nouvelles persos
nouvelles persos


Partagez cette nouvelle sur Facebook


Ah Ah


Auteur : DOUCET Alain

Style : Vécu




- Et merde ! s'écria Ingrid décontenancée, qu'est-ce qui se passe ? je t'excite pas ou quoi ?!
- Mais...euh mais si, je répondis troublé.

On était allongés l'un à côté de l'autre. A poil. Enfin elle avec une sorte de nuisette noire qu'elle avait mis pour m'exciter. Et c'est pourtant vrai qu'elle était bandante ! mais qu'est-ce qui m'arrivait alors ? je bandais même pas MOU, je bandais pas du TOUT ! je savais que j'étais pas bien et je lui avais dit avant qu'on essaye un soir dans ma bagnole, en la raccompagnant, et elle avait rigolé en me disant qu'elle ferait bander un mort... et bien voilà j'étais PLUS QUE MORT ! ça bouillonnait à l'intérieur ! STRESS sûrement ; le corps voulait mais le reste suivait pas. J'étais trop nerveux. Je connaissais Ingrid depuis un mois et demi. C'est la troisième fois qu'on tentait de baiser : sans succès ! cette fois ci ça en avait même gâcher les préliminaires. Et ce qui devait arriver arriva, un jour, Ingrid me laissa tomber.

Le boulot du moment n'arrangeait rien, j'étais routier et j'avais des horaires de merde. J'avais été aux putes. J'avais passé une époque de ma vie dans les bordels ; et puis un jour j'avais décidé de ne plus jamais y retourner car je voulais de l'AMOUR ! j’étais quand même reparti faire un tour, un soir, rue du Moulin mais ce retour aux sources n'arrangeât rien, pourtant j'étais monté avec une fille pas mal du tout : elle venait de l'Est. Elle avait été très douce et avait semblée très emmerdée. Le pire c'est que quand je suis rentré chez moi je me suis branlé sans problème ( en pensant à elle, ben oui ça m'avait coûté 60 euros tout de même ). Qu'est-ce que j'allais FAIRE ? je devais pourtant faire ce que je redoutais le plus : consulter un spécialiste. UN SEXOLOGUE : le mot est lâché. Putain j'ai flippé ! Y a de ces coïncidences : la veille de consulter je tombe sur une émission à la télé sur l'impuissance masculine ou l'on voit des mecs en pleine thérapie en train de se contorsionner et de devoir mimer leur venue au monde ou d'autres qui se faisaient installer une tige dans la verge actionné par un poire... après heureusement j'apprend que ce sont des mecs qui ont jamais bandé de leur vie. OUF.

- Monsieur Ledoux ? entrez je vous prie.
Pas du tout ce que je m'imaginais ce sexologue. La quarantaine, cool.
Doué le gaillard : après quelques minutes il te met à l'aise et tu lui déballes ta vie. Pourtant j'étais dans mes petits souliers.
- Alors vous pensez que c'est grave ? j’ai lâché.
- Je ne peux rien faire du tout ! il répondit.
- C'est-à-dire ?! dis-je faussement calme.
- Ce n'est pas physique ni psychologique et vous le savez, vous devez vous détendre et puis surtout arrêter de boire !
- Arrêter de boire ?!!
- Vous me dites que vous buvez cinq ou six verres ( pour être poli ) par jour, et bien Monsieur Ledoux vous êtes alcoolique !
- Hein ! mais... je... vous croyez que...
- Que ça peut venir de ça ? pas uniquement mais ça n'aide en rien.
Il me tendit comme une carte de visite
- Voilà ! vous devriez y aller de ma part, vous verrez ça vous aidera beaucoup !
Je ne pouvais pas en croire mes yeux :
A.A. ( ALCOOLIQUES ANONYMES )
N'importe quoi !! pour quelques godets par jour. Moi alcoolique ! si y pense que je vais aller à ce genre de réunion. Et puis pourquoi appeler ça "Alcooliques Anonymes" si c'est pour se faire connaître. ET PUIS MERDE ! CHUI PAS ALCCOLIQUE !!! Et mon problème y passera avec le temps...

J'ai rencontré Nicole à la première réunion des "A.A.". Elle avait 19 ans et elle buvait depuis l'âge de 13 ans. Elle était belle et c'était bien la seule parmi les cinq ou six femmes présentes. Elle avait des piercings un peu partout, j’aimais pas trop ça d’ordinaire mais ici je trouvais que ça lui allait pas trop mal. On lia très vite connaissance. On est allé boire un coup. C'est vrai qu'elle savait boire ! j'avais jamais vu une fille boire de la bière comme ça ; à côté j'étais rien, j'avais bu 2 gorgées, elle avait fini son verre ! elle me demanda " Qu'est-ce que tu fous aux A.A. toi ?
- C'est vrai que quand j'entend les autres... je bois une dizaine de verres par jour et toi ?
- Pas beaucoup plus mais je supporte pas toujours et toi ?
- Ben euh... oui je supporte mais...
- Alors t'es pas alcoolique !
- Ah !
- Non t'es un ivrogne.
- Ah !
- Oui les gens confondent souvent alcoolique et ivrogne, un alcoolique supporte pas l'alcool et pète les plombs, un ivrogne peut boire et re-boire et il aura rien, peut-être à part une cirrhose à 50 berges...
- Mais c'est un docteur qui m'a...
- Les toubibs y zi connaissent RIEN !
- Et toi alors tu pète les plombs ?
- C'est à dire que l'alcool m'excite à mort ! j'deviens complètement nympho et j'me tape tout ce qui bouge !
- AH !

Je n'arrivais pas à défaire son soutien gorge ! C'est pas grave, on fait avec. Elle avait de petits seins menus, mais un cul d’enfer. On s'embrassait comme des dingues ! Elle était déchaînée. Je sentais de nouveau ma nervosité monter et je ne bandais pas. Mais j'assurai quand même : je la pelotais énergiquement, ça lui plaisait apparemment. Je lui enlevai son string, elle avait une très belle chatte, touffue mais naturellement régulière ( pas comme une sicilienne que j'avais connue et dont on distinguait à peine le nombril ) ; je craignais voir un pubis rasé. Je l'avais sucée avec application ; elle avait jouit en émettant des cris de bêtes. Elle avait cru que sa frénésie avait provoqué mon blocage mais je lui expliquai ma situation.

Nicole était venue s'installer chez moi. On s'entendait bien. En fait, c'était vraiment une chic fille qui n'avait pas été gâtée par la vie. J'essayais de l'aider pour son problème et elle pour le mien. Un jour elle me dit avoir trouver la solution pour me détendre : elle alluma un énorme joint. MON PREMIER JOINT ! ( sans blague, à plus de 30 ans ! – quasi 3 paquets d’clopes/jour et jamais d’herbes, suis encore d’la vieille école). J’avais longuement hésité mais vu l'enthousiasme de Nicole... … Au début tout allait bien mais trois quart d'heure plus tard... MON organisme me lâchait : A MOI LES MURS LA TERRE M'ABANDONNE ! ( comme une chute de tension une… crise de tachycardie ) ; On dit que ça fait planer mais moi j'ai cru que j'allais trépasser : j'étais en SUEUR - BLANC - TREMBLOTANT ! Nicole comprenait pas bien, elle me disait que c'est parce que c'était la première fois et que j'avais sûrement abusé.

Moi je crois que c'était de la mauvaise herbe bon marché et que j'étais comme allergique. Sur Nicole ça n'avait pas le même effet surtout accompagné d'une demi bouteille de rhum : elle s'était jetée sur moi et avait hurlé "SUCE MOI !" ; en fait cette fille était dingue !

Quelques semaines plus tard c'était fini avec Nicole. Son ex-petit ami avait débarqué un soir, on lui avait pas ouvert mais il avait défoncé la porte ! Lui aussi était alcoolique, pas ivrogne ! Mais lui quand il avait bu, il BOXAIT ! il m'avait ouvert l'arcade ( 7 points de sutures ) et j'avais failli perdre un oeil. Et tout les deux en se bagarrant m'avaient cassé le très peu de mobilier que j'avais.

J'avais perdu mon boulot de distributeur de toutes-boîtes et j'étais retourné travailler avec mon père sur les marchés. Mon problème m'obsédait toujours et ça faisait des mois que je faisais plus rien de bon. J'étais complètement désespéré, j'étais en pleine dépression. Je buvais plus que de coutume et un soir qu'on s'était cuité avec mon père, l'alcool aidant je lui confie mon problème. Je pensais qu'il allait se foutre de ma gueule. Il me dit qu'il a un TRUC quand il va voir ses copines et qu'il a "un coup de pompe" : une pilule bleue nommée VIAGRA. Au point ou j'en étais...

Ca faisait maintenant 3 ans que j'étais avec Betty et elle devait accoucher l’été, un garçon, oui on avait tenu à savoir. On s'était rencontré sur les marchés, elle vendait des fromages artisanaux sur une minuscule étale. Tout de suite le contact était bien passé, il y avait eu quelque chose dans le regard. Elle avait de très longs cheveux roux bouclés. Elle avait déjà une fille d'une première union qui s'était pas très bien passée, et elle était restée des années sans faire l'amour, puis elle est devenue adepte du tantrisme cachmirien ( une sorte de méditation transcendantale ) et de la sophrologie, Betty m'avait initié malgré que je lui avais dit que je croyais pas à ces trucs-là ( maintenant je ne peux plus m'en passer ). Elle habitait dans une petite fermette près d'une abbaye, en plein campagne, et j'ai emménagé chez elle.

Je me rappelle la première fois qu'on a fait l'amour, elle m'a détendu, on a pris notre temps. J'ai jamais eu une si belle érection.

Et pour le viagra ?
ça n'avait rien donné à part que j'étais en SUEUR - BLANC - TREMBLOTANT.





nouvelles persos lecture aleatoire
lecture aléatoire




Multipanda - B'Resto Buro - Infoquizz - Refina - Solution Piscines - Solutions Banque - Yaca-Sudoku -