nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Petit repas de Saint Valentin


Auteur : HESSE Rémi

Style : Drame




Neuf heures moins dix, Colette posa son sac à main sur le bureau, elle disposa dans une assiette le contenu du paquet de chouquettes qu'elle avait apporté ; ses collègues n'allaient pas tarder à arriver. Comme chaque matin, cette jolie femme aux pommettes saillantes, aux cheveux châtains coupés courts, était arrivée la première. Elle se rendit à la machine café, le choc de ses talons sur le carrelage du couloir résonnait dans le bâtiment silencieux. Elle fut surprise que Stéphane, le directeur du service, ne soit pas encore dans son bureau. Elle aurait aimé lui parler, elle avait besoin de se confier, d'être réconfortée par celui qui, depuis quatre mois, était son amant.
Elle s'installa sur sa chaise, les chouquettes embaumaient l'air. Elle en grignota une, entre deux gorgées de café. A l'aide d'un petit miroir, elle vérifia son maquillage, se lissa du bout de l'index la base des paupières.
— La fatigue ne me vaut rien ! murmura-t-elle.
Elle tourna la page de son éphéméride. Vendredi 14 février 2014, Saint-Valentin. Colette poussa un profond soupir, le matin même son mari lui avait dit :"Ne rentre pas trop tard ma chouquette, ce soir je te prépare un petit dîner pour la Saint-Valentin. " Mais qu'est-ce qu'il lui avait pris à celui-là ? A deux reprises, la veille au soir, elle avait voulu lui parler, lui dire sa décision de le quitter, de déménager dans quelques jours. A chaque fois, il l'avait interrompue au tout début, par une caresse, ou en lui faisant un petit bisou dans le cou. Il y avait trois ou quatre ans qu'il n'avait pas été aussi gentil, aussi tendre.

Au Raincy, dans la claire cuisine, d'un coquet pavillon, Arnault, le mari de Colette, retourna sa viande dans la marinade. Il flaira sa préparation, ajouta une branche de thym supplémentaire, et un petit verre de Cognac. Il remit le plat au frais, vérifia la recette pour être certain qu'il ne lui manquerait rien. Il se fit un café et pendant que le breuvage coulait, se mit à rêvasser... Il revit ce mercredi 4 juillet 2007, il parcourait le Canard Enchaîné, allongé sur une pelouse du parc des Buttes Chaumont. A quelques mètres, une jeune femme au charme certain, lisait un livre en prenant le soleil. Elle était belle, fine, petite mais élancée, une jolie robe toute simple, grise à pois blancs, lui arrivait à mi-cuisses. Après quelques minutes d'hésitations, il l'avait abordée. Sur ses gardes au début, elle s'était détendue lorsqu'il lui parla du livre qu'elle avait à la main. Il le connaissait bien, en parlait avec justesse. Elle sourit à plusieurs reprises, un sourire magnifique qui lui inondait le visage...
A ce souvenir, Arnault sourit à son tour. Il versa du café dans sa tasse, un sucre et tout en tournant sa cuillère revit le déménagement de Colette au mois de septembre suivant. Elle était belle, elle virevoltait dans la maison en chantonnant. Ils étaient heureux. Le mariage fut célébré au printemps 2008.
Et puis... et puis le temps, le temps qui toujours use les plus belles choses et les meilleurs sentiments... Deux ans, ou trois, il avait eu une aventure et puis une autre. Son travail avec de longs déplacements lointains n'avait pas facilité les choses. Maintenant, ils en étaient à la rupture. La séparation, il l'aurait acceptée, s'il avait été à l'origine de celle-ci. Mais que cela vienne d'elle ! Jamais on n'avait quitté Arnault Deschamps, jamais ! Il quitte, il chasse, il prend l'initiative ! Arnault jeta violemment sa cuillère sur la table, avala son café tiède et parti à Carrefour pour faire ses courses.

