Ah les cons !!!



Nouvelle écrite par Jean-Marc KERVICHE dans le style Vécu



Vous aimez cette nouvelle ? Partagez-là !
image3

Un de nos partenaires

MULTI PANDA
Création de sites internet
Site vitrine ou site sur mesure

Cette clinique se trouvait et se trouve vraisemblablement encore située de nos jours dans le haut d’un grand parc. Visible de l’entrée principale, on découvre un ensemble de deux bâtiments, un ancien, auquel est accolée une construction plus récente et plus imposante, le tout sur 3 étages, et sur la droite se trouvent plusieurs autres dépendances le long d'un mur d’enceinte.

A cette époque la morgue était située dans une de ces dépendances et quand les cas malheureusement se présentaient il était nécessaire d’acheminer les corps vers cette morgue. Mais le problème résidait dans le fait qu’il n’existait pas d’accès par les sous-sols. L’on se devait alors de passer par l’extérieur avec le corps devant l’entrée principale de la clinique.

Or il eut été mal venu qu’un visiteur tombât sur ce genre de transport. En conséquence de quoi, les préposés à cet office utilisaient un chariot brancard à roulettes sur lequel s’allongeait un infirmier tout ce qui il y a de plus vivant donnant l’illusion aux visiteurs rencontrés qu’on véhiculait un malade, et juste en dessous de l’infirmier bien éveillé, se trouvait dissimulé un caisson de forme parallélépipédique de même dimension que le chariot destiné à recevoir le mort. Le convoi ainsi constitué, personne ne se doutait de rien.

Etant très souvent à la clinique pour les dépannages fréquents du téléphone, de la signalisation et la surveillance des malades, mais aussi pour des alarmes diverses et variées, j’avais connaissance de l’utilisation de ce subterfuge pour exécuter cette opération.

Et comme ce brancard était habituellement relégué au deuxième sous-sol avec le matériel obsolète de la clinique, lits et matelas d’appoint ainsi que le matériel médical en attente de réparation, le tout sur une immense surface nullement cloisonnée représentant la superficie de la clinique, quand je découvrais cet objet si particulier, je l’observais toujours d’un œil torve car il revêtait pour moi un certain effroi.

J’avais donc été appelé pour dépanner. Et après être resté un moment auprès du standard pour m’enquérir du problème, je descendais au 2ème sous-sol dans le local où se trouvait l’autocommutateur (pour les puristes une 7 E CGCT avec meuble BC, le chargeur, les batteries de l’installation et le répartiteur).

Quelle ne fut pas ma surprise après avoir ouvert la porte et allumé la lumière de découvrir le fameux chariot, là, juste devant moi dans un local non destiné à cet usage.
Excédé, à la limite de l’écœurement, pensant en moi-même qu’ils auraient pu le mettre ailleurs, je me décidais de saisir ses allonges pour le sortir du local quand je remarquais au vu les efforts que je consentais que le caisson était occupé.

image1

Lecture aléatoire

Envie de flâner au fil des pages et de découvrir des récits, des histoires et des personnages au hasard, c'est par ici.



Merci à nos partenaires

Les partenaires qui soutiennent Nouvelles-Persos nous permettent d'y consacrer du temps, et donc de gérer le site dans l'intérêt des auteurs et des lecteurs.
Merci à eux.

Actualités

Mises en ligne, news, infos...


Statistiques

Nouvelle-Persos

Une nouvelle est une oeuvre littéraire proche du roman, mais qui s'en distingue par sa brièveté, le petit nombre de personnages, la concentration et l'intensité de l'action, le caractère insolite des évènements contés.