Pâté de lapin



Nouvelle écrite par Christophe CERTAIN dans le style Réflexion



Vous aimez cette nouvelle ? Partagez-là !
image3

Un de nos partenaires

SOLUTION - TRADUCTION
Traduction professionnelle
Pour tout type de projet

Ce jour là quand vous vous approchez de la cage du lapin, il sait pourquoi vous êtes venu. Regardez-le, il tourne dans sa cage, puis en vous voyant arriver se plaque naïvement contre la paroi du fond, en pensant qu’il pourra vous échapper.

Faites attention, un lapin terrorisé peut vous faire de profondes entailles dans les bras, aussi bien avec ses dents qu’avec ses griffes. Vous ferez donc attention de bien le prendre par la peau du dos, et de serrer très fort pour qu’il ne puisse vous échapper, même s’il se débat. En touchant de la main sa fourrure vous vous rappellerez la douceur du petit lapin dans vos bras, la douceur de tous les petits lapins qui sont entrés dans cette cage. Vous vous rappellerez quand vous étiez enfant, lorsque vous regardiez comme hypnotisé votre grand-mère tuer des lapins, sans état d’âme apparent. C’est votre tour maintenant. Votre bras ne doit pas faiblir.

Après avoir serré un nœud coulant autour des pattes arrières de l’animal, vous le suspendez à la branche de prunier, là, juste au dessus du fumier. Le lapin se débat, il pousse des petits cris, il cherche à s’échapper. Vous empoignez alors le semoir pour planter les choux ou tout autre instrument contondant. Energiquement, vous lui fracassez la nuque. Le lapin n’a pas crié. Il ne bouge presque plus, il est animé de quelques tremblements désynchronisés, comme un jouet cassé. Vous lui assénez un second coup. Il ne bouge plus. Vous prenez alors un couteau bien pointu et vous lui arrachez un œil. Il faut tourner dans l’orbite et tirer, jusqu’à ce que le sang coule. Le lapin ne doit plus contenir de sang quand on le mangera. Pendant que le sang coule, vous entaillez la peau autour des 4 pattes, vous lui ouvrez le ventre et vous enlevez rapidement les entrailles, en les prenant à pleines mains, sinon les pattes arrières auront un horrible goût d’urine. Vous lui tirez ensuite la fourrure, qui s’enlève comme un pyjama, se désolidarisant de la peau comme on enlève le dos d’un autocollant, et laissant voir une peau rosâtre aux jolis reflets bleutés. C’est presque poétique. Ces reflets fugaces s’estomperont d’ici quelques minutes. Le sang finit de se répandre sur le fumier, dans une flaque noirâtre qui intéresse déjà quelques mouches.

Récupérez le foie et les rognons, ils agrémenteront le pâté. Enterrez le reste dans le fumier, cela fera un bon engrais.

Vous dépendez le lapin et le posez dans ce plat blanc en porcelaine. Vous sentez le sang frapper à vos tempes, en regardant ce qui n’est plus qu’un vous avez très chaud, vous transpirez. Vous avez plein de sang sur votre manche droite. Il va falloir laver rapidement votre chemise. Vous êtes écoeuré par ce lapin. Plus jamais vous ne tuerez de lapin. Plus jamais vous ne mangerez de lapin. Mais il faut maintenant aller jusqu’au bout. Le lapin est maintenant allongé sur ce plat. La tête lui donne un insupportable aspect de cadavre. On ne laisse pas la tête des lapins au supermarché. Pourquoi faut-il donc qu’il ait une tête ? Et il lui reste cet œil stupide qui vous regarde fixement, l’œil de Caïn qui vous jette son reproche muet. Vous êtes un assassin maintenant, un assassin de lapin. Vous essuyez machinalement la sueur sur votre front. Des bouffées de chaleur vous montent à la tête. Vous allez vous trouver mal.

Vous décidez de lui couper la tête, vous ne pouvez pas l’apporter comme ça à la maison. Si les enfants le voyaient ? Un billot, et un bon coup de hachoir. Mais il ne faut pas briser les os de lapin, les éclats sont coupants et vous risquez d’en avaler un par mégarde. Vous prenez alors le couteau et vous insinuez la lame entre deux vertèbres en cherchant la jointure. Vous n’y arrivez pas. Encore un effort et la tête se sépare du corps et tombe par terre. Vous osez à peine la ramasser, vous la prenez enfin du bout des doigts en détournant la tête et vous la jetez sur le fumier, où la rumeur des mouches se fait plus pressante.

Voilà, c’est fini. Il faut laver cette chemise. Vous sentez un désagréable liquide salé vous remonter dans la gorge. Vous allez vomir…

image1

Lecture aléatoire

Envie de flâner au fil des pages et de découvrir des récits, des histoires et des personnages au hasard, c'est par ici.



Merci à nos partenaires

Les partenaires qui soutiennent Nouvelles-Persos nous permettent d'y consacrer du temps, et donc de gérer le site dans l'intérêt des auteurs et des lecteurs.
Merci à eux.

Actualités

Mises en ligne, news, infos...


Statistiques

Nouvelle-Persos

Une nouvelle est une oeuvre littéraire proche du roman, mais qui s'en distingue par sa brièveté, le petit nombre de personnages, la concentration et l'intensité de l'action, le caractère insolite des évènements contés.