A la Plaine-Saint-Denis, face au Stade de France, dans le grand immeuble vitré d'une multinationale de l'assurance, le bureau de Collette était sens dessus dessous. Le directeur du service avait disparu. Son épouse avait téléphoné à deux reprises, il n'était pas rentré la veille au soir. Quelques personnes étaient venues interroger Colette, preuve que leur secret était éventé. Stéphane avait quitté l'établissement en début d'après-midi, il avait un rendez-vous extérieur... Elle n'en savait pas plus.
En fin d'après-midi, Colette quitta l'entreprise, il pleuvait, faisait froid, un mauvais vent soufflait en rafales. Le quartier était embouteillé, comme chaque soir, au bruit des moteurs, s'ajoutait des coups de klaxon rageurs. Elle fit l'habituel détour du vendredi soir chez le primeur, passa chez Carrefour.
A dix-neuf heures, elle garait sa petite Citroën dans le jardin du Raincy. Arnault n'avait pas fait les choses à moitié, les Gymnopédies d'Erik Satie s'égrenaient en fond sonore. La table était mise : nappe blanche assiettes en porcelaine de Limoges de chez Guy Degrenne, verres en cristal. Un bouquet de roses rouges, deux chandelles, rouges elles aussi, complétaient le décor. Son mari l'embrassa en lui caressant les fesses, la prit par le bras, la conduisit à sa chaise. Il déboucha le Champagne, lui tendit une coupe.
— A mon amoureuse !
Ils prirent une deuxième coupe, puis Arnault servit une salade frisée aux œufs caille et copeaux de parmesan. Il apparut ensuite avec un plat fumant.
— Ce n'est pas spécialement un mets de fête, mais c'est un plat de saison.
Précisa-t-il, en déposant sur la table une daube fort appétissante. Il servit sa femme, lui versa un verre de Coteaux du Languedoc. Le vin au fort pourcentage de grenache était charpenté à souhait. Il se mariait de manière exquise avec la daube particulièrement réussie. Colette reprit de la viande qu'elle jugea délicieuse. Arnault lui versa un nouveau verre de vin
— Doucement, doucement, il y a déjà eu le Champagne !
— Ce n'est pas toujours fête, ma chérie.
Après le plateau de fromages, il servit un fondant au chocolat.
— Du chocolat...
Colette regardait le gâteau avec envie. Il m'a vraiment gâté, se disait-elle. Elle but une goutte de Champagne.
Il l'installa sur le canapé et posa devant elle, sur la table basse, sa tisane favorite : saveur du soir. Lui, s'assit dans le fauteuil d'en face, en sirotant un café au fort arôme avec un petit cognac. Colette réfléchissait, elle avait mauvaise conscience : "Comme il est gentil ce soir... Est-ce que ce n'est pas moi qui ne sais plus voir ses attentions ? Est-ce que je dois vraiment partir ? Ne vais-je pas le faire souffrir ?"

Elle se réveilla. Elle avait mal à la tête et les idées un peu brumeuses. "Je n'ai quand même pas dormi dans le fauteuil", se dit-elle ... "J'ai trop bu hier soir". Elle regarda l'heure, crut sa montre arrêtée, vérifia sur l'ordinateur : 17h30 ! Elle prit une douche. La maison était silencieuse. Vers dix-huit heures, elle pénétra dans la cuisine.
A la même heure, Le Boeing 747 d'United Airlines amorçait son approche d'atterrissage sur l'aéroport Juarez international de Mexico. La cuisine était bien rangée, sur la table un tube de somnifère voisinait avec un plat de daube. Un message bref sur papier précisait: Tu l'aimes ton amant ? Reprends en un morceau !
Elle lut et relut à plusieurs reprises, se rendit au sous-sol. Dans le congélateur, gisait le corps de Stéphane ... Il lui manquait une cuisse !

Ça vous donne des idées ? Voici la recette:
Détailler la cuisse en morceaux de 10 centimètres.
Déposer dans un plat creux: Un gros oignon coupé en fines rondelles.
Deux ou trois carottes également coupées en rondelles.
100 grammes de lardons, deux gousses d'ail.
Une dizaine de grains de poivre, deux clous de girofle.
Deux branches de thym, trois feuilles de laurier.
Sur ce lit, déposer votre viande, salez. Recouvrer d'un vin rouge corsé. Ajouter un verre de cognac. Laisser mariner 24 heures.
Bien essuyer la viande, la faire revenir sur toutes ses faces. Verser trois cuillerées de fécule de pommes de terre. Laisser roussir. Arroser avec la marinade. On peut, mais c'est facultatif, ajouter une boîte de champignons de Paris. Laisser cuire à feu doux, 1h30 à partir du moment où la soupape de la cocotte chuchote. Goûter, rectifier l'assaisonnement, servir avec des pâtes fraîches.

Mon "plus" pour un repas réussi :
Servir avec le même vin que celui utilisé pour la marinade. Bon appétit !





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -