nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Panne


Auteur : BOUMAZA Abdelwahab

Style : Réflexion







Il est dix-neuf heures quinze, la chaleur de ce jour de juillet a baissé d’un cran. Comme d’habitude, le boulevard du 5 Juillet est bondé de gens en quête de fraîcheur. Le moteur s’arrête net, mais la voiture continue à rouler, poursuivant son élan, le chauffeur essaie à plusieurs reprises de le redémarrer, en vain. L’on se met à klaxonner derrière, il doit descendre de la voiture et la pousser sur le bas-côté. Il arrive difficilement, avec l’aide d’un passant, à la placer entre deux autres véhicules.
Il soulève le capot et se met à scruter la mécanique, ne sachant que faire.
«Hé, ma belle, dis-moi comment tu t’appelles… »
Interloqué, Salah, (le nom du chauffeur), lève la tête et voit le jeune homme, qui, adossé au mur, vient de lancer ces mots à l’adresse d’une jeune fille qui passe son chemin en se déhanchant. A présent, le jeune homme et son compagnon rigolent, parce qu’une pimbêche, réagissant à leurs provocations, allonge sa lippe, en les regardant de biais.
Salah, oubliant son malheur, semble intéressé par ce qui se passe. Le va-et-vient des gens est incessant. Outre ceux qui arpentent la promenade, par petits groupes, certains, tous jeunes et même d’autres adolescents, se tiennent comme d’habitude debout tout le long du boulevard, des deux côtés de l’artère, d’autres sont assis à même le trottoir.
Le jeu de la séduction bat son plein, mais il est unilatéral; les filles ne font ou ne peuvent que passer ; à peine si certaines s’arrêtent pour faire le lèche-vitrines; bien vite, elles reprennent la marche, fuyant le harcèlement des bellâtres. Leur jeu, à elles, ne consiste qu’à couler des regards languissants ou ébaucher un sourire imperceptible. Cela ressemble à un défilé de mode étrange : les hommes debout regardent défiler la gent féminine. Des filles qui portent des jupes, des pantalons, des hidjab, des nikab, et même des cagoules salafistes…
« Riyad, regarde, regarde ce dos nu, une pin-up explosive… » dit le même jeune homme, puis dans l’oreille de son ami:« c’est une … »
« C’est ta sœur qui est catin ! », rétorque la jeune fille, qui, à sa surprise, l’a entendu, en ralentissant le pas et en le regardant en face.
Une  bagarre verbale, mais extrêmement violente, s’ensuivra, dont il est indécent de rapporter les détails licencieux. Beaucoup de gens ont empêché le jeune homme de frapper la fille. Salah cache sa tête sous le capot et se met à enlever les bougies pour les nettoyer. Quand il en a fini, il vérifie les fils électriques, notamment celui passant de la bobine au delco.
Un conducteur d’une grosse moto fait la course en solo sur le boulevard. Il se permet des zigzags et trouve sûrement un malin plaisir à la lancer à fond de train, provoquant ainsi un bruit infernal. Un danger ambulant et certain.
« Complexé, va ! » entend-on dire à son encontre.
Un homme aborde Salah, c’est une vieille connaissance.
« Tu es en panne ?... Tu dois l’amener chez un mécanicien, Salah », dit-il, après les salutations d’usage.
 « Drôles de mécaniciens, ils vous font vider les poches pour des bricoles ; la mécanique auto, ils l’ont apprise sur le tas… » répond Salah d’un air désabusé.
Tous cors dehors, un cortège nuptial traverse le boulevard, un carrousel de voitures, à la tête duquel se trouve un camion transportant ou exposant le trousseau de la mariée, des matelas, des tapis, des robes brodées accrochées aux ridelles, etc. A klaxonner de cette manière frénétique et insistante, le camionneur doit être tout excité. Assise sur la portière droite d’une voiture, à la place de la vitre, une jeune fille filme la file de voitures.
« Quelle mare d’huile ! Une bielle a sûrement  transpercé le carter ». Ce sont les propos d’un homme qui s’est approché d’eux, et qui s’accroupit pour voir en dessous du véhicule. Les deux autres l’imitent.
« Le moteur est foutu, monsieur, il était fatigué et tu l’as forcé », reprend le nouveau venu. Salah est complètement abattu par ce qu’il voit. Le moteur est définitivement hors d’usage. « C’’est plus qu’une panne, enfin pas une panne ordinaire », murmure son vieil ami.







nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - B'Resto Buro - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -