Mauvaises influences



Nouvelle écrite par Denis LEMAIRE dans le style Morale



Vous aimez cette nouvelle ? Partagez-là !
image3

Un de nos partenaires

SOLUTION - TRADUCTION
Traduction professionnelle
Pour tout type de projet

Chacun dans sa vie commet pas mal de bêtises, heureusement car cela fait que lorsque l’on a compris, on ne recommence pas à faire la même chose.

Dès sa plus tendre enfance, Léon se fait remarquer principalement par sa gaucherie, il casse pas mal de choses, soit en les laissant tomber, soit en voulant soi disant les réparer après les avoir démolies.
A l’école, il est journellement puni pour toute sortes de bêtises qu’il commet, exemple, renverser l’encrier, déchirer certaines pages de ses livres, abimer des effets d’autres élèves car en plus il est très bagarreur et turbulent.

Ce qui fait, vu les punitions répétitives finissent par faire que ses parents en ont plus qu’assez et se demandent ce qu’il pourraient bien faire pour qu’il soit plus sociable et nettement plus obéissant surtout.
Sous le conseil du directeur de l’école, ils décident de mettre Léon en pension dans un établissement ou règne une discipline assez poussée.
C’est ainsi qu’il va se retrouver dans un établissement qui est réputé pour l’éducation et instruction qu’elle apprend aux élèves.

Il se fait qu’il se retrouve sans rien pour jouer, dans une chambre avec une quinzaine d’autres élèves qui ne sont pas tous, heureusement placés là pour être dressé, car c’est bien cela en réalité qui se fait dans cet école.
Les premiers jours, en dehors des cours il est seul ou alors il est en salle d’études pour punition. Chaque jour, il se fait punir pour pas mal de choses, il a difficile comprendre qu’il doit obéir, être attentif eux cours, se tenir correctement à table et manger convenablement et proprement au réfectoire.
Il va lui falloir plus d’un mois pour enfin être accepté par les autres et être nettement plus sage et commettre de moins en moins d’erreur, enfin il a compris qu’il doit surtout faire attention à ce qu’il fait.

Un WE sur deux, ses parents viennent le rechercher, ils ont vite remarqué le changement de leur fils, ils ne peuvent donc que se féliciter d’avoir pris cette option.
Léon de son côté se sent très bien dans cet établissement, certes il avoue à sa maman que la discipline est assez sévère mais que malgré tout il s’amuse bien, il n’a plus de punition, ni de retenue en étude.

Léon va rester dans cet établissement jusque l’âge de douze ans, comme il s’est montré bon élève tout au long de ses primaires et qu’il a obtenu son diplôme de fin d’études primaires, pour le récompenser, ses parents ont décidés de le reprendre à la maison, il ira en secondaire dans le lycée pas bien loin de la maison.

Pendant les deux mois de vacances, Léon va se montrer comme un enfant sage, respectueux et surtout il est à présent très méticuleux sur l’ordre qui règne maintenant dans sa chambre, tout le contraire du désordre constant qui y régnait avant.
Pour qu’il puisse faire ses études comme la plupart des autres élèves, ses parents lui ont acheté un ordinateur et il suit des cours d’informatique pour pouvoir s’en servir correctement.

Pendant les deux premières années du secondaire, il se montre excellent au point de vue études.
Pour ses parents c’est un véritable bonheur d’avoir un enfant aussi courageux, ordonné et studieux, jamais il ne se plaint d’avoir trop de travail et de ne pas avoir du temps pour sortir.
Jamais, Léon ne demande quoi que se soit, c’est soit son père ou soit sa mère qui lui propose certaines choses, souvent même il répond que cela n’est pas nécessaire.

Mais dès la troisième, tout va changer, non pas brusquement, mais peu à peu, en effet il s’est fait deux copains, ce sont des nouveaux venus, ils viennent d’un autre établissement.
Les deux sont plus âgés que lui, ils ont tout deux raté leur première année et en seconde il passe avec satisfaction.
Ces deux nouveaux copains, Léon ne les a pourtant pas choisis, ce sont eux qui le voyant pratiquement toujours seul, ont fait en sorte qu’ils deviennent amis, ils ont comme prénom, Jean et Pierre.

Ce qui intéresse surtout les deux lascars, c’est de pouvoir être aidé par Léon pour leurs travaux d’études, c’est ainsi que peu à peu, soit Jean ou Pierre lui demande de leur donner certaines solutions en math.
De fil en aiguille ils vont faire en sorte d’aller chez Léon, ainsi ils vont pouvoir sur le PC mettre des jeux vidéo, ce que les parents de Léon ont toujours refusé, estimant que pendant que l’on joue on ne travaille pas.

Hélas ce n’est qu’un début car très vite Léon va se laisser entraîner dans d’autres choses, en effet, les deux lascars ne sont pas si correct qu’ils veulent bien le faire croire, ils ont déjà à leur actif pas mal de méfaits.
C’est ainsi que Léon pour la première fois va voler un jeu vidéo, il est fier de ne pas avoir été pris par le commerçant.
Fort de cela, il va petit à petit et surtout poussé par Jean ou Pierre volé plusieurs autres choses, certes ce sont des petits vols de peu de valeur mais c’est du vol.

Léon aimerait tout comme pas mal de jeunes de son âge posséder un GSM, ses parents ont toujours été contre, alors il va faire en sorte d’en voler un.
Il réussi sans trop de problème de voler un petit portable à clapet, fier de ça, il le montre à ses deux copains, qui vont directement lui expliquer le fonctionnement et y introduire leur numéro bien entendu.
Mais il y a un os, il n’a pas de chargeur, il ignore le code pin ainsi que le numéro attribué à cette même carte.
Voyant cela il le jette dans une poubelle en se rendant le lendemain au lycée.

A la récréation, il explique à Pierre ce qu’il a fait du GSM, sans aucune hésitation ce dernier lui dit qu’ensemble en sortant du lycée ils iront dans un magasin qui vend ces appareils et que pendant qu’il distraira le vendeur, il n’aura plus qu’à prendre un complet.
Ce qui est fait, à présent ils vont pouvoir s’envoyer des messages.

Depuis ce jour, les résultats scolaires de Léon sont de plus en plus mauvais, sa chambre est dans un désordre pas possible, bref, il n’y a plus que l’ordinateur Qui compte.
Sa maman qui bien entendu a remarquer directement ce changement ou retour dans le travers d’avant, le signale à son père, ce dernier va se rencontre par lui-même, voyant ça il va falloir une fois encore prendre des mesures.
Mais il n’a pas le temps d’en discuter avec son épouse, car lorsqu’il quitte la chambre de Léon, la sonnerie de la porte d’entrée tinte, il va ouvrir, c’est la police.
- Bonjour monsieur, vous êtes bien le père de Léon Lemoine ?
- Oui, pourquoi ?
- Votre fils bien d’être arrêter et conduit au commissariat pour vol
- Pour vol ? ce n’est pas possible
- C’est tout à fait exact monsieur, il essayait de voler un MP3
- Que dois-je faire ?
- Si vous voulez bien nous accompagner, nous vous attendons
- Je préviens ma femme et je vais vous suivre avec ma voiture
- D’accord
- Mais entrez donc

Arrivés au commissariat, ils sont interrogés par un inspecteur, ensuite ils sont reçus par le commissaire, qui après avoir lu le procès verbal de l’inspecteur dit :
- Voila, comme je peux comprendre vous ignorez tout de ce que votre fils fait
- Ecoutez, monsieur le commissaire, je dois vous expliquer
Et le brave père raconte tout l’historique de ce qu’il a été obligé de faire avec son fils, qui pendant tout son séjour en pension, il s’est comporté tout ce qu’il y a de plus correct, c’est pour cela qu’il l’a repris à la maison.
IL continue, pendant plus de deux ans, il a été un enfant studieux et obéissant, aucun reproche possible à lui faire, puis brusquement il a changé au contact de deux autres élèves de sa classe, depuis il ne travaille plus au lycée et il reste enfermé des heures entières avec ses deux amis comme il dit.
- Vous les connaissez donc bien, c’est deux jeunes ?
- Pas du tout, sauf leur prénom
- Bien, je vais voir ça avec votre fils, pour l’immédiat que pensez-vous faire pour la tentative de vol ?
- Me rendre chez ce commerçant et m’excuser pour la conduite de mon fils
- Très bien, je pense que c’est la meilleure chose à faire, surtout que le vol n’a pas réussi
- Puis-je vous demander une petite faveur ?
- Dites toujours
- Pourriez-vous garder mon fils ici au cachot pendant 48 heures ?
- Tiens donc et pourquoi ?
- Pour qu’il paie quand même pour ce qu’il a fait et qu’il comprenne ce que c’est un cachot
- Très bien, je comprends, je vais le garder au moins jusqu'à demain
- Merci et au revoir monsieur
- Bonne journée et bonne chance pour la suite

Rentré chez lui, il en parle avec sa femme
- Ecoute chérie, cela ne peut pas continuer, Léon au contact de ses deux soi disant amis, devient un délinquant
- Que racontes-tu là ?
- La vérité, d’ailleurs il va passer au moins cette nuit au cachot
- Mais c’est horrible
- Possible, mais que cela lui serve au moins de leçon
- D’accord, mais après ?
- Je ne sais pas encore ce que je vais faire, de toute façon dans un premier temps, plus question qu’il continue avec les deux cocos, ensuite j’aviserai, soit en internat, soit en maison de redressement, étant bien entendu que ce serait en dernier recours.

Ensemble ils se rendent dans la chambre de Léon et ils inspectent tout, c’est ainsi qu’ils trouvent de nombreux CD pirates, ainsi que des copies de jeux vidéo, mais ce qui est plus grave c’est qu’ils trouvent également du cannabis.
C’est la goutte qui fait déborder le vase, cette fois s’en est trop, il est absolument nécessaire de le tenir et le suivre de très près.

Le lendemain, Léon rentre à la maison, la tête basse et en pleurs, mais aussi bien son père que sa mère ne font rien pour le calmer, bien au contraire ils énumèrent les interdictions ainsi que les sanctions qui pourraient s’en suivre s’il est de nouveau pris en défaut.
Devant Léon, son père détruit toutes les copies de CD et autres, en plus le PC est mis en panne, le disque dur ayant été retiré.

Pendant quelques temps, Léon est redevenu correct, mais peu à peu alors que l’attention de ses parents semble diminuer, il va à nouveau fauter.
Alors que depuis à peine deux semaines après que sa mère le laisse se rendre au lycée seul, il chope un scooter, non pas pour le garder, mais seulement pour circuler un peu avec.
Hélas pour lui, alors qu’il revenait pour remettre le scooter à l’endroit où il l’avait emprunté, il fait une chute, ses blessures ne sont pas tellement graves, mais le scooter est assez bien abîmé et il est emmené à l’hôpital par la police.

Les parents prévenus, même si ils sont furieux, se rendent aux urgences, après avoir reçu les soins nécessaires, Léon est emmené au commissariat pour y être interrogé, il est donc obligé d’avouer son méfait
Les policiers retrouvent rapidement le propriétaire du scooter, ces derniers bien entendu portent plainte.
Cette fois s’en est trop pour les parents, c’est décidé, si la justice ne le punit pas, il sera placé volontairement dans une école de redressement.

Après interrogatoires de Léon et des parents, Léon est envoyé chez le juge de la jeunesse, qui après avoir pris avis auprès des parents décide de le placer dans un établissement fermé pour délinquant.
En ce qui concerne les dégâts du scooter, c’est l’assurance familiale qui a pris en charge le paiement, sauf bien entendu le PV de la police.

Léon est arrivé à l’âge de dix huit ans, il ne peut plus être maintenu en milieu fermé, il est donc remis en liberté, mais ses parents refusent qu’il rentre à la maison, il ne sait vraiment pas ce qu’il va faire et comment il va pouvoir trouver de quoi se loger et se nourrir.

Pendant deux jours il va errer à travers la ville et il fait la manche, mais une fois de plus il se fait arrêter par la police pour vagabondage.
Au commissariat il explique sa situation, l’inspecteur lui propose alors de se rendre à l’armée du salut, là il aura un lit pour dormir dans un premier temps, il va devoir de lui-même trouver un emploi et de quoi se loger.
Avec l’aide de l’armée du salut, il trouve un emploi comme manoeuvre dans une entreprise de maçonnerie, le salaire n’est pas élevé, mais rn faisant attention il doit pouvoir s’en sortir.
Toujours avec l’aide de l’armée du salut, il trouve une petite chambre garnie louée à un prix dérisoire, certes cette chambre ne comporte qu’un lit, une petite table avec deux chaises et une petite armoire sur laquelle se trouvent un réchaud à gaz bombonne de deux becs, un peu de vaisselle, bref juste de quoi pouvoir se faire du café et un peu de nourriture.
Le travail sur chantier est dur et fatiguant, ce qui si, au départ cela satisfaisait Léon, très vite il s’en lasse et il faut qu’il trouve quelque chose de plus rentable, mais trouver quoi et comment ?

Un soir, alors qu’il erre seul dans la ville et qu’il regarde toutes ces vitrines pleines de jolies choses, il se met à penser à faire en sorte de trouver le moyen de voler une ou l’autre chose qu’il pourrait éventuellement revendre.
Il se met donc de nouveau à retomber dans de mauvaises rencontres sans pour cela les avoir vraiment cherchés, c’est ainsi que avec trois nouveaux comparses ils vont commettre plusieurs vols qui leur rapporte un petit capital.
Cela cependant ne suffit pas, il leur en faut beaucoup plus, ils décident de voler des voitures, pas n’importe lesquelles, mais bien de luxe.
Alors chacun de son côté se met à la recherche de ce genre de véhicules, c’est ainsi qu’ils en ont repéré plusieurs et noté l’endroit où elle passe la nuit sur parking ou au bord de route.
Ce marché fonctionne très bien, le revendeur les paient bien, il n’y a donc pas lieu d’arrêter.
Mais alors qu’accompagné d’un des lascars, Léon et son ami se font coincer par une patrouille de police.

Cette fois c’est la prison et le tribunal correctionnel, Léon est cette fois condamné à 12 ans de prison.
Mais Léon ne supporte pas de vivre enfermé dans une cellule de 6 m², un matin il est découvert pendu par un surveillant.
C’est parents qui ont été prévenus, refuse de s’occuper de son enterrement, il sera inhumé en fosse commune, dans l’ignorance totale de ceux qui l’ont connu ainsi et surtout de ses parents qui depuis longtemps l’ont à tout jamais renié.

image1

Lecture aléatoire

Envie de flâner au fil des pages et de découvrir des récits, des histoires et des personnages au hasard, c'est par ici.



Merci à nos partenaires

Les partenaires qui soutiennent Nouvelles-Persos nous permettent d'y consacrer du temps, et donc de gérer le site dans l'intérêt des auteurs et des lecteurs.
Merci à eux.

Actualités

Mises en ligne, news, infos...


Statistiques

Nouvelle-Persos

Une nouvelle est une oeuvre littéraire proche du roman, mais qui s'en distingue par sa brièveté, le petit nombre de personnages, la concentration et l'intensité de l'action, le caractère insolite des évènements contés.