nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Le vol


Auteur : VIENNE Thierry

Style : Humour







- C'est géant, super fun, méga génial, quel pied !!!
- Que t'arrive-t-il, pour être aussi excité ?
- Ouuuaaaah, hier j'ai réalisé mon premier vol, pendant plus d'une heure.

Il n'en fallait pas plus pour que Djork soit déprimé toute la journée. Encore un qui avait réussi à s'envoler. Mais, y arrivera-t-il, lui, un jour ? Rien n'était moins sûr, même ses parents lui opposaient un blocage, déclaré trop jeune ! Dzyla venait juste d'arriver dans la cafète, où se mêlaient tant d'odeurs de cuisine, et où les langues allaient bon train. Elle fit mine de ne pas l'apercevoir, et quand il se dirigea vers elle, Dzyla partit de l'autre côté, vers cet abruti de Djourd. Comble de malchance, elle l'embrassa, et le félicita pour son premier vol réussi. Ses pensées étaient vides, son désespoir total, quand il les vit s'éloigner tous deux, en amoureux ! D'une allure fatiguée, Djork rentra chez lui, bien décidé à se venger dès demain, et prêt à accomplir ce fameux premier vol, avec ou sans autorisation.

La nuit fut agitée, peuplée de rêves, plus fous les uns que les autres, où il volait, fier, fort, intouchable, presque un demi-dieu. En bas, la foule l'ovationnait. dans des crises de démence collective : il était Le Héros.Les objets étaient lointains, puis d'un coup, ils devenaient immenses, au gré de ses piqués. Il excellait dans l'art de raser les feuilles, frôlant même le sol avec hardiesse, puis il remontait se perdre dans le zénith, égal au soleil, tel un oiseau magique ! Non, pas un oiseau, mais comme une libellule, être diaphane, quasi irréel. Il s'entraîna à viser des points précis, à se poser au millimètre près et à redécoller aussitôt, en vrai chasseur. Il avait joui pendant des heures de son pouvoir, quand soudain, il sentit les commandes lui échapper, obligé de subir sans rien changer ! Les vrilles qui accompagnaient sa chute étaient si nombreuses qu'il lui était impossible de les compter. Il savait juste que le sol devenait plus proche, bientôt palpable, au grand dam de sa personne ! Très dur fut le réveil, au petit matin, tombant d'un monde de beauté et de bonheur dans la dure réalité : il n'avait pas volé, seulement rêvé ! Ouf ! Il avait la vie sauve, touchait ses membres pour en sentir l'existence, se serait presque piqué pour confirmer ce miracle, mais il n'était pas sûr de son dard. Toujours trop jeune ! Fi de toutes ces péripéties, aujourd'hui, il décollerait et réaliserait son rêve, sans la chute...

Djork passa toute sa matinée à se préparer physiquement, en arriva au top de sa forme, décuplé par la motivation qui l'habitait, procéda à une dernière check-list et alla se nourrir à la cafète, où il embrassa ses parents, et les mit au courant de son projet. Ils lui recommandèrent d'attendre encore, mais ne firent rien pour l'en empêcher. Dzyla, comme si un sixième sens l'avait prévenue, était là, deux sucres plus loin, le scrutant de son regard amoureux. Rancunier, peut-être pour des peccadilles, il détourna son regard, et sortit la tête haute. Une fois qu'il aura franchi le pas, sera devenu célèbre, alors il ira la trouver, lui pardonnera et l'épousera.

Le ciel était bien dégagé, du velours, pas d'ennemi à l'horizon sa respiration puissante, son coeur à 200 pulsations/heure, GO... Il ne cessait de penser à l'échec éventuel, la honte, quand il réalisa qu'il était en l'air, libre, plus léger que l'air, porté par les courants. Ses sensations étaient mille fois plus intenses que dans son dernier rêve. Les paysages défilaient différents, mais tous aussi magnifiques, grisants. Il avait atteint un très haut plafond, quand il décida raisonnable, d'amorcer sa descente, tout en douceur, effectuant même quelques voltiges : loopings, vrilles,...

Il aperçut deux grands arbres, dont les branches remuaient, désordonnées, et vit un attroupement de ses congénères. Certainement un nouvel aéroport, ouvert depuis peu. Il s'était posé sur l'arbre, à la perpendiculaire du sol. Il n'eut pas à parfaire son atterrissage, car une des branches vint s'écraser sur lui et l'explosa sur l'arbre.

- J'en ai eu un de plus, de ces salauds de moustiques. Il n'a pas eu le temps de me piquer la jambe.







nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - B'Resto Buro - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -