nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Dernier coup de téléphone


Auteur : DELAMARE Renaud

Style : Horreur




Le téléphone sonna.
Dans une maison vétuste, la sonnerie retentit et cassa le silence des lieux.
Dans la grande pièce, séparée du bureau -où se trouvait le téléphone- par le couloir de l’entrée, le canapé grinça et un vieil homme se redressa lentement, diminué par une arthrose douloureuse.
Driiing driiing !
Il se releva en s’appuyant sur l’accoudoir et enfin debout, il se dirigea vers la pièce voisine.
Il décrocha le combiné du vieux téléphone à cadran et le porta à son oreille.
- Allo Papa ? souffla une voix d’une femme apparemment intriguée.
- Oui, c’est moi ! Qui veux-tu que ce soit d’autre, Françoise, répondit le vieil homme d’une voix chevrotante mais ferme.
- Toi et Maman vous êtes toujours à la maison malgré ce qui arrive dehors ?! demanda Françoise fermement.
- Mais ma p’tite fille ! continua le Papa toujours d’une voix ferme mais fatiguée. Je sais très bien ce qui se passe dehors, voyons ! J’en ai vue d’autres, tu sais… !
- Papaaa ! Arrête avec ça !, l’interrompit-elle. Ce n’est pas une guerre comme les autres !
Passe-moi Maman !
- Non !!! s’exclama son père brusquement et sèchement.
Silence au bout de la ligne.
- Qu’est-ce qui t’arrive Papa ? Comment va Maman ? Passe-la moi s’il te plait, demanda plus doucement Françoise.
- Je ne peux pas.
- Raconte-moi, Papa ! supplia presque sa fille. Je suis à l’autre bout de la France. Je serais venue vous voir directement si tout cela n’était pas arrivé.
Tout d’un coup, la voix du père changea et se fit plus basse avec des tremolos.
- Françoise. Il est arrivé quelque chose à ta mère.
Françoise balbutia.
- On revenait de la superette (il déglutit). Et cet homme venu de nulle part se jeta sur nous. Je l’ai bousculé par reflexe sur le côté. Mais Maman n’a pas eu la même réaction…
- Mais mais…
- … il s’est jeté sur elle et, et il lui a mordue l’épaule ! continua-t-il d’une voix si calme.
- Noooon ! Papa ! C’est pas vrai ! Nooon ! hurla en sanglot Françoise.
- Ma p’tite fille, elle est avec moi. Elle, elle est dans le séjour. Elle dort.
- Papa ! Tu n’as pas entendu les infos ! Tu sais ce qui arrive ?
- Oui. Oui Françoise, répondit-il comme un enfant insolent. Mais ça fait plus de cinquante ans que je l’aime. On a eu des hauts et des bas. On a traversé des moments difficiles. Je ne peux pas faire ce qu’on nous dit de faire lorsque ça arrive. Non, Françoise. Je reste à ses côtés.
- Papaaaa ! pleurait sa fille, sachant très bien ce qui allait arriver à son père.
- Ma petite Françoise. Sois tranquille. Je suis à la maison car vous avez respecté mon souhait de ne pas nous mettre en maison de retraite. Il y a pleins de souvenirs ici. Tes premiers pas dans le salon. Nos anniversaires avec tous nos amis. J’entends encore tes rires et tes pleurs lorsque tu avais dévalé l’escalier. Maman qui te préparait de bons gâteaux aux pommes.
Françoise pleurait en continue.
- Ma p’tite fille ne pleure pas, rassurait-il très affectueusement…
Oooh ! Ma Magda ! Tu es réveillée !
Il posa le combiné et s’avança vers sa femme qui titubait dans l’entrée.
Il n’entendit pas sa fille dire de ne pas l’approcher.
Il ne vit pas les yeux vitreux et morne de sa Magda. N’entendit pas ses gémissements.
Il l’enlaça, aveuglé par la joie de la revoir debout.
Elle renifla le creux de son cou. Ouvrit grand sa bouche et…
Un cri déchirant.
Puis les pleurs dans le combiné…





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -