nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


La clef des songes


Auteur : BAKKAR Amel

Style : Réflexion







Je n’aurai jamais imaginé vivre ça un jour. C’était un mardi soir. Tom était parti se coucher. Insomniaque, j’avais choisi de rester devant la télé. Je comptais sur les programmes divers et variés pour m’endormir.

C’était le calme complet jusqu’au moment où il y eut un bruit dans la cuisine.
Au début, j’avais pensé au chat qui avait sans doute trébuché sur un des vases. Puis, ce fut le deuxième bruit qui m’inquiéta.

Je me suis levée aussitôt pour aller voir. En m’approchant, je reçus une bouffée de chaleur qui traversa sous la porte. Dessous, de l’autre côté, une boule de lumière allait et venait dans la cuisine. C’était étrange.
Ma curiosité l’emporta pour finir par ouvrir délicatement la porte.
Je fus stupéfaite de voir un homme tout vêtu de blanc qui souriait. Il me souriait.

Ma première réaction fut de crier au secours, mais il m’en empêcha.
Il fut plus rapide que moi et, de son doigt, il me scella la bouche.
Au début, j’ai cru à un rêve. Mais non, il était bien là.

Puis, il me dit :

- Bonjour, Anna. N’aie pas peur. Je suis venu t’aider.

M’aider ? Je n’avais rien demandé !
Je ne pouvais rien dire et n’avait d’autre choix que celui de l’écouter.

- Comme tu le vois, tu as plusieurs portes devant toi. Tu es arrivé à un âge comme les tiens où il te faut choisir ton futur. Je sais que ta maman avant de partir t’a laissé le journal des fées et celui des sorcières. De là-haut, je t’ai vu les lires. Aujourd’hui, comme le veut la tradition tu dois choisir. Prends ton temps et choisis bien. Après cela, je partirais et te laisserais assumer ton choix.

Qui était-il ? Il ne s’était pas présenté. Pour me débarrasser de lui, je commençai à observer ses portes et à penser à celle que j’allais bientôt ouvrir.
Sur ma gauche, une porte flottait. Elle était entièrement faite de savon. Plusieurs savonnettes de couleur rouge ou noire avaient été collées une à une. C’était une belle porte.

Quand je déposai ma main sur la poignée, des flammes commencèrent à danser tout autour de cette porte et le savon commença à fondre. Derrière cette entrée, j’entendais des voix au loin qui criaient au secours et demander de l’aide.
Ma première réaction avait été de leur porter secours mais au risque de me blesser.
Soudain, une odeur nauséabonde sortit de la serrure : l’odeur qui vous suit dans un deuil, dans une perte : celle de la mort. Elle m’effraya, je m’en éloignai.


À ma droite, j’avais une porte généreuse. Habillée de rose, elle respirait la jeunesse et les vacances. Sur les bords, quelqu’un avait sculpté des petits anges qui souriaient. Leurs yeux étaient remplacés par des morceaux de cristal qui donnait encore plus de vie à cette belle porte. Elle était fixée au sol comme l’on s’accroche à la vie.
Au toucher, elle avait étrangement la douceur que l’on a au contact d’un morceau de soie ou de satin. Elle n’avait pas de poignet, pas de serrure. C’était juste une simple porte et pleine à la fois.

La dernière, devant moi, était d’une couleur jaunâtre et orangée. Elle était aussi transparente qu’un vase. Elle n’avait aucune odeur. Quand je la touchai, un miroir apparu.
J’avais le reflet de moi-même avec dix ans de moins. Tiens, c’est étrange. Moi qui suis nostalgique et qui aimerais tellement revivre ma jeunesse.

- Bon, alors ! J’ai d’autres personnes à voir !

C’était ce monsieur si calme et posé qui devenait impatient.

- J’ai d’autres clients à voir avant le lever du jour. Vite !

Je lui fis signe de la main sur la porte rose. Il me dit : « Bon choix »
Et il est reparti aussi vite qu’il était venu. Je me suis retrouvée seule dans la cuisine autour de ma cafetière, mon frigo, ma table, et mon mari qui me secouait le bras, pour me réveiller.







nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -