nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


La revanche du ficus


Auteur : BOUMAZA Abdelwahab

Style : Fantastique





Il voyait Haddam de temps en temps, quand il se levait tôt, qui versait le contenu d’un bidon en plastique de deux litres environ. Bizarre, deux litres d’eau pour un arbre qui demande sûrement beaucoup plus. D’ailleurs, en avait-il vraiment besoin? Ce n’était pas un jeune plant. Pourquoi n’arrosait-il pas les autres arbres, et seulement celui qui était planté face à sa maison. Sa maison, c’était une somptueuse villa faite de pierres de taille avec un jardin. Au lendemain de l’indépendance, beaucoup avaient acheté ou occupé par effraction ce genre de villas. L’heureux élu!
Trop de questions travaillaient Amar, si bien qu’il commençait à se douter de quelque chose. Cependant, il ne pouvait dire de quoi il retournait exactement. Il lui était même devenu difficile d’aller les poser à Haddam pour avoir enfin le cœur net.


Son étonnement croissait à mesure qu’il voyait l’arbre dépérir peu à peu. Inquiétude, angoisse. Oui, l’arbre perdait ses feuilles une à une.
N’y tenant plus, un jour, à peine Haddam avait terminé sa tâche, que, prenant des précautions, Amar, à pas feutrés, s’approcha de l’arbre, et faisant semblant de s’asseoir sur la bordure de la cuvette, puis jetant un coup d’œil de ce côté-ci, vit avec surprise que l’eau bouillait au pied de l’arbre. C’est l’effet... de l’acide chlorhydrique! L’acide chlorhydrique! Oui, c’était sûrement cela qui tuait à petit feu l’arbre. Non, mais pourquoi faisait-il cela?


Pour en être tout à fait sûr, Amar fera la même chose quelques jours plus tard, juste après l’action suspecte de Haddam. Là, il ne put que constater la même chose. Il était désormais certain, puisque ayant touché cette eau, elle l’avait brûlé quelque peu, ses doigts lui démangèrent un moment.
Donc, Haddam voulait se débarrasser de ce bel arbre. Pourtant, il ne le gênait aucunement. Planté à l’autre bout du trottoir, il était à quelque quatre mètres de la porte de sa maison.
Le pauvre ficus se desséchait à vue d’œil, il n’était plus maintenant qu’un majestueux tronc pourvu de branches tout aussi fortes. Point de feuille. Un jour il tomberait. Et il pourrait faire des dégâts. Et s’il s’écroulait du côté de la maison de Haddam, il l’atteindrait sûrement, l’arbre faisait huit ou dix mètres de hauteur.





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - B'Resto Buro - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -