nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Le grand vent qui vente


Auteur : TROUILLEFOU Clopine

Style : Conte




Le vent soufflait fort, si fort cette année-là qu'il avait tout emporté, semblait-il : l'homme, les enfants, la maison. Elle restait seule au milieu des décombres. Elle pouvait bien ramasser un bout de miroir qui gisait sur le sol de la seule pièce qui tenait encore à peu près debout, pendant que les murs s'étaient effondrés et que la toiture s'était crevée par endroits. Le miroir ne lui disait plus rien, et surtout pas qu'elle était la plus belle. Au contraire, ses cheveux, ébouriffés par la tempête, étaient dressés tout droit sur sa tête, comme les piques d'un hérisson, et ses yeux restaient écarquillés de douleur, comme ceux d'un hibou. Elle laissait du coup retomber le miroir, qui se brisait encore un peu plus, arrivé par terre. Sept ans de malheur supplémentaires. Mais qu'est-ce que c'est, sept ans ?

Quand arriva Noël, ce fut encore pire. D'habitude, elle allumait des bougies, qu'elle posait sur le rebord de la fenêtre, et elle dressait un sapin, au milieu de la plus grande des pièces de la maison, devant la cheminée. Mais là... la fenêtre criait de tous ses trous ouverts sur la nuit. La cheminée, elle, n'était plus qu'un tronçon de briques noircies, et les sapins, les uns après les autres, s'étaient couchés sous le grand vent qui avait venté devant sa porte.

Elle retrouva pourtant les décorations de Noël, dans leur boîte à chaussures, sous ce qui lui restait de lit. Les guirlandes scintillaient encore un peu, malgré l'obscurité qui régnait dans son coeur. Et les boules étaient toujours aussi jolies. Surtout ses trois préférées : la bleu claire, festonnée d'une petite guirlande d'argent dans son tiers inférieur, l'argentée parsemée de blanc, et la plus belle de toutes, la rouge, mais rouge profond, rouge chinois, brillant, lourd et soyeux.

Ce fut à ce moment-là que le vent enfla de nouveau, vint entourer de ses tourbillons les quelques pierres qui restaient debout, l'enveloppa comme un manteau glacé et, d'un seul coup d'un seul, fit sauter les boules de Noël de ses mains, pour les emporter au loin, dans la tornade.

Elle restait les mains vides, et se sentait si vide elle aussi, si complètement vide qu'elle ne fut pas étonnée d'être prise elle aussi par le grand vent, d'être soulevée de terre et emportée, roulée, culbutée sous les rafales... Elle était tournée, et retournée, tête en bas, pieds en l'air : c'était bien la fin...Elle ferma les yeux, et pour mieux mourir, elle repensa au sapin que tous les ans, elle dressait dans sa maison, pour que l'homme et les enfants le regardent, devant la cheminée où l'on faisait du feu, pendant que le vent glissait sur les ardoises grises. Elle tendit les mains, comme pour accrocher les jolies boules aux branches, et se laissa partir.

Mais que se passait-il ? Le vent ne semblait plus furieux, mais tout doux, une légère brise un peu tiède qui lui caressait les cheveux. Et elle était debout, sur une sorte de natte d'osier, dans une légère nacelle. Et c'était l'été... Si elle abaissait les yeux, c'était tout le pays qui s'étalait sous ses pieds. Les cimes des arbres en bouquet, comme des salades dans un potager, les prairies, les routes où les petites voitures circulaient gaiement, et toutes les maisons qui se pressaient sous elle, les enfants qui couraient dans les jardins, levaient la tête vers elle et la saluaient en agitant les bras... Elle leva la tête : elle était en plein ciel, et de jolis petits nuages blancs venaient distraire le grand bleu tout autour. Et le plus beau, c'était que ce qui l'emportait ainsi, la consolant de la tempête et de la destruction, ressemblait comme deux gouttes d'eau à la plus belle de ses boules de Noël : c'était une toile rouge, soyeuse et chinoise qui, gonflée comme l'espoir et accrochée à l'envers du ciel comme à un sapin renversé, emprisonnait dans ses flancs le vent et le rendait paisible comme un agneau, comme son coeur, enfin, un coeur qui battait large, doucement, amplement, un coeur rouge, serein comme un cadeau.





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -