nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Ulysse et son copain


Auteur : ROSELLINI Faustina

Style : Réflexion




septembre 2014

Monsieur,

Il me semble nécessaire de vous confirmer ce que je vous ai dit samedi, en vous ramenant votre chat et de revenir sur ses allées et venues, depuis maintenant plus d’un an.

Manifestement, il ne vous apprécie pas trop : quelques heures auparavant, lors de votre intrusion chez moi, où il faisait une petite sieste, dès qu’il vous a entendu, il s’est volatilisé.

En fait, dès qu’il a eu l’âge de sauter par-dessus un mur, il a filé… et comme nous sommes voisins, a rencontré mon chat, Ulysse, lequel est venu me présenter son nouveau copain.. Je ne l’ai ni attiré, ni enfermé, mais ai assisté avec plaisir au spectacle charmant qu’ils donnaient, en jouant et en s’embrassant chaque matin.

Vous auriez, par deux fois signalé au vétérinaire que votre chat avait disparu, en vous rétractant quelques jours après. C ’ est dire s’il se plaît chez vous ! Je ne me souviens pas avoir vu une quelconque affichette dans le quartier le signalant, comme cela se fait habituellement. Et ce qui me trouble est que votre, disons, mécontentement, se soit manifesté au retour de vos vacances et non pas auparavant… Au moins, début juillet,, vous saviez n’avoir pas besoin d’une garde et êtes vous partis l’esprit tranquille ! Je m’en réjouis pour vous.

Je comprends que vous soyez vexés de cette situation, attristés je ne crois pas, et quoi que vous en disiez je doute fort de vos compétences : on ne laisse pas seul un animal avec son distributeur de croquettes dans le garage comme vous le faites habituellement, que ce soit pendant de longs week ends, ou quelques semaines, comme cette année. On le confie à a des gens de confiance, en mesure d’assurer sa protection. Parce que, seul, même avec de la nourriture, s’il est blessé ou malade, il fait quoi le chat ? Il appelle le Samu ? Et s’il s’ennuie ? Il cherche de la compagnie !

Faisant valoir vos droits de propriété – vous avez bien insisté, le chat vous appartient- vous ne tolérez pas qu’on puisse s’immiscer dans sa vie.. Et que, par compassion, on puisse intervenir face à une petite bête trempée et affamée, et que le chat puisse être heureux ailleurs vous insupporte. C’est une atteinte à ces droits. Piètre raisonnement !

Je crois utile de vous rappeler que la Constitution a, pour les animaux, modifié leur définition : ce ne sont plus des biens meubles, mais des êtres vivants doués de sensibilité, dont il est maintenant tenu compte.

Bien ! Je dois fermer mes fenêtres C’est beaucoup exiger, j’ai, moi, un chat qui vient et va, Il a donc droit au libre accès de mon appartement, à la gamelle que j’y laisse quand je m’absente dans la journée…dont évidemment votre chat n ’ a pas manqué de profiter. La seule chose qui me soit possible maintenant et je le ferai très volontiers, est de ne pas laisser traîner de nourriture dans ma cuisine. Si Ulysse ne trouve rien à grignoter, en dehors des repas, ce n’est pas grave, il est un peu grassouillet, en ce moment.

Il y a peut-être de votre côté un effort à faire que vous n’avez pas envisagé : enfermer le minou chez vous, le temps qu’il change d’habitudes. Vous avez une belle maison, spacieuse, il aurait de quoi y faire ses gambades. Après tout, les chats d’intérieur vivent très agréablement. Et puis, vous avez un jardin. Le rendre infranchissable ne doit pas représenter des travaux bien importants. Si vous aviez dès le début, c’est-à-dire depuis plus d’un an, pris quelques mesures dans ce sens, nous n’en serions pas là ; nous avons donc une responsabilité partagée dans ses fugues, je ne suis pas la seule à incriminer, qui ne le vois qu’épisodiquement dans la journée, en compagnie d’ Ulysse, la plupart du temps, et jamais la nuit, qui au mois d’aout ai tenté de soigner son infection aux oreilles, et, n’y arrivant pas , l’ai conduit chez le vétérinaire, en précisant bien que vous en étiez le propriétaire..

Cessez donc, je vous prie, d’agiter la banderille de la plainte pour vol, parce que d’une part, j’ai suffisamment d’arguments pour vous rendre ridicule devant la justice, et d’autre part je n’ai jamais laissé quelqu’un me menacer sans réagir. Ce n’est pas à 84 ans que je commencerais.

Acceptez aussi, sans aigreur, d’ une femme de mon âge, qui a recueilli et soigné une bonne quinzaine de chats dont certains, plutôt sauvages sont revenus, après plusieurs années, mourir chez moi, ces quelques observations et aussi cette maxime : « l’amour n’est pas possession ».

Recevez, Monsieur, mes salutations.





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -