devenu un speed-dating. S’affranchir des codes sociaux était devenu la règle tandis que profiter était le maitre mot. Les avions ne volaient plus, les gouvernements n’avaient pas donné signe de vie depuis leurs dernière annonce officielle du 6 août. C’est aussi la date de la dernière émission d’ondes radios. Les écolos se sentaient cons d’avoir averti tout le monde que la pollution engendrerait la fin du monde. Certains en ont même profité pour tuer un ours polaire du zoo de New York. « Juste pour voir l’effet que ça fait » auront-ils déclaré lors des procès du 20 août.
Au total on a recensé 791 homicides et 3836 viols durant la semaine qui suivit l’annonce de la fin du monde. Des chiffres qui semblent incroyablement élevés, pourtant les statistiques officielles d’une semaine normale dans le monde décomptent 3787 homicides et 6321 viols. Vous pouvez me croire. La peur d’un jugement dernier sans doute. Les victimes de viols prenaient leur mal en patience pendant l’acte, ça aurait été trop bête de se gâcher ses derniers instants. Inversement on estime que le taux de suicide s’est multiplié par 20. Certains étaient trop pressés.
Le 10 août, les gouvernements indiens, américains, russes, sud africains et colombiens ont repris du service en démentant l’information d’une fin proche. Mais c’était trop tard, ils avaient perdu tout crédit. Le jour-J rien ne se produisit mais on pensa que l’astéroïde avait du retard, on l’espérait du moins vu le vacarme qui avait été créé, avec tout le mal qu’on s’était donné pour se foutre en l’air il aurait été mal venu que l’astéroïde ne se montre pas. Alors on a continué encore quatre jours. Et quand l’armée a repris du service pour redonner un semblant de calme, les gens s’y sont confrontés. On n’admettait pas d’avoir été berné. Certains citoyens bien-pensants avaient renié leur foi pour se délecter des derniers instants de vie. Il convenait donc qu’une apocalypse montre le bout de son nez. Vous pouvez me croire quand je vous dis que les gens étaient déçus. Certains ont même décidé de faire le travail eux-mêmes. C’est ainsi qu’une bonne centaine d’attaques terroristes désespérées ont éclaté partout sur le globe entre le 17 et le 18 août. Vous pouvez me croire.

Et puis il a bien fallu se rendre à l’évidence. Les malades en phase terminales qui avaient survécu à une semaine entière sans soins reprirent conscience de leur propre course contre la montre. Les victimes de viols se firent rattraper par leurs traumatismes laissés en chemin. Les nouveaux meurtriers et violeurs et casseurs et pilleurs et terroristes et infidèles se dégoutèrent et l’humanité dut faire face à une nouvelle vague de suicides éparpillée sur une dizaine de jours. Le dimanche 21 août il y eut des foules historiques aux messes religieuses, il faut dire que les gens avaient pas mal de choses à se faire pardonner en raison des récents évènements.
La méthode de jugement des procès du 20 août s’est faite d’un commun accord mondial. On reconnaissait coupable mais on graciait. On ne pouvait décemment pas mettre la moitié de la population en prison. Les auteurs du canular ont été exécutés à Londres le premier septembre de la même année. Beaucoup y étaient opposés mais le profil bas planait au-dessus de nos têtes. Il fallait agir rapidement afin de rebâtir sainement et laisser toute cette histoire en arrière. Après tout, les nations avaient du pain sur la planche pour remettre un semblant d’ordre. On était tellement occupé à réorganiser le monde qu’on en a oublié les conflits et guerres pendant un temps. Vous pouvez me croire.

L’évènement a été classé de tromperie contre l’humanité et il a été décidé que dans l’intérêt général il était préférable de tout oublier. Cet évènement ne devait en aucun cas être conté dans les livres d’histoire, pas de films, pas de documentaires, pas de chansons, pas de monuments aux morts, pas d’œuvres artistiques en tout genre. On a détruit tous les documents écrits, filmés, enregistrés et photographiés qui relataient cette semaine spéciale. Et puis on s’est souvenu qu’il fallait oublier. Alors on a oublié. Vous pouvez me croire. Ça aura mis environ 2 ans mais les choses sont rentrées dans l’ordre. Les gens ont recommencé à se plaindre de leurs bagnoles, des factures, des étrangers, des transports en communs et de leurs retards. Ils se sont plaints de l’insécurité, des nouvelles technologies sans utilités, des modes, du sexe, de la violence, des opinions contraires et surtout ils se sont plaints des programmes tv. Vous pouvez me croire.





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - B'Resto Buro - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -