nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


La couleur du bocal


Auteur : BOUMAZA Abdelwahab

Style : Scènes de vie




Le souk à bestiaux se trouvait sur les hauteurs de la ville de Guelma. Eleveurs, maquignons, toucheurs et autres badauds y arrivaient l’été, transpirant à grosses gouttes, et extrêmement assoiffés. Les vieux de l’après-Indépendance, portant les habits traditionnels, un gilet, un saroual, pantalon bouffant, et parfois une vareuse ou un cache-poussière sur l’ensemble, sans oublier le chèche, ne semblaient pas avoir chaud, bien que suant du visage sous leurs sombreros. Les gens entraient au souk, moyennant un ticket de quelques sous. Les enfants, à qui cela était interdit, parvenaient toujours à y pénétrer, en se faufilant parmi les animaux et leurs propriétaires, à l’insu du gardien.
Certains bambins vendaient de l’eau. Le bocal coûtait un ou deux douros, selon que les vendeurs étaient nombreux ou non. Et les maquignons de boire bocal sur bocal, tellement il faisait chaud, tellement le soleil tapait fort.
Un jour, arriva un jeune homme, transportant un jerrican plein d’eau. Il s’assit sur une pierre, mit devant lui deux bocaux, l’un de couleur rouge, et l’autre bleue.
Il les remplit posément, puis se mit à crier :
« Qui veut boire, qui veut boire, c’est gratuit ! C’est gratuit !...
Il ne fit pas longtemps, car les gens, la gorge sèche, s’en vinrent tout de suite. Et surtout, c’était gratuit !
Le premier homme se baissa pour prendre un bocal.
« Non, prends le rouge ! »
Le bonhomme hésita un moment, allait lui demander quelle était la différence entre le bocal bleu et celui rouge, mais se ravisa. Enfin, écoutant le jeune homme, il prend le bocal rouge et se désaltère.
Après l’avoir remercié, il s’en alla. L’autre remplit derechef le bocal vide.
Le second tendit la main vers le bocal rouge, puis la retira, car l’autre, sur un ton ferme, s’écria :
« Non, le bleu !
-Quelle différence ?..
-J’ai dit le bleu. Tu veux boire ou non ?
-Oui, je veux boire…
-Alors, le bleu! »
Un jeune homme allonge sa main en direction du bocal rouge, puis brusquement saisit l’autre bocal, au moment même où l’autre crie : « Non, le rouge ! »
Le jeune homme rit aux éclats, lui disant :
« J’ai failli t’avoir ! »
Mais l’autre restait imperturbable.
 « En voilà un qui a vraiment soif…», chuchota quelqu’un à son voisin.
« Ca doit le griser », répondit ce dernier d’une voix tout aussi basse, pour que le jeune aux bocaux n’entende pas.







nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - B'Resto Buro - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -